Communication de nos partenaires

36H avec Nightmare ou l’incroyable épopée du reporter Metalfreak lors de leur passage à Mulhouse le 11 février dernier.

—————————————

Vendredi 10 février 2012 : 22h00.

« Salut Chris, c’est Yves, je passe te prendre chez toi à 06h00 demain matin » Six heures du mat’… A cette heure là, on n’est pas le matin, on est encore la veille, mais bon, le jeu en vaut la chandelle : passer deux jours avec le groupe Nightmare, ça n’a pas de prix. Entre le bouclage du numéro de mars de Metallian, les répétitions avec le groupe, le concert mulhousien du 11 février, l’enregistrement du prochain album à Montpellier, les sessions photos du même album… C’est bien simple, il lui faudrait des journées de 72 heures pour pouvoir assurer le tout. Inutile de dire que, niveau planning, le concert au Noumatrouff est hyper mal placé, niveau géographique aussi.

Toujours est-il que, dans la mesure où il repartait le dimanche matin à l’aube pour finir le bouclage du magazine, accompagné de Franck qui devait, lui, aller enregistrer ses parties de guitares à Montpellier et de Jo qui devait aller dans le sud également pour raisons personnelles, lorsqu’il m’a demandé si je voulais aller avec lui afin de conduire sa voiture jusqu’au lieu du concert dans ma ville natale, j’ai accepté de suite. Le concert de Nightmare, avec les groupes JC Jess, Syr Daria et Perverted, j’avais de toutes façons prévu d’y aller en train afin d’en ramener à la fois un live report et une galerie photos pour Soil.

Samedi 11 février 2012 : 06h00.

(*** gros baillements ***) Si deux choses sont certaines, c’est que Yves est ponctuel : à l’heure pétante, la sonnerie retentit, tuant dans l’œuf une dernière tentative de rendormissement de la part de mon sommeil insistant. La deuxième étant que, définitivement, je ne suis pas du matin…

Ce matin là, il m’apparut une nouvelle loi de la nature, à savoir le choc thermique lors de la sortie de l’appartement, passant un corps de 21° à -15° en l’espace de quelques secondes anéantit totalement les sensations de fatigue : non seulement ça pique, mais ça pique sévèrement ! Et surtout ça réveille, ça réveille même d’autant plus qu’une chute de neige assez forte, squattant uniquement Grenoble et ses environs, balance vicieusement ses flocons dans les rares endroits qu’on aurait éventuellement oublier de couvrir ! Qu’à cela ne tienne, maintenant, les yeux sont grands ouverts pour prendre la route. Un détour par Lyon pour récupérer Franck (guitares) au passage, et on s’en allait retrouver le reste du groupe et des techniciens dans un mini bus à une aire d’autoroute préalablement concertée.

En attendant, on a l’occasion de discuter, pas mal, sur le groupe, son avenir, le concert du soir, le départ de JC, l’arrivée de Matthieu, quelques infos sur l’album à venir mais rien ne filtrera sur la pochette ou sur la tracklist. « Désolé Chris, secret d’état » (rires) me dira un Campion hilare. Inutile d’insister, de poser quelques questions détournées, le gaillard ne dira rien… Malgré tout, quelques petites informations passent :

Yves, entre les répétitions d’hier, le bouclage de Metallian, les sessions photos et les répétitions de cet après midi, le concert de ce soir, le studio de demain à Montpellier… il ne te faudrait pas des journées de 72 heures ?

Yves Campion (basse) : Euuuuh, 135 heures… au moins. Mais bon, pour le coup, ce n’est pas moi qui vais au studio demain, c’est Franck. Pour ma part, j’ai déjà fini… Concernant le studio, il faudrait lui poser la question à lui.

Alors Franck, quel est ton programme de demain ?

