Communication de nos partenaires

Reporter : Erikillmister

 

13 mai 2016…

Nous y voilà enfin, à cette fameuse date controversée du concert marseillais d’AC/DC si l’on en croit du moins les réseaux sociaux.

En effet que n’ai-je point entendu ou lu sur la crédibilité des légendes australiennes après avoir décidé de maintenir leur tournée Européenne, et ce malgré la défection du sympathique Brian Johnson, vocaliste patenté du groupe depuis 1981.

A partir de là, le groupe n’avait pas une marge de manœuvre très grande : soit ils recrutaient dans l’urgence un « clone » sans expérience de ce genre de show (on parle là de concerts se tenant dans des stades devant 50000 à 60000 personnes) avec les risques immense que cela implique ; ou alors ils se tournaient vers un remplaçant de luxe, avec un nom (AC/DC avec un illustre inconnu aurait été catastrophique du point de vue économique) possédant le bagage requis et maitrisant à la perfection le répertoire…

Le nom d’Axl Rose, du coup s’imposait alors comme une évidence, le californien étant de tout temps un grand fan d’AC/DC, Guns ‘n’ Roses n’hésitant pas de temps à autres à reprendre sur scène des titres de la bande à la famille Young.

Pour le reste du line-up, également sujet à litiges et ce, toujours sur les fameux réseaux sociaux abondant de pseudo-connaisseurs qui ne font en fait qu’étaler leur inculture musicale, reprenant ça et là des argument touts faits pour mieux cracher leur ignorance, je vais la faire relativement courte.

Stevie Young en lieu et place de Malcolm Young ? C’est d’abord le même ADN (tant musical qu’humain) : le neveu des frères Young jouant exactement dans le même registre que Malcolm, aussi bien sur la régularité rythmique que sur la sobriété de son jeu de scène. Pour enfoncer un peu plus le clou, je rappellerai également que Stevie à déjà par le passé officié chez AC/DC, entre 1988 et 1989, l’espace de 110 dates aux USA.

Reste Chris Slade, qui se substitue quand à lui à Phil Rudd. Là encore, pas non plus n’importe qui le garçon ! Et pas un rôle nouveau pour lui non plus ayant tenus les baguettes au sein de la formation entre 1989 et 1994. Ça vous ne suffit pas ? Juste pour info, ce mec a également joué avec The Firm, Asia, Uriah Heep, David Gilmour, Manfred Mann’earth Band… Excusez du peu!

Cette petite mise au point effectuée, revenons maintenant à l’essentiel à savoir la musique !

Donc, dans un stade vélodrome de Marseille quasiment comble (ou sont les milliers d’annulations annoncées ?), c’est trépignant d’impatience qu’une foule compacte coiffée de milliers de cornes rouges du plus bel effet vu des tribunes , accueille dans un premier temps l’introduction du concert (un brin longuette à mon gout)… puis dans un déchainement de cris et de décibels, AC/DC , Angus étant logiquement mis en avant, étant le leader incontesté de la bande.

Petit coup d’œil sur Axl Rose, juché, comme ce fut le cas à Lisbonne, sur une sorte de trône articulé en raison d’une fracture à un pied (là aussi, les « social-réseaux-détracteurs » s’en sont donné à cœur joie) arborant son habituel chapeau de cow boy. Le spectacle démarre sur des chapeaux de roue : « Rock or bust » « Shoot to thrill » « Hell ain’t a bad place to be » et « Back in black » s’enchainant sans temps mort, et avec un Axl Rose ma foi fort à l’aise, démontrant immédiatement qu’il n’est pas là par hasard !

Une fois ce tour de chauffe admirablement exécuté, place à un petit nouveau «Get some rock’n’roll thunder » qui passe honorablement l’épreuve du live, même si là on sent que c’est un peu moins la tasse de thé du père Rose. Sentant sans doute qu’il ne faut pas mollir, Angus Young se déchaine alors sur l’intro du vieux classique « Dirty deeds done dirt cheaps » suivi comme un seul homme par sa section rythmique et notamment le taciturne Cliff Williams toujours aussi efficace…

Et encore une fois avec un Axl Rose tout simplement prodigieux sur ce titre. « Rock’n’roll damnation » vient confirmer cette bonne impression, le répertoire de l’ère Bon Scott semblant avoir été conçu pour lui !

