Communication de nos partenaires

Live reportWilhelm von Graffenberg

 

 

Quand on arrive en ville…

L’Emporium Galorium à Rouen… Ca faisait un bail que je n’y avais pas mis les pieds : la dernière, c’était pour aller voir des copains qui jouaient dans un groupe de BM avec une thématique normande. Dire que j’y allais souvent autrefois, entre autres pour ses cocktails à prix dérisoire… Changement de team de direction, la clientèle est devenue plus hype (funfact : le rade à deux numéro au dessus s’appelle également Hype) et par conséquent le prix des consos a doublé. Bref, il n’empêche que l’endroit accueille toujours des concerts de metal, et est un des derniers spots pour ça à Rotomagus (à Rouen, quoi). Et c’est d’autant plus navrant de noter la paupérisation de la ville pour ce qui est des salles de concert ; pas de demi mesure : les salles/pubs de taille moyenne se font fait éliminer ou bouffer (des Anorexia Nervosa ou Misanthrope passaient dans des salles convenables au niveau scène, son et contenance, qui se sont fait dégager pour construire des multiplexes, ou éliminer par leur nécessité de faire du profit commercial avec des concerts davantage « fédérateurs » malgré leur emplacement géographique non favorable, qui les mènera à leur perte). Ne restent que les grandes salles qui accueillent des grands groupes (excepté le 106 qui se bouge pour faire valoir tous les genres musicaux) ou les petits bars/pubs avec une cave, comme c’est le cas pour l’Empo, où Misanthrope avait dû se résigner à jouer lors de leur dernier passage dans la ville.

Une bonne poignée de personnes attend devant l’entrée. Ce soir jouent Rebellion of the Loom, Trash Heaven puis Prophecy of Apocalypse.

 

 

Rebel, rebel

Rebellion of the Loom… Je ne connaissais pas du tout ce groupe avant de les voir sur scène ce soir. Normal me direz-vous : c’est leur premier concert. Il semble néanmoins que le public, amis semble-t-il, soit venu en masse pour les voir, et mettre l’ambiance. Je dois dire que pour un groupe débutant, ils ont déjà – ou donnent l’impression d’avoir – de la bouteille, vu comme les deux chanteurs/brailleurs de ce groupe de thrash metalcore occupent la scène (enfin quand je dis « scène », entendez « les deux mètres carrés dans le fond de la cave avec un piédestal optionnel qui permettent de jouer devant max 80 personnes »). Le groupe est carré et dynamique, la mise en place l’est également pour les parties de voix qui s’alternent (imaginez deux Lou Koller [Sick of it all] qui s’enchaineraient) malgré quelques petites hésitations.

Ça bouge sur scène, une grosse énergie est déployée ; le public est répondant aux invectives au bout de deux morceaux, se mettra à pogotter et ira jusqu’au wall of death (même pas peur de se fracasser contre une voute) au grand dam de l’ingé son qui tentera tant bien que mal de protéger son matos proche de la horde sauvage. Le groupe terminera son set par une reprise de Born from Pain, « Stop at nothing » (pas mal jouée, d’ailleurs), puis le seul morceau de leur setlist en français – un des chanteurs promettra de payer une bière à quiconque comprendra un mot des paroles.

Une trentaine de minutes suffisent à ce jeune groupe pour se mettre dans la poche la soixantaine de personnes présentes. Un bon premier concert, prometteur. Ils passeront prochainement – le 15 décembre – au 106 pour le « 106 Experience #49 », une scène ouverte pour les groupes amateurs que la structure du 106 veut mettre en avant.

https://www.facebook.com/rebellionoftheloom/

 

« C’est le jeu, ma pauvre Lucette »

Le temps d’une pause clope-aération pour les spectateurs et moi-même et le second groupe a déjà commencé son set le temps de redescendre. Trash Heaven vient de Laon et évolue dans le thrash. A mon humble avis, ils auraient dû prendre davantage de temps de soundcheck, ça aurait permis d’avoir une balance plus équilibrée entre les guitares, et aussi d’entendre les backings quand il y en avait.