Franck Milleliri (guitares) : Déjà, il y a le concert de ce soir, à Mulhouse, qui n’est pas super bien placé. Faire une date avant de rentrer en studio, ce n’est pas la meilleure des choses. Mais on n’allait pas refuser non plus, ça nous faisait plaisir de jouer à Mulhouse, ça faisait un moment qu’on n’avait pas joué ici. Mais ça va quand même être une très bonne soirée, on a des choses à annoncer ce soir…

Y.C. : Ca va être le dernier concert de JC

F.M. : Oui, ça va être son dernier concert avec nous, ce qu’on n’a pas encore annoncé officiellement en France. On va aussi présenter le nouveau guitariste, qui va aussi participer à l’enregistrement. On attaque lundi les grattes, on en a pour une semaine, chez Patrick Liotard au Peek Studios en sachant qu’on a procédé différemment : les lignes de chant sont déjà faites. Toute la partie chant a déjà été enregistrée, vont venir ensuite les guitares, la basse, la batterie. Donc voilà, une grosse semaine et Matt, le nouveau gratteux, va me rejoindre mardi pour faire la session solo.

On peut déjà avoir quelques précisions quant au contenu de l’album ?

F.M. : ça reste du Nightmare, clairement : pour moi, la signature du groupe, ça reste de toutes façons la voix de Jo. Au niveau des guitares, pas de grands changements, ça reste assez rentre-dedans. Mes influences restent thrash, comme Testament. Il faut savoir que musicalement, l’album a été composé en une semaine. Si ça a pris aussi peu de temps, ce n’est pas histoire de dire qu’on a fait un truc de malades, mais c’est qu’on a été pris de court. On travaille toujours dans l’urgence et là, c’était une semaine non stop pour composer tous les morceaux… donc on a été vraiment justes. Mais au final, on a tout réussi à mettre en boîte. Donc voilà : toujours les guitares rentre-dedans, peut-être plus heavy… mais pas dans le sens « c’est notre album le plus heavy que l’on ait fait » mais dans le sens où l’on n’a pas de complexes à faire des refrains vraiment heavy metal qui accrochent, qui sont fédérateurs.

Yves, tu peux en dire plus sur le départ de JC et l’arrivée de Matthieu ? Comment tu l’as recruté et pourquoi ?

Y.C. : On a effectivement un nouveau guitariste mais je ne vais pas t’en parler maintenant dans la mesure où on ne l’a pas encore intronisé officiellement à la minute où je te parle. Et ça sera fait en temps et en heure, dans les quelques heures qui vont venir (rires).

Rassure-toi, je ne mettrai pas l’interview en ligne d’ici ce soir (rires)

Y.C. : Non, en fait, le départ de JC est du à ses impératifs. Il va faire ce soir son dernier concert avec nous… On s’entend très bien, ça se passe très bien mais il a un emploi du temps qui ne correspondait plus avec les impératifs qu’on a avec Nightmare, le planning. Il a son propre projet (NdMFK : JC Jess) qui lui prend pas mal de temps aussi sur lequel il est aussi chanteur. Il s’exprime différemment que dans Nightmare, il faudra lui poser la question en direct (NdMFK : c’est prévu). Il n’y avait pas un conflit d’intérêt mais un conflit d’emplois du temps. Nous, comme on n’a pas envie de freiner alors plutôt que de les différer, on a convenu qu’il valait mieux qu’on continue d’avancer avec un nouveau guitariste.

Petit déjeuner à l’aire d’autoroute en compagnie de tout le monde : outre Franck, Yves et Diane déjà sur place, voici qu’arrivent Jeep (manager), Muriel (ingé-son), Pierre et Jean-Yves (techniciens grattes et batterie) ainsi que les trois manquants du groupe : Jo, David et Matthieu.


Quand on n’a pas de tête, on a des jambes… ou de l’essence dans le réservoir : jouer en baskets blanches sur scène, ça fait désordre, aussi a-t-il fallu faire un arrêt dans un magasin mulhousien afin de voir Yves nous faire un remake du « grand blond avec une chaussure noire » et rejoindre tout le monde à l’hôtel.