Premier gros temps fort ensuite avec le méga hit « Thunderstruck » faisant lever tout les spectateurs en tribune, reprenant à qui mieux mieux le « lalalalaa-laaa » de l’intro. On peut noter ici la parfaite complémentarité (je dirais même complicité !) entre Axel et le duo Stevie Young/Cliff Williams se répondant en chœur tout le long du morceau.

Quand on sait le laps de temps qu’a eu le leader de Guns ‘n’ Roses pour répéter avec les Australiens, on ne peut qu’en rester bouche bée !

« High voltage » n’a jamais aussi bien porté son nom quand on voit comment Angus Young se contorsionne comme étant électrocuté, , high voltage ? rock’n’roll !!! Il est l’heure à présent de prendre le « Rock’n’roll train » qui va nous emporter immédiatement vers un autre incontournable succès, « Hells bells » que je n’ai jamais entendu aussi bien chantée depuis au moins 25 ans !

Si vous aimez le côté teigneux des australiens « Given a dog a bone » arrive à point nommé pour vous ! Encore du hard-rock bluesy old school saignant bien comme il faut ( et je vais encore insister… hurlée de main de maitre par messire Axl).

Pour qu’un concert soit réussi, il faut de temps à autre y ajouter une ou deux petites surprises… Ce sera chose faite avec le vénérable « If you want blood, you’ve got it » plus reprise en live par le combo depuis 13 années ! Pour le vieux fan transi que je suis, un grand moment de bonheur !

Vous reprendrez bien une grosse brassée de classiques ? Pas de problème ! Voilà donc arriver « Sin city » « You shook me all night long » « Shoot down in flames » « Have a drink on me »…

On a l’impression que le groupe est sur une autre planète, dans une autre dimension tant il est efficace !

C’est intemporel, magique, grandiose ! Le public marseillais ne s’y trompe pas, réservant un triomphe à Young et consorts. Mais le malicieux guitariste n’en n’a encore pas fini avec nous ! Grimaçant et transpirant il enchaine les trois premiers accords de « TNT » finissant de tuer le reste de lucidité en moi.

Et ce n’est rien à côté de ce qui se prépare !

Un bref moment de silence, soudain déchiré par LE riff ! « Whole lotta Rosie » entrecoupé de furieux Angus-Angus ! Si vous vouliez extraire un seul morceau du show pour justifier la légitimité d’Axl Rose au micro, c’est celui-ci qu’il vous faudrait prendre !

Je n’irai certes pas jusqu’à blasphémer, Bon Scott étant unique, mais force est de constater que le californien est vraiment proche du mythe. Il en reste encore assez sous la pédale d’Angus pour ensuite nous faire une très longue démo guitaristique sur l’incontournable « Let there be rock » le groupe disparaissant ensuite un bref moment afin de mieux revenir sous les vivats d’un Stade Vélodrome en transe.

Il restera à AC/DC à parachever son œuvre avec un rappel stratosphérique incluant « Highway to hell », avec une performance vocale jamais atteinte par Brian Johnson, un « Riff raff » crasseux et suintant le rock’n’roll, avant de terminer sous les gerbes d’explosions des canons de « For those about to rock »

Je sais que beaucoup de gens ne seront pas d’accord avec mon ressenti …

A ceux-ci, je ne vous ferai de toute façon pas changer d’avis pas plus que vous me ferez changer le mien, donc inutile de perdre mon temps et le votre en vaines insultes et en débats stériles.

 

Je voudrai juste ajouter une chose, je pense avoir passé une superbe soirée à Marseille, et avoir en toute modestie la légitimité et l’expérience pour en juger, ayant eu l’immense chance de voir AC/DC sur scène a de nombreuses reprises et sous toutes ses formes, Bon Scott inclus !

 

Setlist :

Rock or Bust
Shoot to Thrill
Hell Ain’t a Bad Place to Be
Back in Black
Got Some Rock & Roll Thunder
Dirty Deeds Done Dirt Cheap
Rock ‘n’ Roll Damnation
Thunderstruck
High Voltage
Rock ‘n’ Roll Train
Hells Bells
Given the Dog a Bone
If You Want Blood (You’ve Got It) (Joué pour la première fois depuis octobre 2003)
Sin City
You Shook Me All Night Long
Shot Down in Flames
Have a Drink on Me
T.N.T.
Whole Lotta Rosie
Let There Be Rock (+ solo de guitare d’Angus Young)

Rappel :

Highway to Hell
Riff Raff
For Those About to Rock (We Salute You)

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green