Communication de nos partenaires

Live report + Photos + vidéos : Bloodybarbie

Note: Une galerie photos se trouve à la fin de l’article !

Les voilà de retour, moins d’un an après leur dernier passage, et en plus sold out une fois encore ! Quand on fait du bon Black, on a ses propres fidèles, et il se trouve que Mgla devient de plus en plus réputé, avec seulement 3 albums, qui ont eu un franc succès, un nom que chaque black metalleux qui se respecte doit connaitre. D’ailleurs, beaucoup d’autres groupes les citent en tant que référence ! Et maintenant, ils remplissent des alles avec plus de 400 fans, et pourquoi pas un jour, ça atteindra les 666 ! Le public demande, le public est servi (Merci Garmonbozia) !

Cette fois, ce n’est pas à Glazart que nos chers polonais jouent mais à Petit Bain – encore bien mieux – accompagnés par deux très bons groupes aussi : leurs compatriotes polonais Deus Mortem (on va finir par croire que les polonais dominent la scène black metal) et surtout les français Aosoth !!! Encore une fois, merci Garmonbozia pour cette belle date !

 

Deus Mortem: God is dead…

Deus Mortem a la particularité d’être un des divers side project d’Inferno, le fameux batteur de Behemoth, qui s’est adonné à d’autres groupes comme Azareth, Agony, ex Christ, et donc Deus Mortem, non pas en tant que batteur mais en tant que guitariste, pendant que Nergal combattait le cancer. Mais aussi un autre grand nom de la scène black metal fait parti de ce groupe : Necrosodom (ex-THUNDERBOLT, AZARATH, ANIMA DAMNATA) ; je vous laisse imaginer la qualité de ce que ces deux brillants (pardon ce qui est noir ne brille pas) musiciens ; un mix entre Vader, Urgehal et Watain (les trois premiers noms qui me viennent à l’esprit lorsque j’écoute Deus Mortem). Mais, hélas, Inferno n’assure pas les live (sauf exception exceptionnelle, si vous négociez bien avec lui pour vos funérailles et que vous êtes près à payer cher, il viendra pour l’enterrement de votre vie de… heu, de votre vie, tout court) !

Deus Mortem a sorti « Darknessence », EP de 2011 en édition limitée à 100 copies, composé seulement par le duo Necrosodom / Inferno, puis son album « Emanations of The Black Light » en 2013 et ils nous interpréteront ce soir quelques nouveaux morceaux d’un potentiel prochain album. Un bon apéro pour cette soirée qui s’annonce bien noire avec deux excellents nouveaux titres de bon augure, vivement le nouvel album !

Ce qu’il y a de spécial, c’est que le chant est assez distinct contrairement aux groupes de Black Metal traditionnel, on arrive à distinguer des mots, et oui c’est possible ! Puis leur musique a un petit brin de Thrash. Deus Mortem nous submerge dans une atmosphère lourde et sordide avec des riffs assez prenants, vous vous sentez enterré petit à petit jusqu’à toucher le fond du gouffre ! L’usage des soli dépasse la moyenne normale pour du BM, une alternance entre tempo rapide et mid-tempo, blasts (avec un batteur qui adore taper sur les cymbales), soli véloces… ce qui fait qu’on ne décroche pas : la monotonie n’est pas au rendez-vous. On sent le guitariste qui ne sait pas qu’enchainer des tremolos mais qui veut montrer ses talents !

Setlist Deus Mortem:

-It Starts to Breathe Inside
-Receiving the Impurity of Jeh
-Olam Haberiah (nouveau titre)
-The Higher Sun (nouveau titre)
-Penetrating The Veils Of Negativity (nouveau titre)
-Ceremony of Reversion (Part I)
-Emanation

 

Aosoth : Passion & Destruction

Qu’est-ce qui fait le charme d’un bon Black Metal ? C’est quand le groupe, ou encore mieux le chanteur du groupe, est possédé par le Diable, et qu’il l’exprime corps et voix (pas « âme » puisqu’elle lui a déjà été vendue), mais surtout quand les disciples de Satan nous possèdent à travers leur musique noire et démoniaque. Voilà comment décrire l’effet Aosoth – bon, ce n’est certainement pas le seul groupe qui nous fait cet effet, un parmi tant d’autres. Un des rares bons groupes de Black Metal français, parisien même, je dirais. Du très, très haut niveau et qui trouve parfaitement sa place dans une telle affiche. Œuvrant dans les profondeurs de l’enfer depuis 2002, avec nombreux EP & splits et 4 albums, leurs concerts se font assez rares !