Alors que j’arrive devant la scène, comment vous décrire ce que j’y vois. Un mutant : Dave Mustaine avec le bermuda de Robert Trujillo, jouant sur la gratte (avec les cordes non coupées à la tête) de Dimebag Darrell (la Washburn Razorback) avec un système HF – lol quand on connait l’exigüité de l’endroit et l’ « absolue nécessité » d’un tel matériel – avec la nervosité d’un Angus Young. Problème : le tout sonne complètement factice… et agaçant – tout ce que je déteste, en fait – d’autant plus quand ledit chanteur-guitariste est omniprésent et ne laisse pas de présence aux autres membres. Ce mec EN FAIT TROP, y compris vocalement quand dans chaque morceau, on s’attend (et entend) celui-ci faire des montées vocales sans aucun intérêt musical. Je tiens 3 morceaux et en ai vite marre, au point de remonter prendre une conso. Visiblement, je ne suis pas le seul à être dans ce cas, vu qu’une grande partie du public présent suivra ce départ anticipé – et de ce que j’entendais, pour les mêmes raisons.

Fait indéniable, ils jouent un speed thrash carré. Mais la question de la présence scénique et sa répartition va devoir se poser à un moment pour se groupe, histoire que ça se montre plus naturel et commun.

https://www.facebook.com/trash.heaven.band/

 

Ainsi parlait… Nostradamus

Retour dans la salle, les membres de Prophecy of Apocalypse s’installent et font leur soundcheck. Quelques petits bugs avec l’ampli d’un des guitaristes fait perdre du temps et ne permet à la bassiste que d’avoir un très (trop) rapide test du micro. Leur concert commence avec une salle fort peu peuplée – j’imagine que c’est le contrecoup des départs du public pour/pendant Trash Heaven… Comment vous décrire ce PoA… En spoilant la setlist et vous parlant de leurs reprises de fin de celle-ci : le thrash d’un Metallica des débuts (entendez par là « jusqu’à la disparition tragique de Cliff Burton ») allié au heavy metal d’un Judas Priest.

L’atout fort de ce groupe, hormis d’avoir des compos bien foutues et de l’énergie positive qu’ils dégagent sur scène, c’est la voix heavy metal de leur chanteur-leader, chose rare – surtout quand bien maitrisée – parmi les groupes français. Et qui plus est, la bassiste et lui animent bien le spectacle, en invitant le public à se bouger et crier, même si quelques moments à vide dans les morceaux pourraient être davantage exploités.

Si la 1ère partie du set n’est pas au top (irrégularité du tempo à la batterie, énergie un peu timide, morceau pas forcément entrainant), la 2ème moitié est efficace au point que ceux qui avaient déserté le set du précédent groupe reviennent assister et participer : headbang, crowdsurfings improbables au ras de la voute (y compris celui du chanteur), bref ça bouge dans la salle. Au point que Prophecy devra rallonger son set sur demande d’un rappel général du public qui, après s’être fait enchainer deux covers, aura le droit à une dernière, impromptue, du « Trooper » d’Iron Maiden.

Un bon groupe de heavy thrash, ce n’est pas du genre courant et dans une salle de meilleure qualité, je pense que Prophecy of Apocalypse pourrait ameuter davantage de foule.

https://www.facebook.com/ProphecyMetalOfficial/

Setlist Prophecy of Apocalypse:
-Intro
-Damned
-Infected
-Searching
-Headsman
-God Killers
-The Age of Gods
-Flash of Fire
-Revenge
-Bloodshed
-Tyranny
-Painkiller (cover Judas Priest)
-Creeping Death (cover Metallica)
-Rappel : The Trooper (cover Iron Maiden)

 

Une bonne date proposée par Arkann Records, asso locale qui organise des dates avec les conditions à disposition.

 

 

Retour en début de page

1 Commentaire sur “Rebellion of the Loom + Trash Heaven + Prophecy of Apocalypse à l’Emporium Galorium (Rouen) le 05/12/2015”

  1. pingback pingback:
    Posté: 28th Nov 2016 vers 14 h 52 min
    1
    No Return + Rebellion of the Loom + Sekhmet + Prophecy of Apocalypse (Rouen, le Hipster, 25 novembre 2016) | Soil Chronicles

    […] prestations à laquelle j’avais assisté, à l’Emporium, déjà avec Prophecy of Apocalypse (http://www.soilchronicles.fr/reports/rebellion-of-the-loom-trash-heaven-prophecy-of-apocalypse-a-emp…). Si musicalement ça n’a pas une originalité révolutionnaire, le combo est très efficace […]

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green