Communication de nos partenaires

Photos + report : Melissa Beugnies

 


 

C’est par une belle journée d’automne que La Belle Électrique, nouvelle salle de concert à Grenoble, ouvre ses portes ce soir à Epica, Eluveitie et Scar Symmetry.

De plus, pour sa deuxième date metal, Metallian Productions affiche complet !

 

Scar Symmetry

lorsque j’arrive une longue file d’attente serpente sur le parvis de la Belle Électrique, à peine le temps d’entrer que la musique retentit : la salle est bien remplie malgré le nombre de fans qui attendent pour entrer.

Scar Symmetry, venu de Suède, est déjà sur scène : le rythme nous entraîne sur les notes de progressive melodic death metal.

Le groupe  se compose de deux chanteurs, Roberth Karlsson et Lars Palmqvist, tantôt l’un tantôt l’autre et des fois les deux. Une bonne ambiance règne sur scène et le public est conquis.

On commençait à être bien chaud mais hélas Scar Symmetry a été contraint d’écourter leur set à cinq titres au lieu de sept !

Franchement on aurait bien aimé écouté les autres titres, on a été coupé dans notre élan et cinq titres ce n’est vraiment pas beaucoup !!

De plus ils n’ont pas bénéficié des super lights qu’est capable d’offrir la salle, pour une précédente date le premier groupe avait eu des lumières tout à fait correctes.

Les fans étant à la fin de la queue dehors n’ont pas pu voir les suédois qui méritaient d’être connus.

Eluveitie

Le changement de plateau se fait de façon assez rapide, voire très rapide : à peine le temps de reprendre son souffle qu’on y retourne.

Comme leur nom l’indique, ce sont les helvétiques d’ Eluveitie qui arrivent sur scène.

On ne présente plus ce groupe de pur folk celtique metal qui sait si bien allier les instruments modernes et plus anciens.

Anna Murphis est inséparable de sa vielle, Shir-Ran Yinon la nouvelle venue au violon, Mateo Sisti arrivé depuis peu avec ses flûtes et cornemuse, Chrigel Ganzmann, on ne compte plus toutes les différentes flûtes qu’il utilise et autres mandolines. Tous ces instruments apportent leurs douces harmonies mêlés aux riffs plus enragés des guitares de Ivo Henzi et Rafael Salzmann et à la basse de Kay Brem … sans oublier la redoutable machine de frappe Merlin Sutter !

Du coup les voilà à huit sur scène et, tout au long du set, nos acolytes vont nous ramener aux “Origins” du dernier album. Le public est conquis et ravi autant que les musiciens : la Belle Électrique est pleine à craquer et les circle pit prennent naissance dans la fosse.

Chrigel nous dit qu’ils reviendront, d’ailleurs j’ai l’impression que beaucoup plus sont venus pour Eluveitie qu’Epica!

Les silhouettes disparaissent de la scène tandis que les panneaux et les draps de scène restent éclairés : on croit à la fin du concert puisqu’ils ne sont pas en tête d’affiche mais non, Eluveitie nous revient au bout de quelques instants.

Les suisses laissent retentir les notes d’Inis Mona qui signent la fin de ce super concert.

Epica

Pour la suite, on vire tout ce qu’il y a sur scène ou presque : les retours, la déco ont disparu, on ne garde que l’essentiel !

Au lieu d’avoir le traditionnel drap de scène à l’image du dernier album, pour cette tournée Epica a déployé une immense étoffe argentée juste devant quatre colonnes  de projecteurs.

Voyant cela nous nous dîmes : “on va en prendre plein les mirettes !” et c’était pas peu de le dire.

Voilà une scène plutôt sobre et épurée devant nous, les lumières s’éteignent, les musiciens arrivent les uns après les autres sur l’intro “Originem” avant de se lancer dans les riffs endiablés de  The Second Stone où apparaît la rougeoyante chevelure de Simone Simmons.

Une belle complicité habite les musiciens, les chants growls de Mark Jansen à la guitare tranchent bien avec la chant de Simone. Pendant leur set, les circle pit prennent forme, Coen Jansen viendra au devant du public avec son clavier “mobil”. Les jeux de lumière sont plus éblouissant les uns que les autres mettant la belle Simone en valeur justement ou au contraire la plonge dans l’obscurité quasi totale.

Tout s’enchaîne comme une mécanique bien huilée, Design Your Univers sonne la fin du concert, Epica disparaît de cette scène grande et vide, quelques fans croient le concert terminé et quittent la salle, tandis que les autres réclament les rappels.

Au bout de quelques instants les hollandais reviennent au devant du public, Sancta Terra résonne dans La Belle Électrique suivi de trois autres titres : Storm the Sorrow et pour finir bel et bien sur Consign to Oblivion.

Epica restera ensuite un moment pour saluer ses fans.

Une deuxième date metal bien réussie et organisée par Metallian Productions, et en plus sold out.

Le bémol est que tout les fans n’ont pas pu tous entrer avant le début du concert et ont complètement raté Scar Symmetry qui eux-mêmes ont du écourter leur set de deux titres !!

Sinon, un très bon concert, très belle prestation des Suisses d’Eluveitie et les hollandais d’Epica.

Mélissa

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green