Ils nous offrent des mélodies noires, une atmosphère pesante et sordide, quelque peu doomesque ou ambient comme dans « An Arrow in the Heart », entre excès de vitesse aux blasts et décélération, laissant place à des mélodies calmes le temps de vous reposer les cervicales, entre paix et violence… C’est encore mieux que Deus Mortem. MkM, le chanteur déchainé, a du mal à rester à un endroit, enroulant le micro bien autour de ses poignés pour qu’il ne s’échappe pas (trop pauvre pour se payer un porte micro). Il semble en transe, il vit ses textes que personne ne comprends de toute façon ! Une belle setlist mais leur concert est passé beaucoup trop vite !

Si vous voulez les revoir, ça sera avec AngelCorpse et Hell Militia le 27/10/2016 au Divan du Monde (Paris).

Setlist Aosoth:
-An Arrow in Heart
-III – I
-Ritual Marks of Penitence
-III – V
-Temple of Knowledge
-Appendix C

 

Mgla : Brouillard mais pas brouillant !

Je me suis toujours demandée comment on prononçait Mgla, et j’entends plusieurs prononciations, finalement chacun fait comme il veut, mais qu’on prononce le L ou pas, les connaisseurs sauront de quoi vous parlez mais le plus intéressant, si vous êtes un minimum curieux, ce n’est pas comment ça se prononce mais ce que ça veut dire, et d’ailleurs la réponse c’est : Le brouillard !

Et si on faisait des exercices ?! Pas que du headbang mais des exercices de futilité orchestrés par nos polonais adorés ! Et c’est encore avec la tournée de la promotion d’ « Exercice of Futility », sorti en 2015, qui n’est pas terminée : avec un album comme celui-là, peut-être leur meilleur, il est clair que le nombre de fans a augmenté et le groupe a gagné en prestige, surtout depuis qu’ils ont ouvert pour Behemoth !

Ce que le groupe fait de spécial aussi, c’est que chaque titre d’un album est suivi d’un nombre, pour les distinguer quand même ; il y a pire comme flemme (pour ne pas citer Karma to Burn qui ne font que numéroter leur titres, tous albums confondus).

Chaque album est une expérience auditive authentique, une aventure dans l’antre profonde du Mal, un véritable plaisir !

Quand Mgla joue, le monde se la ferme, regarde (enfin il n’y a rien à regarder chez 4 hommes masqués, à part leurs instruments) mais il faut surtout écouter et très attentivement tout en jouissant intérieurement (bon, on peut pas trop headbanger car risque de brisure de nuque si on essaie de suivre le tempo, par moments torrentiel), il n’est pas question de passer à côté d’un seul brin de leurs mélodies car Mgla, c’est Mgla !

Il y a différentes façons de se faire remarquer : quand on est beau et là c’est facile, quand on est très moche… et ça, c’est facile aussi… et quand on est masqué – surtout si on est trop moche, de façon à ne pas heurter la sensibilité du public. Chez Mgla, on ne le saura jamais, mais qui sait : peut être que c’est une grande star de la pop ou du rap qui a voulu faire du Black Metal sans se faire remarquer… On ne le saura jamais !

Mgla joue pendant une heure non-stop et quitte la scène une fois leur mission accomplie, ni rappel, ni Hell Ô, ni adieu, dans la froideur totale, tes des trve blackeux ! Le son est excellent (Satan merci, si c’avait été au Glazart, ça n’aurait jamais été aussi bon) et aussi bon que sur album d’ailleurs, propre et technique, puisant de leurs trois albums et EPs, mais plutôt axé sur le dernier, bien évidement.

Mention spéciale pour la fille – ou  s***** – qui, bourrée, se met à bousculer violemment tout le monde, telle une possédée et fouteuse de merde, et qui reçoit de sacrés coups bien mérités par les mecs qui se retenaient de frapper une femme… Mais quand c’est trop, c’est trop : il a fallu qu’elle se prenne un bon coup sur la tronche pour arrêter ses conneries. On ne pogotte pas sur Mgla, voyons !

Excellente soirée très jouissive, merci Garmonbozia pour l’accréditation et l’organisation comme d’habitude !

Setlist Mgla:

-Mdłości I
-Further Down the Nest I
-Exercises in Futility I
-Mdłości II
-With Hearts Toward None I
-Exercises in Futility II
-Groza III
-With Hearts Toward None VII
-Exercises in Futility VI

 

Galerie photos: j’ai pris la sage décision que lorsque les lumières sont trop pourries, je publierai même les photos dégueulasses, à l’image du black metal et des blackeux qui aiment bien les choses sales et underground, vous êtes servis par cette galerie !

 

 

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green