Communication de nos partenaires

Public Grave – Cadaverous Resurrection

Le 11 avril 2019 posté par Willhelm von Graffenberg

Line-up sur cet Album


  • Philipp "Korny" Hauck – Basse
  • Benedikt Eichenseer – Batterie
  • Christian Dalisda – Guitares
  • Christoph Hamberger - Chant

Style:

Death Metal

Date de sortie:

7 Janvier 2019

Label:

Rebirth the Metal Productions

Note du SoilChroniqueur (Antirouille) : 8,5/10

Actifs depuis 2008, les Bavarois Public Grave publient rapidement une démo de cinq titres l’année suivante. Trois années s’écouleront pour voir éditer une seconde de quatre titres et dire que nos Allemands ne sont pas pressés est peu dire puisqu’il faudra de nouveau attendre quatre ans pour qu’enfin soit exposé au grand jour… un titre !
Un single, quoi !
Un titre en quatre ans…
Après cela, on aurait pu penser avoir un album entre les mains aux alentours de 2021 mais, contre toute attente, c’est en 2018 que celui-ci parait d’abord en autoproduction, puis signé par Rebirth The Metal Productions et distribué ce début d’année 2019.

Alors, ont-ils préféré la qualité à la quantité avec Cadaverous Resurrection ? Apparemment oui… Avec des titres traduits comme « Royaume de la pourriture », « Le festival des crânes écrasés » ou « Ablation des membres infestés d’asticots », on ne s’attend pas à de la grande littérature comme le faisaient Nietzsche, Goethe ou Brecht mais plutôt à de la poésie qu’affectionnent les amateurs de Slam. Pour les novices, slam et poésie ne riment pas avec Grand corps malade, ou alors avec un grand corps malade qu’on aurait ouvert en deux dans le sens de la longueur et qu’on aurait fait pourrir sous un soleil brûlant : le Slam est un cran au-dessus du Brutal Death. Pour résumer, mets un micro près du cul de Lucifer quand il pose une pêche après avoir mal digéré un chili con carne et tu as du slam car, là, on est bien dans l’imagerie et proche de ce qu’il en ressort musicalement.

Malgré ces titres explicites, nos Bavarois sont pourtant loin de ça, ou presque, mais ils flirtent volontiers avec le Brutal et avec le Crust en de rares occasions.
Du Death qui tabasse bien mais qui reste entraînant.
Bon… entraînant… pas le truc qu’on passe en boite ou qu’on met à une soirée de mariage.

C’est lourd, écrasant, puissant sur des mélodies tortueuses. Entre pigsqueals malsains et growls répugnants, Christoph est un régal auditif, pour qui aime le registre bien sûr.

Le tempo est en perpétuel changement, tantôt mid tantôt blast, et tient en haleine tout au long des onze titres. Les riffs, certes old school, offrent cependant quelques touches de fraicheur disons… modernes. La basse est bien présente et les soli sont fidèles au genre : courts et dans la non démonstration. Pour prendre à contre-pied cette avalanche de douceur, deux ou trois parties plus mélodieuses sont glissées de-ci de-là. Bon… mélodieuses… On s’est compris…

En bref c’est du Death Metal dans les règles de l’art, alliage d’old school, de Deathcore, de Brutal et saupoudré d’un soupçon de Slam, admettons-le. Qu’il est bon de se plonger de nouveau dans ce charnier mal odorant qu’est le Death Metal ! La richesse du registre est ici exploitée à la perfection par Public Grave qui nous régurgite un Cadaverous Resurrection qui fait honneur au style.

Tracklist :

01. Apocalyptic Emergency (00:35)
02. Exhumed Corpses undead Forces (03:56)
03. Realm of the Rotten (04:47)
04. Cadaverous Resurrection (03:35)
05. Cranium Crush Fest (03:03)
06. The uprising Evil (03:22)
07. Zombies (02:19)
08. Undead Army rising (03:18)
09. Maggot infested Limb Removal (02:36)
10. Disciples of Defilement (01:55)
11. Hack Slash Kill (03:32)

Site officiel
Page Facebook

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green