Communication de nos partenaires

HEATHEN SNAKE FEST 2012, première édition. 18 Mai 2012.

 

Je vais me faire appeler Arthurette. Je suis la petite dernière à chroniquer en retard cette date qui a été bien plus intéressante que génératrice de milliards d’euros. Ça se saurait. Si ça avait été le cas il y a fort à parier que notre ami Dav serait déjà au sommet du Mont Blanc ou autres montagnes perdues des Carpates qui sait. Le retard n’empêchant pas un article sur ce sujet, c’est avec plaisir et… recul donc… que je vous fais part de mes impressions.

Que disait Dav ? « Il y a une différence notable entre du black metal, et le vrai pagan ». Certes. Et là, a été tout le culot de l’organisation Snakebit Prod à savoir proposer quelque chose d’unique. Qui peut se vanter d’avoir de vraies dates pagan ? J’entends par là… en sachant sortir aussi d’un Pagan Fest un peu plus vendeur, quand même. Ben pas grand monde.

Le seul groupe qui pourra se placer dans un black metal plus cru ici est Pestiferum et très bon choix ! La formation a permis un lien direct entre pagan et black metal et pourquoi pas. En tous les cas ils ont secoué les cervicales de beaucoup.

L’Aéro, salle du Sud toulousain. Chouette endroit donc en faveur du son et pour ce soir, même les éclairages… étaient de qualité. Pas grand grand monde ce soir malgré la présence de tous les passionnés de Pagan traditionaliste sans aucun doute. Comme d’habitude, avec d’autres concerts en même temps il a été difficile de rendre vraiment efficace la distribution de flyers et les quelques appels à la communauté facebook et autres réseaux sociaux. Le pire peut-être est la conséquence directe d’une soirée à perte, la fin de l’organisation Snakebit qui n’est pour l’instant que sur les commissures des lèvres. Espérons encore.

Premier groupe de la soirée, Sigillum Diabolicum, une formation menée de main de maître par le batteur de Christicide et d’Aorlhac entre autres projets musicaux Monsieur Ardra Os semble passionné, polyvalent, bourré d’énergie. Un set un chouilla trop court cependant, force est de constater dans les retours du public que le groupe n’a pas eu le temps de faire ses preuves tant au niveau du son que de l’aspect émotionnel de la musique. Sigillum Diabolicum fait quand même forte impression avec sa reprise de  « l’Aigle conquérant » de Seigneur Voland, appréciée de certains, très cavalière pour d’autres.

Tiens, certains ont fait la fête : les très attendus de Pestiferum et leur black metal brut de coffrage font leur apparition sans « fioriturer » le truc. Très impressionnant de constater que musique, son, jeu de scène, tout colle (absolument nulle pour constater pains et autres erreurs techniques…) enfin d’un point de vue de spectatrice lambda. Autant au Caravan Serail il y a un mois leur prestation était déjà excellente, autant quand ils vous disent qu’ils sont bourrés, le résultat est le même. Un groupe très très bon dont chaque morceau se fait un coup de massue, bizarrement à chaque fois celui qu’on attend. Tout à fait dans mes goûts.

Interlude magnifique assuré par Gwenn Mac Pillib et sa petite bande. Un premier concert que dites-vous ? Pour un groupe qui n’a pas encore trouvé son nom ? On espère que ça va vite se faire car là derrière, du talent et les couilles qui vont avec. Bravo, et encore une fois tout à fait dans le ton d’une soirée sous le signe intimiste d’une ambiance sympa.

Nous passons au groupe qui a été je pense, pour le public, le groupe phare. Aorlhac. Une performance qualifiée par beaucoup comme étant la meilleure de leur carrière. Une formation qui vient d’Auvergne dans laquelle nous retrouvons Ardra Os officiant ici en tant que batteur. Quelle énergie de taré encadrée par un son d’une qualité certaine ! je les voyais pour la première fois donc n’ai pu établir de comparaison objective mais un set d’une quarantaine de minutes, un chanteur qui déploie son jeu de manière forte et affirmée, six musiciens sur les planches quand même… ils ont fait très forte impression dans le respect le plus total des valeurs musicales occitanes.

Suivis de Cristalys. Malheureusement après Aorlhac, la mayonnaise ne pouvait que retomber quelque peu mais je découvre quand même un univers unique teinté d’un peu de douceur dans ce monde brutal. Sans doute la magie d’un aspect païen bien foutu, si je puis dire. A redécouvrir pour ma part avec l’album « Suréminence » de 2008. Comme pour les formations précédentes toutefois, un son excellent, sans compter la qualité des lumières qui ont fait le bonheur des photographes présents. Pour faire le lien et l’aparté vous trouverez d’excellents reports également ici… http://www.french-metal.com/concerts/reviews/heathensnakefest1.html

Ici…

http://www.thrashocore.com/reports/report/343-heathensnake-fest-i-himinbjorg-cristalys-aorlhac-pestiferum-sigillum-diabolicum-le-18-mai-2012-a-toulouse-l-aero-live-report.html

Ici…

http://www.u-zine.org/review.php?id=520

Ha je fais de la publicité ? Incartade indispensable, car quand on soutient une organisation qui se donne du mal pour la vie d’un black metal riche, on partage et je montre ici qu’on est quelques-uns à  ne souhaiter que de bonnes choses à ce niveau pour les temps à venir.

Le groupe qui clôturera le Heathen Snake Fest n’est autre que Himinbjorg, qui au-delà de leur reprise d’Impaled Nazarene ont proposé une petite heure de musique à part entière. Bien placés sur la scène pagan depuis les années 2000 environ avec l’album « When Ravens fly » de 1998 (certains s’en souviennent encore apparemment), ils n’ont pas perdu de leur niaque et plongeront les passionnés dans une écoute profonde. A mon humble avis si je n’ai pas accroché tant que ça (très personnellement) c’est sans doute dû à ma méconnaissance du groupe que je ne découvrais en live que ce soir. Trop formatée par le black metal dur que j’aime tant et des sons bretons issus de la région dont je viens…  c’est avec plaisir que je vais placer mon oreille sur les albums afin d’en apprendre plus sur la formation aux 8 albums du talentueux Zahaah.

Merci, Snakebit Prod, Dav, Fab, puissiez-vous ressusciter avant de filer à 6 pieds sous terre, ça serait une très belle idée.

Gwenn

Retour en début de page

3 commentaires sur “Heathen Snake Fest I [18.05.2012] Toulouse”

  1. 1

    Et pour quel raison Sigillum Diabolicum a eu un set trop court????? Le passage de S.D a était de 18 min!Si l’organisation veillez a être plus carrer, je n’aurais surement pas regretter mais 4h30 de route pour Toulouse…et sa pour 18 min…

  2. 2
    commentaires actuellement

    Tu as dû être déçu si tu ne voulais voir que Sigillum Diabolicum, en effet, mais le reste était très chouette également, non? Quant à la raison je ne pense pas que ça soit dû à un manque de sérieux de l’organisation ;)

  3. 3

    « Et pour quel raison Sigillum Diabolicum a eu un set trop court????? »

    A cause du patron de la salle qui s’est pointé avec deux heures de retard et bourré, attitude détestable, tout comme ta remarque merdeuse sur l’orga ( dont je ne fais pas parti). Pauvre chou, si tu veux du spectacle garantie sans imprévu tu peu aller voir jouer lady gaga ( encore que )mais dans le rock’n'roll ce sont des choses qui arrive, et a plus forte raison dans l’underground black metal, où , pour rappel, le public est sensé être composé d’activistes et pas de consommateurs achetant un service .

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green