Samedi 11 février 2012 : 13h30

Arrivée au Noumatrouff, quatre ans après ma dernière visite avant une mutation en Isère. Revenir à ses sources et revoir des amis de longue date sont toujours facteur d’émotions, y accompagner Nightmare a été un véritable régal. Accueil chaleureux de la part de l’association MetalAngels qui aura fait un travail formidable tout au long de la journée. Petite restauration en loge, premiers réglages entre Franck et Matthieu, Yves, lui, s’affaire à la répétition de ses lignes de basse sur un « Kill the king » qui sera joué ce soir pendant que Jeep donne ses consignes. Les autres groupes, Perverted et Syr Daria sont déjà là. Le temps de tailler une discussion avec Seb (Perverted, basse) et Matthieu (Perverted, batterie), potes de longue date et les Nightmare vont commencer leurs balances pendant deux bonnes heures. Séance maquillage ensuite pour une session photo sur fond noir pour la promotion de l’album à venir, et les balances des autres groupes peuvent commencer.


Samedi 11 février 2012 : 18h
.

JC s’en va, ce n’est plus un secret : Nightmare perd un excellent guitariste à la mentalité irréprochable, on en a parlé plus tôt. Mais qu’en pense-t-il lui-même ? Réponses autour d’un verre, au bar du Noumatrouff, avec un JC bien déconneur et toujours aussi… cool !

Bon alors JC, ça y est, tu t’en vas ?

JC (Nightmare : guitares ; JC Jess : guitares/chant) : Ben oui, il parait, malheureusement, ce sont les choses de la vie, c’est comme ça ! Je serais bien resté mais les autres ont décidé de me virer. Donc je n’y peux rien. Tu vois, j’ai pourtant tout fait pour essayer de rester dans le groupe mais ils m’ont dit « Ecoute JC, ça ne va pas du tout, tu bois trop, tu ne joues pas bien, il faut qu’on prenne quelqu’un qui est à la hauteur du groupe ». Donc voilà, je m’incline…

Et là, je dois marquer « rires » à la fin ? (NdMFK : euh… rires)

En fait, c’est pour les faire chier. Disons que j’essaie de lancer cette rumeur… mais bon, il faut le dire quand même, c’est une FAUSSE RUMEUR, parce que bon, il ne faut pas leur faire trop de torts quand même, aux pauvres Nightmare (rires). Non non, mais plus sérieusement, maintenant qu’il y a deux groupes, JC Jess et Nightmare, qui tournent bien, ça devient dur de gérer les deux et là, on arrive à un moment où il faut prendre une décision. Plutôt que de faire deux groupes en étant à 50% dans chaque, il valait mieux en faire un seul… à 100%. On en arrive à un niveau où, si je garde les deux, il y en a forcément un qui va en souffrir. Et il y a aussi le fait que, à notre niveau, on n’arrive pas encore à bouffer grâce à notre musique, donc avoir deux groupes de ce niveau-là qui tournent beaucoup, ce n’est pas évident pour payer les factures. Si tu veux, on en est à un stade où on ne peut pas bouffer sur notre musique mais ça prend trop de temps pour arriver à avoir un boulot à côté qui rapporte bien, donc voilà, malheureusement, je suis obligé de lâcher un groupe.

Tu es resté longtemps dans Nightmare ? Que gardes-tu de toutes ces années ?

En 2008, c’était mon premier concert, au Hellfest… ça fait donc quatre ans. Super concert, on a fait plein de jolies dates aussi, avec de super souvenirs. Il faut dire que ça s’est vraiment bien passé humainement. A la base, quand j’ai intégré Nightmare, c’était pour du dépannage et quand ils ont eu besoin d’un guitariste à plein temps, je ne cherchais pas de groupe spécialement mais ça s’est fait sur un coup de cœur parce qu’on s’entendait super bien, on se marrait, l’ambiance était bonne. Je garde surtout le plaisir d’avoir joué avec eux, d’avoir fait des super dates, des super moments.

