Communication de nos partenaires

Photos + report : Muchy

– Chef au rapport, chef !
– Que se passe-t-il bidasse ?
– Chef, on a essuyé des tirs appuyés, chef
– Racontez-moi, soyez concis !
– Chef, on a affronté deux groupes planqués dans l’Usine à Istres et le combat a été violent !
– Racontez la recrue bordel ! Que s’est-il passé ?
– Permission d’être franc ?
– Allez-y…
– On a pris cher, chef. Aucun des deux groupes n’a lâché l’affaire ! Ils se sont battu comme des bêtes et n’ont laissé personne indemne… Aucun de nous n’est revenu sans avoir dépensé toute son énergie. Les pertes sont minimes car l’affrontement s’est déroulé entre gentlewomen.
– Comment ça gentlewomen ???
– Oui, ce sont des femmes qui sont en tête de chaque groupe. Aussi douées au chant de guerre qu’élégantes. Les prestations étaient particulièrement abouties et bien aidées par leurs camarades de scène et poussées par le public venu nombreux, nous nous sommes retrouvés sous un tir nourri. Ça fusait de partout.
– Que savez-vous de l’ennemi ? Décrivez-moi le théâtre des opérations, décrivez-moi les groupes ! La recrue, je dois savoir tout ce qui se trouve dans votre mémoire de poulet frit !
– Nous étions retranchés dans la petite salle de l’Usine. On pouvait compter environ 200 guerriers pour affronter l’ennemi. La première salve a été fournie par un groupe qui s’appelle Exxistence. 5 soldats au courage sans limite pour affronter cette masse de fans avides de métal, tous vêtus de noir. Certainement intimidés par le nombre que nous étions, Exxistence s’est montré fébrile au début, mais ils ont rapidement pris la scène d’assaut et le combat a commencé. Ils ont joué l’intégralité de leur dernier EP. Le quintette en confiance, le public a même droit à une reprise de Before I forget de Slipknot de haute volée pour finir leur set avant un long rappel. Autant dire que ça a pas mal bougé dans la fosse : les bras se sont  levés, la bière a coulé à flots et les 200 soldats ont eu le sourire aux lèvres tant le show qui leur était offert les a surpris. Avec le titre Rise of Vali, Exxistence a montré tout son talent de mise en scène. Le titre phare du 5 titres récemment sorti a fait mouche. La salle surchauffée n’a pu qu’en redemander pour affronter le groupe suivant tant l’apéritif s’est avéré appétissant.


– Il semble que vous n’ayez que peu souffert dans toute cette histoire, la recrue ! Vous n’exagéreriez pas un peu ???
– Chef le tir était nourri, mais attendez…
– Putain ! Venez-en aux faits !
– Voilà, voilà ! Nous nous sommes ensuite retrouvés en face d’un groupe marseillais qui s’appelle Eths. Visiblement habitué aux scènes internationales et rompues aux meilleures méthodes de combat…
– Nous en attendions beaucoup de ce concert car pour les avoir déjà observés en Avril, nous espérions du mieux. En fait, nous avons pris une gifle à la hauteur de leur réputation, et le combat s’est avéré bien plus dur.  Quelle énergie !
Rachel, la chanteuse, propulse le quatuor dans une atmosphère aux accents orientaux, mystiques, mêlant chant clair et voix surpuissante. Les riffs nerveux de Staif à la gratte nous ont littéralement sorti les tripes.
Le tout était royalement rythmé par un R.U.L des grands soirs et soutenu par Damien à la basse. On ne savait plus où donner des oreilles…
La tournée menée par Rage Tour leur a remarquablement permis de faire leurs armes en live pour la présentation de leur dernier album Ankaa. Et on peut dire maintenant que le groupe tourne bien et s’est même amélioré. Il n’y avait qu’à voir et entendre le public hurler sur les reprises des anciens albums. De Samantha au nouveau Nihil Sine Causa en passant par Bulimiarexia, le sujet est maîtrisé.
Rachel apporte une certaine fraîcheur et n’a pas à rougir de ses talents. Imprégnée par cette ambiance si particulière et propre à Eths, aussi bien romantique que diabolique, le champ de bataille n’a pu que baisser les armes devant la performance vocale.


Chef, avec votre permission, j’aimerais maintenant me reposer. Prendre quelques jours pour reprendre des forces avant de retourner au front. Sur un fond de Rythmique de la Bête, fermer les yeux, penser à tous ceux qui sont partis de cette soirée avec le sourire, emportant avec eux un souvenir des groupes, photos ou disque dédicacé sous le bras.
– Permission accordée le jeune. Prenez soin de vous et revenez la rage au ventre !
– Merci chef. A très vite.

 

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green