Communication de nos partenaires

Immortal – Northern Chaos Gods

Le 8 juillet 2018 posté par Willhelm von Graffenberg

Line-up sur cet Album


  • Demonaz - Chant, Guitares
  • Horgh - Batterie

Guest : Peter Tägtgren - Basse

Style:

Black Metal

Date de sortie:

6 Juillet 2018

Label:

Nuclear Blast Records

Note du SoilChroniqueur (Metalfreak) : 9/10

Fatche, quelle énergie ! Quelle agressivité ! Depuis que Horgh et Demonaz ont repris le flambeau d’Immortal, ils ont décidé de revenir à un son plus cru, celui de Battles in the North en gardant un côté heavy propre à celui de All shall fall. Pour le reste, ils n’en ont plus rien Abbath…

On passera sur les dissensions internes entre les membres du groupes qui l’ont amené à se séparer, nous offrant finalement deux groupes qui savent d’emblée que le fait d’être estampillé “Immortal” ou “ex-Immortal” leur apportera d’entrée l’adhésion des fans. Il suffit de voir le public s’agglutiner devant les crash barrières lors des concerts d’Abbath pour en être convaincus. Immortal a su laisser une empreinte indélébile chez ses fans qui leur ont de toute façon pardonné tant leurs frasques que le côté kitsch – notamment sur leurs clips – volontaire ou non qu’ils développaient. On retiendra surtout des albums impeccables devenus depuis cultes.

Alors quand on voit qu’Immortal, même sans Abbath, renaît de ses cendres tel un phœnix avec Demonaz – visiblement enfin totalement débarrassé de ses soucis de tendinite récurrents – au chant et à la guitare, Horgh derrière les futs et rien de moins que Monsieur Peter Tägtgren à la basse et à la production de l’album, on a de quoi en avoir les cornes qui poussent toutes seules sur le front. C’est donc neuf ans après leur dernier méfait que sort ce Northern Chaos Gods et il faut bien le reconnaitre : Immortal compte bien récupérer la place qui était la sienne parmi les leaders du Black Metal.

Et d’entrée, ça attaque fort : avec le titre éponyme en ouverture, les jalons sont posés. Immortal se la joue Bathory époque Blood Fire Death et les hurlements de Demonaz ne sont pas sans rappeler un certain Quorthon hurlant les couplets de “Holocaust” avec une furie insoupçonnée.
Immortal revient aux sources de ce Black Metal made in Norway, cru au possible, rappelant la période entre Pure Holocaust (1993) et Blizzard Beasts (1997).

S’ensuit un “Into Battle Ride” qui continue sur la lancée du premier titre avec encore un morceau aussi rapide que brutal, toujours ancré dans un Black Metal aussi sauvage que glacial. C’est avec “Gates to Blashyrkh” que les mid tempo chers à Immortal vont revenir : encore une fois, je ne peux m’empêcher de faire des parallèles avec Bathory tant cette rythmique rappellera des passages de ce fabuleux quatrième album tout en gardant l’identité Immortal. Et c’est après un passage acoustique que le morceau regagnera en âpreté.

“Grim and dark” repart tambour battant : à l’instar des autres titres, le trio sait conserver une intensité remarquable dans ses titres et ne laisse qu’en de rares occasions respirer l’auditeur, même lors des passages plus mid tempo.
Et l’ensemble de ces neuf titres sera une alternance de passages rapides avec d’autres plus heavy : si Immortal a su retrouver son Black Metal cru et direct des premiers albums, il a aussi conservé des passages de Heavy Metal plus traditionnels, le tout avec une ambiance guerrière de tous les instants.

Après trois morceaux plus épiques qui dépassent les cinq minutes (“Grim and dark”, “Called to Ice” et “Where Mountains rise”), on se retrouve avec un court mais impitoyablement rapide “Blacker of Worlds” qui achève les derniers survivants potentiels.
Dommage pour eux car arrive le long “Mighty Ravendark” plus proche de At the Heart of the Winter et du titre “Blood Fire Death” de Bathory (encore) que des premiers albums d’Immortal : un titre épique d’une beauté glaciale absolue qui justifierait presque à lui tout seul l’achat de cet album et surtout lequel le trio nous sort toute la panoplie de ce qu’on a toujours adoré chez lui.

Retour gagnant pour Immortal qui nous signe avec ce Northern Chaos Gods un petit chef-d’œuvre de toute beauté à côté duquel il est définitivement déconseiller de passer.

Tracklist :

1. Northern Chaos Gods (4:25)
2. Into Battle Ride (3:50)
3. Gates to Blashyrkh (4:38)
4. Grim and dark (5:27)
5. Called to Ice (5:06)
6. Where Mountains rise (5:51)
7. Blacker of Worlds (3:43)
8. Mighty Ravendark (9:14)

Site officiel
Story Instagram
Page Myspace
Page Facebook
Agenda ReverbNation
Fil Twitter
Chaine Youtube

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green