Il faut s’attendre à te revoir faire des bœufs avec eux, je pense

Si l’occasion se présente, avec plaisir. Mais l’idéal que je leur souhaite, c’est qu’ils trouvent un remplaçant qui fasse bien l’affaire, qu’ils puissent arriver à faire toutes les dates sans avoir besoin de moi. Je peux évidemment rester remplaçant s’il y a besoin, même avec grand plaisir…

… je parlais plus en tant que « guest »…

Alors là oui, bien sur : ce soir par exemple. Tu verras, on a prévu un petit truc parce que mon guitariste dans JC Jess a également fait des remplacements pour Nightmare. Nightmare, c’est une grande famille. Oui, en effet, quand on sera sur la même scène, il y a certainement des trucs comme ça qui vont se mettre en place… des petits bœufs ! Maintenant, je ne sais pas : peut être qu’il y aura des seaux d’eau sur scène. Enfin, peut être pas quand même (rires).

Oui, on pourra s’asperger de sucre, aussi… Jo comprendra (rires)

Voilà, par exemple (rires)

Que peut-on te souhaiter alors ?

Tout ce que tu veux : l’argent, la gloire, le succès (rires). Non, sérieusement, c’est surtout de continuer à se faire plaisir et d’arriver à tenir le coup. D’arriver à continuer malgré les difficultés : tous ceux qui ont un groupe savent de quoi je parle. Ce n’est pas toujours facile : il y a les aléas ; les musiciens, ça va, ça vient. Les problèmes de sous, de budget, la crise du marché du disque…

Tu as quelque chose de particulier à leur dire, là, maintenant tout de suite ?

Non, rien de spécial sinon que j’espère continuer à les voir, qu’ils ne vont pas faiblir et qu’on va continuer à se croiser longtemps sur scène, dans le milieu metal. Je leur souhaite tout le meilleur.

… et tu n’es pas loin de Grenoble, de toutes façons…

Tout à fait (gros clin d’œil), on reste en contact, on n’est pas fâchés (rires).


Rassurés par toutes ces bonnes nouvelles, on pouvait entrevoir la suite de la soirée sous de meilleurs auspices. Après tout, c’est l’heure du repas, il va bien falloir compenser par la bouffe les quelques bières, whiskies et autres substances éthyliques diverses ingurgitées, avec modération bien sûr !!!! Perverted venait de finir ses balances et leur batteur Matt, que j’avais pu voir il y a quatre ans dans Scorpenn, a fait des progrès époustouflants ! Retour en loge avec Yves qui partira répéter ses gammes, et un Jo, toujours disponible pour quelques mots concernant l’album, l’actualité de Nightmare et le départ de JC.

Jo, dis-moi, que s’est-il passé pour Nightmare depuis la dernière fois qu’on s’est vus ?

La dernière fois qu’on s’est vus, c’était lors du concert qu’on avait organisé à Fontaine pour l’enregistrement du DVD…

Tout à fait…

Alors il y a eu la sortie du DVD, il y a eu ensuite une tournée-promotion de l’album « Insurrection » et du DVD avec Sabaton. C’était une tournée européenne avec des super dates, il y a aussi eu tous les festivals d’été de l’année 2010 et 2011, notamment le Wacken entre autres. Et depuis peu, on est sur l’enregistrement de notre nouvel album…

Les voix sont finies, d’ailleurs !

Les voix sont effectivement faites, on va bosser la semaine prochaine sur les parties guitares, puis basse, puis batterie, et les chœurs en fin de semaine.

C’est à Montpellier…

Oui, chez Patrick Liotard. On a choisi cette fois-ci d’enregistrer chez lui

Vous aviez déjà enregistré chez lui, d’ailleurs !

Oui, mais pour enregistrer des parties de l’album. C’est vrai que jusqu’à présent, on avait fait confiance, sans regret aucun, à des gros producteurs allemands ou suédois, notamment Fredman ou Achim Kohler, pour les albums précédents. Cette fois ci, on a préféré travailler un peu plus avec Pat : on lui a confié le travail de la production de l’album, en ce sens qu’il n’est pas là uniquement pour faire ingé-son mais il est là aussi pour travailler sur l’album, sur les compos, sur l’interprétation au niveau du chant, étant donné que c’est un type qui a une expérience fabuleuse et avec qui on, et moi personnellement, se sent très bien. On a déjà travaillé ensemble sur le DVD, j’avais déjà fait le chant sur le précédent album avec lui et c’est également quelqu’un avec qui je m’entends très très bien et qui me met vraiment en confiance et qui arrive à tirer le maximum de ce que je suis capable de faire.

