Communication de nos partenaires

Reporter : Erikillmister

Photos : Metalfreak

 

 

Pari gagné par Metallian Productions !
Pourtant la barre était placée très haute.
Le challenge ? Remplir la nouvelle salle Grenobloise La Belle Electrique pour un show heavy metal.
Résultat ? Sold-out !
Chapeau les mecs ! Parmi les ingrédients de ce succès, le choix de l’affiche y est sans doute pour quelque chose, rien de moins que deux des pionniers du thrash américain, Exodus et Testament.
Après un petit échauffement personnalisé par les prometteurs Backdawn, auteurs d’une prestation assez convaincante, place aux cadors !
C’est Exodus qui s’y colle en premier, prenant la scène d’assaut sous les clameurs d’un public déjà en transes.
D’emblé, on peut se rendre compte que le son est au rendez-vous. Le groupe ne perd guère de temps en palabres et envoie un « Black 13 » ultra violent, suivi d’un « Blood in, blood out » du même acabit, histoire de prouver que leur dernier bébé (« Blood in, blood out« , donc) est raccord avec ses grands frères.
Du reste cet opus sera largement présent durant le set, les californiens ajoutant 2 autres extraits « Body harvest », au son gras et jouissif à souhait, et « Salt in the wound », assez proche de ce que faisait… Metallica en 1983. Du thrash old school, quoi ! « Bonded by blood » est également bien représenté, avec outre le titre éponyme, sur lequel Steve Souza, de retour au chant, fait hurler le refrain à la fosse, une paire de classique à savoir « Piranha » et surtout le fabuleux « Strike of the Beast ».
Durant tout le set, Exodus va taper fort, et c’est sans notoire surprise que débouleront « Children of a worthless god » et son refrain envahissant votre cortex, « Iconoclasm » semblable à une division de panzers en mouvement, « Blacklist » agressif à souhait sur lequel le remplaçant (définitif ?) de Gary Holt, Kragen Lum s’en donne à cœur joie.
Je n’oublis pas non plus « Toxic waltz », ma petite favorite, avec là aussi un refrain repris par la foule.
Au final, une prestation de haut vol d’Exodus, l’absence de Holt vivant maintenant de nouvelles aventures avec Slayer, étant un compensé par le retour de Souza au chant.
Sirènes angoissante, light show rouge sang, une vocifération semblant venir d’outre tombe, Testament monte à l’assaut de La Belle Electrique drivé de main de maître par l’imposant Chuck Billy.
On nous avait promis du lourd…Et on a eu droit à du lourd !
« Over the wall » où les guitares croisées d’Alex Skolnick et Eric Peterson font merveille, « The haunting » ou maître Chuck nous montrera sa dextérité à faire de l’air guitar avec son pied de micro.
Après ce petit voyage dans le temps(les deux morceaux joués en préambule étant extraits de « The legacy »), place au présent avec un « Rise up » stratosphérique, rendant le pit complètement fou. Dans le même registre « More Than Meets the Eye » ne fera pas grand-chose pour dissiper le chaos qui règne en bas !
Au tour de « The new order » d’être à l’honneur : « Eerie Inhabitants » étant le premier des six extraits de cet album mémorable. « Trial by fire » et son intro au tempo médium qui détonne un petit peu, le groupe revient aux fondamentaux balançant un « Preacher » hargneux qui fait une fois de plus la joie des premiers rangs. « Native blood » sera dédié par Chuck Billy à ses frères indiens (la chanson traite du problème amérindien).
Le front man nous demandera ensuite de faire beaucoup de bruit pour le batteur Gene Hoglan, qui du coup martèlera comme un sauvage son kit pendant « First Strike Is Deadly ». Steve Di Giorgio nous concoctera un amour d’intro pour « Souls of black » avant que l’ineffable Chuck ne s’amuse avec la fosse (circle pit, wall of death…) pour le bien nommé « Into the pit » !
Testament clôturera son show une première fois sur le classique « Practice what you preach » avant de revenir pour un rappel composé de « D.N.R. (Do Not Resuscitate)« , « Days in Darkness« , « Disciples of the Watch » pour mieux nous achever !
Que dire d’une telle soirée ?
Grandiose, phénoménale, inoubliable !
Si on se posait la question de savoir si des concerts de ce calibre-là étaient viables à Grenoble, je crois qu’on a eu ici une réponse cinglante.
Tout était parfait : l’organisation, l’affiche… pas une seule fausse note.
Merci à Metallian Productions de nous avoir offert un tel événement. Je suis persuadé qu’il y en aura d’autre !

https://www.facebook.com/metallianprod

http://www.metallianprod.com/

 

 

 

 

Retour en début de page

1 Commentaire sur “Backdawn + Exodus + Testament (Grenoble, la Belle Electrique, 26 mai 2015)”

  1. 1
    Backdawn + Exodus + Testament (Grenoble, la Belle Electrique, 26 mai 2015) | Soil Chronicles

    […] les live report (http://www.soilchronicles.fr/reports/testament-grenoble-2015), retour en images, cette fois-ci par Olive Yeah, sur la bourrasque thrash du 26 mai dernier à La […]

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green