Communication de nos partenaires

Photos + report : Katar.

Kissin’ Dynamite, vous connaissez ?

Certains pensent qu’il s’agit d’un groupe allemand de Glam rock, d’autres pensent qu’ils sont plus orientés Heavy. En tous cas, ce qui est certain, c’est qu’ils étaient présents au Métronum de Toulouse pour leur dernière date française sur le Megalomania Over Europe Tour 2014. Sur cette tournée, ils sont accompagnés par UMC (Ultimate Music Covers), un groupe allemand lui aussi que l’on peut qualifier de Metal Pop et qui assure la première partie.
Et comme à Toulouse rien ne se fait comme ailleurs, un troisième groupe était à l’affiche, en ouverture de la soirée. Ce sont les montpelliérains d’Highway qui ont officié avec leur hard rock aux influences multiples.

Allez, petit retour sur cette soirée à la saveur si particulière et si improbable.

Toulouse, 21 heures ou presque. Les Highway men montent sur scène pour démarrer la soirée. Ce groupe est composé de Benjamin Folch (chant), Ben Chambert (guitare), Romain Chambert (batterie) et Sam Marshal (basse).
Samedi, en lieu et place de Romain, c’était un autre cogneur répondant au doux nom de Raph (batteur chez Mama Kin) qui officiait.
Highway, c’est du Hard Rock efficace et bien en place qui puise ses sources chez AC/DC, Whitesnake, Guns ‘n’ Roses, Aerosmith et bien d’autres groupes de renom. Avec un set articulé autour de leur album United States Of Rock’N’Roll, ils ont déployés une belle énergie pour nous plonger directement dans le bain d’une soirée bien rock. Personnellement, j’en ai pris plein les oreilles tant dans le volume sonore que dans la qualité du set. C’est la troisième fois que je vois ces gars là sur scène cette année, et ils ne m’ont toujours pas déçu sur ce registre.

Benjamin, le « régional » de l’étape installé à Toulouse depuis quelques années, apporte toute son énergie et son talent vocal. Il a une présence qui attire et qui lui permet de capter l’attention du public. Sam joue dans le registre de la discrétion efficace. Sobre et efficace dans son jeu, il apporte naturel et fraîcheur à cette formation.
A la batterie, j’ai découvert Raph. L’efficacité était de mise et il a assuré l’intérim sans se mettre en avant. Côté guitare, Ben est toujours aussi démonstratif, tant au niveau de sa maîtrise de la 6 cordes que dans le show.
Highway est un groupe que j’ai plaisir à suivre et qui gagnera encore en puissance et en efficacité quand le visuel scénique (notamment dans le déplacement des membres) sera bien calé. Wait and see… et j’espère qu’ils auront savouré leur dépucelage toulousain (un premier concert à Toulouse, ça se fête!).


Pour prendre la relève de la soirée, c’est au tour d’UMC (Ultimate Music Covers).
UMC, c’est un duo composé de Tobias Derer (batterie) et de Nils Lesser (guitare). Ne vous méprenez pas sur le style musical en vous arrêtant au mot Cover. Le style de ce groupe relève plus de la performance à mon sens. Le concept est assez sympa en soit. Ils revisitent à la sauce Métal des morceaux d’aujourd’hui qui passent sur des radios commerciales. La partie chant est assurée par un mannequin en carton qui change de tête au gré des titres, façon calendrier de la poste dont vous tournez la page chaque mois. Bref, vous l’aurez compris, le chant est juste accessoire dans l’histoire.
Cette partie de la soirée était plus que surprenante et détonante. Après, c’est un style. Libre à chacun d’apprécier ou pas.

Après ce petit intermède musical, voici venir Kissin’ Dynamite. Ce groupe est composé d’Hannes au chant, Andi à la batterie, Steffen à la basse, Ande et Jim aux guitares.
Comme dis précédemment, leur orientation musicale est qualifiée de Glam Rock par certains, d’Heavy Metal par d’autres. Probablement qu’il s’agit d’un peu des deux et que le groupe est en phase d’évolution.
Sur scène, en tout cas, c’est visuellement du Glam que l’on retrouve dans les tenues des membres du groupe. Et musicalement parlant, les compos sont somme toute bien mélodiques et saupoudrées d’une pincée de Heavy. Oui, je sais, je fais dans le compromis… mais les querelles du genre façon guerre de clocher n’ont que peu d’intérêt sauf pour les puristes. Et samedi soir, les fans toulousains de Kissin’ Dynamite étaient au rendez vous. Ce qui tombait bien vu que le groupe était lui aussi au rendez vous.


Pour cette soirée, les allemands de Kissin’ Dynamite nous ont gratifié d’une setlist composée d’un peu plus de 15 morceaux et comprenant les deux tiers de l’album Megalomania.
J’ai assisté à une prestation de qualité avec un show bien huilé au niveau des placements et déplacements des musiciens. C’est fluide et ça déroule vraiment bien. L’alternance scénique est réelle et sans fioritures. A chaque instant, l’alchimie prend, sans temps morts avec un public réceptif et acquis à la cause du groupe.
Le bémol à cette prestation réside pour moi au niveau vocal. Je m’attendais à un chant plus clair, plus « naturel » je dirai, sans effets gérés par la console son, et en tout cas beaucoup moins accessoirisé qu’il ne l’a été samedi. Mais c’est peut être là que réside la différence dans l’évolution du groupe, dans son passage du Glam au Heavy.

Kissin’ Dynamite au Métronum, avec UMC et Highway, c’était une soirée bien sympa.

Je leur souhaite juste pouvoir bénéficier d’une meilleure date à l’avenir s’ils devaient repasser chez nous afin que les fans toulousains de hard rock n’aient pas à faire le choix entre deux concerts programmés en même temps ou à quelques jours d’intervalles et l’aspect financier que représentent ces soucis de programmation.

Un grand merci à Roger Wessier et à Base Prod

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green