Quelle est sa méthode ?

La mise en confiance déjà, il sait nous mettre à l’aise mais par contre, il est pointilleux, ne laisse rien au hasard. Tout est important dans ce qu’il fait. Du coup, ça nous fait évoluer, ça nous fait avancer. Moi personnellement, de travailler avec lui est très enrichissant. Pourtant, j’ai de l’expérience en studio, mais là, je trouve que c’est encore une étape supérieure dans le travail en studio. Et d’ailleurs, l’album sera empreint de son savoir-faire et peut être aussi de son influence. C’est un album qui sera différent tout en restant dans la continuité : les compositeurs sont les mêmes. C’est un album qui en tout cas, pour ma part, me satisfait jusqu’à présent totalement… et on est encore en train de bosser dessus. Souvent, quand on demande à un musicien quel est son meilleur album, c’est toujours le dernier, mais pour le coup, j’avoue qu’au jour d’aujourd’hui, j’en suis convaincu.

Et ce soir, c’est la dernière de JC… Tu as un petit message à lui transmettre ?

JC, on t’aime. JC, les arrêts sur les autoroutes pour que tu ailles aux toilettes vont nous manquer. Bon, d’un autre côté, on mettra deux fois moins de temps pour faire les trajets, et ça c’est bien (rires). Mais bon, on te souhaite de t’éclater totalement avec JC Jess. C’est un départ qui a été le résultat d’une concertation : ce n’est ni un rejet de notre part, ni un rejet de la sienne. Mais c’est un choix, de JC au départ, et on respecte tout à fait ce choix. C’est un type qu’on apprécie beaucoup et qui a été franc avec nous. On ne lui souhaite que du bonheur avec son groupe et ce soir, ça va être la fête.


Chose promise, chose due : en effet, question fiesta, ça a été le cas. On passera sur les prestations des autres groupes, pour ne pas faire doublon avec le live report pour parler directement des 90 minutes de Nightmare. La première heure a vu le groupe nous délivrer un show entre le « très bon » et « l’époustouflant », malgré un public qui aurait pu manifester un rien plus d’enthousiasme. De mémoire, en 2007, au même endroit, l’accueil fut plus explosif. Qu’à cela ne tienne, la patate qu’a mis le groupe malgré un Yves et un Franck bien grippés s’est avérée contagieuse : ça headbanguait sec à côté des photographes, ça criait fort : les fans étaient là, fidèles et heureux et ça se sentait.

Au bout d’une heure, on assiste au passage de flambeau : en effet, on l’aura compris, JC jouait son dernier concert avec Nightmare, et Matthieu allait passer au révélateur. Trois morceaux plus tard, « 3 miles », « Cosmovision » et surtout « Trust the crowd » des plus convaincants, sur lequel Franck et Matt nous ont gratifiés de soli au petits oignons et un duel de guitare qui valait le détour, le public, bien que scandant encore le nom de JC en guise d’au revoir, semblait avoir adopté le petit nouveau qui, il faut bien le dire, a « mouillé le maillot » ! Le dépucelage effectué, l’intéressé lui-même avait l’air satisfait :

Matt, tu viens de faire tes trois premiers morceaux avec Nightmare, raconte-nous ça !

Matt : Et bien, je suis vraiment super content, c’était génial, trois morceaux… (coupé par David et moi-même)…

… (sur le même ton) Oui, et puis l’important, c’était de prendre les trois points (rire général)…

Voilà, ça y est, je suis perturbé maintenant (rires)… Non, vraiment, trois morceaux intenses, vingt minutes à fond et une bonne réaction du public, donc c’était top.

Il t’a bien accueilli quand même

Oui, j’ai trouvé que c’était cool

David (Amore, batterie) : j’ai trouvé sympa qu’ils fassent des éloges à JC et qu’ils accueillent le nouveau, c’était sympathique.

