Communication de nos partenaires

Report et photos : Metalfreak

 

 

Celui là, il ne fallait pas le louper.

 

U.F.O. en live, c’était quasiment un rêve de gosse : aussi loin que je me rappelle, ayant le même age que leur premier album « U.F.O. 1 » (1970), j’ai baigné depuis les années 70 avec le son des mythiques « Light’s out » (1977), « Force it » (1975) ou « Phenomenon » (1974), mais c’est vraiment en 1983 avec « Making contact » et un titre qui m’aura marqué (« When it’s time to rock« ) au fer rouge que je me serai mis à adorer ce groupe qui aura abrité Michael Schenker, Pete Way ou Jason Bonham (entre autres).

Mais ce sont les Russes de Reds’Cool qui auront la lourde tâche d’ouvrir pour ce quintet légendaire : sans pression aucune mais avec juste un bonheur ostensible d’être là, le groupe de hard rock bien teinté FM nous balance sa musique mélodique à souhait avec des guitaristes de talent !

Le chanteur possède un timbre de voix très chaud et la petite heure passée en leur compagnie passe comme une lettre à la poste : une belle découverte pour l’ensemble d’un public qui n’était pourtant pas venu pour eux.

C’est sous un tonnerre d’applaudissements que le groupe repartira.

Si on peut reconnaître bien des qualités aux vétérans anglais de U.F.O., on peut surtout mentionner que ces gars-là sont de véritables showmen.

La scène, ils connaissent, et ils arrivent à nous mettre le feu de la première à la dernière seconde, de par un set certes bien rodé et huilé, d’une précision sans faille, magnifié par la technique incroyable de chacun des musiciens.

A 67 ans passés, Phil Mogg continue à nous ravir avec son timbre si particulier et une attitude transpirant l’humilité.

Pour un mec qui n’a plus rien à prouver, chapeau bas !

Et que dire de ses musiciens : entre un Paul Raymond qui oscille entre la guitare rythmique et les claviers, une section rythmique tenue par Andy Parker (batterie) et un virevoltant Rob de Luca (basse) qui fêtait ses quarante ans ce soir-là – repris en chœur par un public aux anges -, et surtout un Vinnie Moore des grands soirs (pléonasme) qui laisse étaler toute sa classe et son talent à chaque morceau, nous offrant des moments de pur génie (« Rock bottom » en tête, mais aussi « Cherry« , « Doctor doctor » ou « Shoot shoot« .

« Que » treize morceaux nous seront proposés, trop court pour un tel régal, on serait restés des heures et des heures à les écouter, mais un pur moment de rock ‘n’ roll.

 

« When it’s time to rock« , qu’ils disaient ! Ils ne l’ont pas jouée, mais ce soir là, il a vraiment été temps de s’écouter du bon rock, U.F.O. nous l’a offert avec brio.

 

Setlist U.F.O. :
We Belong to the Night
Fight Night
Run Boy Run
Lights Out
Messiah of Love
Venus
Only You Can Rock Me
Burn Your House Down
Cherry
Love to Love
Makin’ Moves
Rock Bottom

Rappel :

Doctor Doctor
Shoot Shoot

 

Un concert du feu de Dieu, on ne remerciera jamais assez Roger Wessier et Base Prod pour continuer de nous organiser des concerts de cette qualité.

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green