Communication de nos partenaires

Report + photos : Antirouille

IMG_3720

 

Ce samedi 28 avril, direction Saint-Etienne, ou plutôt la Tour en Jarez pour être précis, pour la première Metal Night qui réunissait Korrosiah, Kolision, Furyens, Bloodstorm et Deathawaits qui organisait tout ça.
Le Play Pop où se déroulaient les festivités, a ouvert en octobre pour accueillir des cours de musique et propose des box de répétition. Virginie et Vincent disposent d’une salle pouvant accueillir jusqu’à 120 personnes et ainsi, le 14 avril s’est déroulé le premier concert qui réunissait Mobius, Zonur et Holloow Graph X.

IMG_3444

Kolision a la lourde tache d’ouvrir cette première Metal Night au Play Pop.
« Take over the world » commence et les têtes se mettent à bouger en rythme sur un Heavy métal mordant. « Speed force » est un cran au-dessus niveau rapidité, les nuques commencent à souffrir. Les riffs nous replongent quelques années en arrière sur « ultra-violet » et la reprise de « Ace of spades » ne dénote pas dans le répertoire de  nos musiciens.

IMG_3448

L’ambiance est old school, indéniablement, « destroy the false » et « sweet revenge » nous le confirment, rapides, agressifs, nets. Un set qui a donné des frissons métalliques aux plus anciens d’entre nous, nous  renvoyant un temps en arrière ou tout était à construire.
Big up à Lucas pour qui c’était le dernier concert ce soir, replacé dès le prochain par Kim.

IMG_3499

Vient ensuite une avalanche venue  d’Alberville, une tempête de neige ou plutôt une tempête de sang, les savoyards de Bloodstorm ont dézingué ensuite le Play Pop. Pour se faire, notre Rob international n’a pas hésité à aller  au dehors en hurlant aux derniers clopeurs de bien vouloir regagner la salle. Le décor est planté !
Une fois les retardataires en fosse, « Stormrider » retenti et le show débute. Nos musiciens, aguerris par tant de dates, et quand je disais international, je ne plaisantais pas, nous délivrent bien un show, carré et implacable. L’ambiance bat déjà son plein dès ce premier titre et c’est juste avant « requiem » que Rob nous présente enfin la nouvelle guitariste,  en la personne de Laure, au pantalon plus pourri que celui de notre chanteur. Et elle ne démérite pas, bien au contraire, brillant aux côtés de John, Klin et Jérèm, majestueux, nous délivrant une prestation sensationnelle. Des bêtes de scènes…
Les titres  s’enchainent : « Breaking the pyramid », «  F.O.A.D », « Lawless », « Vote for me », puis vient l’inévitable et attendu « Revenge » en acoustique, ou notre animal se mue en redoutable bluesman, dont la guitare sèche et la voix éraillée et tremblotante nous mettent en tête la vision de chants de coton de Louisiane que des hommes asservis tentent de fuir à l’aide de quelques accords joués sur des cordes usées par tant d’années de désespoir. (Ouf)
Etrange, surprenant !  Rob n’a rien cassé ! Il ne nous a même pas proposé ne serait-ce que le début d’un cassage de gueule, comme au brin de zinc, où, plein d’entrain, il alla se manger dans les règles le tapis et se releva aussitôt après une honorable roulade. Une autre fois je l’espère, il mettra les bouchées double et rétablira les choses. En les cassant.
What is black and who is make boom boom boom ?

IMG_3488

Korrosiah s’installe après Bloodstorm et commence leur set par « Nihilist ». Ça joue vite, ça bastonne et «  Witchcraft » est une invitation à la bagarre, que certains ne manqueront pas, jouant des épaules dans la fosse.

IMG_3568

Les titres s’enchainent sur un Thrash coléreux, les riffs sont mordants, acérés.
Martin descend de scène sur « Specter », partage la salle en deux et nous invitent à un  wall of death. « Grapes of wrath » suit et la voix puissante de turie n’est pas faite pour nous rassurée. Reconnaissables, les notres qui suivront feront montées d’un cran la pression et « mandatory suicide » sera écouté religieusement.
Korrosiah finira par « Be quick or be dead » qui a de quoi faire pâlir l’original de par  son agressivité.

IMG_3550

 

C’est au tour de Furyens d’enflammer la scène. La formation jouait à domicile ce soir.
Véritable réponse française à Megadeth, leur Thrash métal évolue donc dans un registre old school très bien maitrisé. Aux guitares alternent riffs acérés assassins et soli dévastateurs, semblables à ceux que nous délivrent, dans le même registre, Anthrax ou Testament.

IMG_3575

« Hell alone » et « The fantastic epidemic », de leur dernier album « Plug and Plague », donnent le ton et enflamment le Play Pop. Les nuques se brisent sur « Barback attack », titre du premier album éponyme et on frôle la rupture d’anévrisme sur le très rapide « Ulthrash ». Vient le clin d’œil à Megadeth avec le titre « Hangar18 » habilement interprété. « Oblivion » vient mettre un terme à cette furie stéphanoise, nous donnant le coup de grâce. Le weekend à thème « destruction des tympans » des Furyens touche à sa fin et ils ont tenu parole, quoique je rajouterai : « destruction des cervicales ».

IMG_3603

C’est aux Deathawaits de fermer cette première Metal Night stéphanoise.
Flo « high voltage » fait les cents pas, il est comme un lion en cage, attendant impatiemment  la fin de l’intro d’« enclosed », trépignant, poings fermés, dents serrées, prêt à en découdre avec nous. Une fois le titre lancé, toute cette énergie emmagasinée nous pète à la face et il faudra bien tout le deuxième titre « forgot » pour voir la tension descendre en dessous des 20000 volts.

IMG_3666

On ne met pas Lyon en cage et la furie, la puissance des patrons fait rage et électrisent la salle du Play Pop de ses riffs tranchants. « Brainless » suit et Julien, que je voyais pour la première fois ce soir, dégomme sa batterie, il tape comme si sa vie en dépendait. Nos lyonnais nous proposent un nouveau titre à paraitre sur leur prochain album, un avant-gout alléchant et explosif de ce qui nous attend. Enchaine « never give up the fight » et c’est sur ce titre que Nicolas, habitant la région de Bourges, fervent amoureux de la scène française, a décidé, là, comme ça, de tenter et de réussir le seul slam de la soirée. Big up Nico !
Jordan, enfin libéré de ses chaines d’organisateur, nous envoie ses riffs belliqueux sur « Abominable » et ce que Thomas nous lance en pleine tronche sur « Don’t look back » est également fait pour nous  désagréger…
Olivier rejoint les musiciens sur scène et « Reign in blood » retenti sur fond de logo des SlayerDeathawaits  les remplace sur la même calligraphie…

IMG_3714

Méga prestations des 5 groupes ce samedi lors de cette Metal Night qu’on espère être dorénavant un rendez-vous annuel.
BIG up à Jordan, Virginie et Vincent, Nicolas que les kilomètres n’ont pas réussi à faire peur, Kolision, Korrosiah, Furyens, Bloodstorm et Deathawaits et au public qu’on espère de plus en plus nombreux chaque année.

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green