L’after show valait le détour également, puis rangement du matériel, et nuit à l’hôtel, dernière bière avant de s’écrouler pour une nuit salvatrice ! Le lendemain, petit déjeuner et trajet du retour, une dernière interview de David pour la forme, avec un Matthieu comateux juste à côté. Comateux mais qui n’en loupait pas une miette. Sinon, pour la retranscription, David, ne mange pas de Chips devant un dictaphone !

David, tu en penses quoi, du petit jeune ?

David Amore (batterie) : Je dirais « nickel » mais il va falloir qu’il fasse ses preuves ! … mais je ne parle pas sur le côté musical !!! (rires)

En backstage, non ? (rires)

Voilà, on va l’initier… mais je crois qu’il a compris les ficelles (rires)

Parle-moi de l’album maintenant

Cet album va sûrement choquer beaucoup de monde parce qu’on a vraiment travaillé différemment cette fois-ci. Au lieu de faire comme on a toujours fait en partant d’une base rythmique ou d’une base guitares, on a cette fois ci vraiment crée des lignes de chant et fait la musique après. Et du coup, on a exploité un filon qu’on n’avait pas encore exploité jusqu’à présent.

Qui l’a décidé : Patrick Liotard ou vous-mêmes ?

Un peu le producteur mais c’était aussi la volonté du groupe : il nous a conseillé aussi de faire comme ça. C’était d’un commun accord, oui. On voulait mettre en avant le chant, surtout moi, personnellement, qui « gavait » les autres membres du groupe en leur disant « j’aime les chants mélodiques, je ne suis pas fermé au chant extrême mais je n’en veux pas beaucoup ». J’aime la mélodie : là, pour le nouveau guitariste, c’est pareil, on a choisi quelqu’un qui est hyper mélodique, qui nous fait des soli mélodiques. Moi c’est vraiment ce que je cherchais. C’est bon ? J’ai juste (rires)

Pour le coup, accompagner le groupe pendant 36 heures a été un régal du début à la fin. Tous les intervenants se sont montrés accueillant, à aucun moment je ne me suis senti comme une pièce rapportée. Que ce soit niveau émotionnel, délires, les moments sérieux, tout s’est fait dans un partage tel que j’avais la sensation de les connaître depuis toujours.

Un grand merci à Jeep (manager), Yves, Franck, David, Jo, Matthieu et JC (Nightmare), Jean-Yves et Pierre (techniciens), Muriel (ingé-son), Diane (merch’), l’ensemble de l’association MetalAngels et le staff du Noumatrouff.

Pour finir, info de dernière minute : « le groupe est actuellement en train de mixer son nouvel album nouvellement intitulé, The Burden Of God au studio Peek Recordings dans le Sud de la France… L’album est produit et mixé par Patrick Liotard et contiendra 9 titres + Bonus… notamment : « The Doomsday Prediction », « Sunrise In Hell », « The Preacher », « Children Of the Nations » ou « The Dominion Gate Part 3 », ce dernier marquant la fin de la Trilogie commencée sur l’album The Dominion Gate (2005)…avec en Special Guest sur ce nouvel opus, Magali Luyten (Epysode, Beautiful Sin, Virus 4) et Stéphane Buriez (Loudblast) pour les voix death metal !…

C’est aussi désormais officiel… Nightmare fera un concert promo’ du nouvel album sur 2 soirs à Grenoble, Ampérage avec en premières parties : VULCAIN, SANCTUAIRE, MANIGANCE, ETERNAL FLIGHT et AUSPEX… les 25 et 26 Mai prochains ! Réservations conseillées ! http://www.amperage.fr/ … + Séance de dédicaces prévue le 25 mai à 17h avec VULCAIN au magasin BACKSTAGE : 7 Avenue Gén Champon 38000 Grenoble Tel04 76 47 36 89 – TRAM : Chavant / Albert 1er de Belgique … » (source http://www.facebook.com/NIGHTMAREofficial)

36 heures de rêve avec un groupe qui s’appelle Nightmare, ça ne s’invente pas !!!

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green