Communication de nos partenaires

Report + photos : Metalfreak

(Galerie photos en fin de report)

A 15h, j’étais encore à Grenoble…

Un temps de chiottes, qui ne donnait pas envie de se coltiner les presque 500km, traverser la Suisse, pour aller voir un concert à Colmar !

Et pourtant…

21h, le concert commence et je suis on ne peut plus heureux d’être non seulement là où tout a commencé pour moi puisque le Grillen est la salle où j’ai fait mes premières photos de concert, mais aussi de voir des amis, de longues dates pour certains et surtout que je n’avais pas revus depuis longtemps.

C’est le cas de Khasm, dont le chanteur et le bassiste officiaient à l’époque dans Force Fed (puis Worn-Out) : conformément à leur EP, ils délivrent un thrash death des plus efficaces, mâtiné du hardcore qu’ils adorent depuis toujours. Ca tabasse sévère sur scène, on voit que les gaillards ont plus de quinze ans d’expérience derrière eux. Même line up qu’avec Worn-Out, si ce n’est que le bassiste a troqué son instrument avec le guitariste, l’ensemble est d’une grande cohésion et gageons que leur signature chez Dooweet leur rapportera enfin un succès mérité !

Vraiment convaincants !

C’est dire si ça date, mais la dernière fois que j’ai vu Recueil Morbide en concert, c’était dans cette même salle… avec Mickey au chant ! Quand on sait qu’il est parti en 2007, ça donne une idée…

J’avais en souvenir un groupe de brutal death déjà bien carré et bien barré, mais là, avec dix années de progrès et de technique en plus, ils sont carrément époustouflants !

Ça désosse du début à la fin avec une efficacité bien réelle : vraie belle surprise : pourquoi ai-je passé autant de temps sans jeter une oreille sur leur musique ?

Frayeurs, Crusher, Crass… Purée, on remonte au début des années 90 lorsque, avec des membres de Mercyless, Mestema, Aleister, Downright Malice ou autres précurseurs de la scène extrême alsacienne, on se faisait des soirées endiablées au vomiting Cordial Bar de Mulhouse à se mettre des branlées au babyfoot !

Revoir Crass au Hellfest remplissait déjà un capital plaisir non dissimulé : le revoir sur une scène locale à éructer tel un ours en rut sa haine de tout, c’est encore plus jouissif !

Vieux de la vieille respectable à l’instar d’un Max Otero, Crass s’est montré encore plus en forme dans un show endiablé dont il a le secret.

Le côté performance en moins, la salle étant relativement petite pour se le permettre, il n’a cependant pas hésité à nouveau se percer la joue entre deux morceaux pour finir le set comme si de rien n’était, le sans pissant à grosses gouttes sur son t-shirt « Bagarre »…

Musicalement, c’est redevenu le Crusher qu’on attendait, et il nous tarde d’entendre la suite.

Merci à Headbang pour cette soirée, et bravo !

 

 

 

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green