Communication de nos partenaires

 

Me voilà, me re-voilà de retour en douceur avec cette date ma foi, assez réussie malgré des conditions assez « vents contraires », si vous voulez. Ce fameux 18 Septembre où j’ai l’honneur de prendre un an de plus, je n’ai bien évidemment pas souhaité passer cette soirée au travail et ai pu prendre quelques heures pour faire l’aller-retour à Toulouse.

L’idée était d’arriver à l’heure, et force est de constater que décoller de ma ville aux alentours des heures de pointe n’a pas été la meilleure des solutions. En prenant l’autoroute, trois bouchons plus tard et une perdition complète sur le centre-ville de Toulouse (monde civilisé, mais ils sont fous !), je gare ma voiture non sans un grand coup de main téléphonique (Merci Ludovic et surtout son ami) sur le parking du Complexe du Ramier. Celui-ci est composé de plusieurs salles, donc la plupart sont quand même forgées dans l’esprit boîte de nuit. C’est donc dans une ambiance boule à facette et grosses étoiles brillantes que se déroulera cette soirée relativement calme malgré la qualité de l’affiche. Certes, on est en semaine mais la salle est réservée à autre chose en WE, ça n’est jamais évident de composer de sorte à contenter tout le monde.

Niveau timing apparemment tout s’est bien passé à mon arrivée. Les groupes Heaving Earth et Soul Sacrifice ont donc déjà joué et c’est sur Forsaken World que je fais ma timide apparition. Dommage paraît-il que j’ai loupé Soul Sacrifice, on me parle d’un très bon combo Death alliant technique et efficacité : « Un truc bien lourd et super posé » me dit-on. Personne par contre, du moins dans mes connaissances, n’a l’air d’apprécier grandement Forsaken World, alors que ma foi, j’y trouve une belle énergie et un jeu de scène appréciable. Ok, c’est peut-être un peu mélangé et il n’y a selon mes goûts pas assez d’esprit black metal dans son suspense ou sa noirceur (je fais la même remarque en écoutant leur premier album : « A Time Reflects Our End ») mais le groupe est prometteur, voyons ce qu’ils nous proposeront pour la suite avec e concept de monde perdu, base pour la création d’un autre. Ca n’est certainement pas pour rien que Marduk les ont choisis pour faire la tournée entière. Oui, quand même.
Immolation nous déverse peu après son Death et son jeu irréprochable. Les gaillards savent aussi bien faire preuve de caractère, d’unicité et provoquent l’admiration. Rien que le jeu du guitariste et les moulinets artistiques du leader chevelu, font l’unanimité. Groupe valeur sûre, ultra apprécié des blackeux à l’esprit Death, il enchaîne ses titres cultes ainsi que certains de « Majesty and Decay », faisant aussitôt virevolter les fans dans les airs.

Set List :
1. Close to a World Below
2. Swarm of Terror
3. Majesty and Decay
4. Father, You’re Not a Father
5. What They Bring
6. Into Everlasting Fire
7. A Glorious Epoch
8. Under the Supreme
9. Unholy Cult
10. No Jesus, No Beast
11. Dawn of Possession

Marduk ensuite, le groupe phare de la soirée, entame son set en grande pompe. Set list magnifique, seul le son, pour être synthétique, laissera à désirer. Morgan et Mortuus font le show à eux seuls, encadrés par leurs eux acolytes fidèles à eux même. Ce que j’aime vraiment chez Mortuus, sont ses attitudes et divers jeux de regards et de mains, appuyés par une posture globale qui ajoute à la puissance de l’ensemble. La gestion des lumières, un cauchemar pour les photographes car tout est en contre-jour (avoir une photo de Marduk demande de se lever de bonne heure) mais ma foi, en live ça rend parfaitement bien, Ne retirons pas au black metal ce qui appartient au black metal. Beaucoup de morceaux du dernier album aussi « Serpent Sermon » que j’avais écouté avant de venir, un album dans la continuité d’un Wormwood ou d’un Rom 5 :12 qui n’est pas pour me déplaire, plein de morceaux contrastés et malsains, ponctués d’expériences sonores alliant qualité et black metal cru propre au groupe. La majorité du public est ravi de ces choix et de la prestation du groupe, dommage cependant qu’il n’y ait pas eu un peu plus de monde mais vu l’état déchaîné du public, je me demande quand même si ça n’aurait finalement pas mis la salle sens dessus dessous.

Set List :
1. Serpent Sermon
2. Nowhere, No-One, Nothing
3. The Levelling Dust
4. The Black Tormentor of SatanP
5. On Darkened Wings
6. Slay the Nazarene
7. Temple of Decay
8. With Satan and Victorious Weapons
9. Deme Quaden Thyrane
10. Within the Abyss
11. Baptism by Fire
12. Panzer Division Marduk
13. Souls for Belial

Vers une heure du matin je reprends ma voiture après l’avoir extirpée d’une soirée étudiante et bizutage, 30 tonnes de jeunes majeurs sous alcool, une cinquantaine de bières et de papiers de frites grasses sur le capot, très agréable mais c’est avec le sourire que je regagne mes pénates en une heure et demi. Vive la route de nuit.

Suivra ce reportage un petit point historique sur l’Association SPM Prod qui s’est démené pour cette date (avec Necrokosm Prod) et d’autres, teinté d’une volonté toute particulière de soutien de la part de notre Wzine. Merci à eux !

SPM Prod, la Page! http://www.spm-prod.fr/site/

Gwenn

Galerie complète:

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green