Communication de nos partenaires

C’était amusant, ce soir du 20 octobre 2013, de se prendre 3 minutes de pause auditive dans la rue juste devant le Ninkasi Kao. Pendant que Annihilator jouait, on pouvait entendre les sifflets de Gerland situé à quelques centaines de mètres de là accompagner le magnifique résultat de l’Olympique Lyonnais contre les girondins de Bordeaux (égalisation des Lyonnais en fin de match), même que parfois, ça couvrait le son de la bande à Jeff Waters, c’est dire !

Heureusement, l’intérêt principal de la soirée n’était pas de savoir si deux équipes supposées jouer la C3 allaient en fait jouer le maintien jusqu’à la fin de la saison mais bien de se prendre une grosse claque dans la face grâce aux décibels de deux groupes qui auront tout cassé l’espace d’un concert.

 

The Generals, qui ouvraient les hostilités, n’ont vraiment pas été ridicules en première partie de Annihilator. Loin de là.

Ils nous ont asséné un death’n’roll direct aux forts relents de Entombed époque  » au son made in Göteborg. Les quatre suédois ont chauffé la salle d’une fort belle manière et les pogos bien sauvages ont commencé dès la première accélération, bien aidés par un frappeur fou en guise de batteur. Belle bourrasque en guise d’apéritif.

Suffisamment convaincants pour que je reparte avec leur dernier album « Blood for blood » sorti en mai dernier et proposant 30 minutes de furie sonore.

Site officiel : http://www.thegenerals.se/

 

Je n’avais aucun doute quant à la qualité de la prestation live des canadiens d’Annihilator et leur set n’a fait que confirmer tout le bien que je pensais du dernier album (chroniqué ici : http://www.soilchronicles.fr/chroniques/annihilator-feast-2013 ).

Malgré un Dave Padden un rien grippé, s’en excusant même alors que c’en était presque passé inaperçu, le groupe nous assène son lot de titres assassins puisés dans la quasi intégralité de la discographie du groupe. Commençant pas un « Alice in Hell« , le show s’est voulu monstrueux du début à la fin, ce n’est pas la setlist qui prétendra le contraire, mention spéciale aux nouveaux titres (« No Way Out« , « Smear Campaign » et « Deadlock« ) qui ont formidablement passé le cap du live.

 

Du grand, du très grand Annihilator, emmené par un Jeff Waters ostensiblement heureux d’être présent, et d’une gentillesse absolue lors du backstage.

Setlist :
Alison Hell
W.T.Y.D.
Knight Jumps Queen
Reduced to Ash
Set the World on Fire
Refresh the Demon
Never, Neverland
No Zone
Carnival Diablos
Fiasco
Bliss
Second to None
I Am in Command
Phoenix Rising / Sounds Good to Me / Snake In the Grass
Drum solo
No Way Out
Smear Campaign
Time Bomb
Ambush
Deadlock

Rappel :
Ultra-Motion
King of the Kill

 

Une des soirées de l’année, grand merci à Roger Wessier et à Base Prod.

 

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green