Communication de nos partenaires

Live report + photos : Bloodybarbie


Qui aurait cru qu’un concert de ce super groupe de british heavy rock se déroulerait au Gibus Café, cette petite salle de moins de 200 personnes, avec une entrée modique de 8 euro. J’ai vraiment eu du mal à le croire mais en fait, c’est bel et bien vrai. Je les croyais plus connus que ça, mais non, ils ne sont connus que d’une poignée de personnes qui ont du goût et de la culture ! Bon ok, c’est un petit groupe (formé en 2010 et n’ont qu’un EP et un album), mais c’est un SUPER groupe.

J’ai connu le quintet londonien suite à « The First », leur premier album et chef-d’œuvre sorti chez Century Media (bien mérité d’ailleurs) en 2014. Les thèmes traitent de magie noire, d’occulte et de fantastique. Pour plus de détails sur les morceaux et l’album, voici notre chronique : http://www.soilchronicles.fr/chroniques/amulet-%E2%80%93-the-first

 

Pour chauffer la salle, Stoned Gatherings a choisi Deathroned, ce jeune groupe local formé en 2012 dont j’ai beaucoup entendu parler par des potes, mais que je n’ai jamais eu l’occasion de voir en live, cette occasion se présente ce soir.

Je découvre quatre jeunes plein d’énergie et de talent, nous délivrant un thrash pêchu, digne de ce nom, respect total à ce qu’ils font ! Un grand bravo à Arno qui maitrise un chant thrash old-school avec des cris aigus comme je les aime, mais qui pourrait être amélioré ! Des riffs à la Death Angel, Sodom, Testament…. Et quand il ne chante pas, c’est pour nous balancer des soli de malade, très pro, propres et véloces, aucune fausse note, ni raté. Il a l’air de raconter plein de choses, tellement rapidement (presque au rythme de leur tempo) que difficile de tout saisir.

Ils nous surprennent avec trois reprises « Kill As One » (un de mes morceaux préférés de Death Angel) et les deux pour la fin, « Sign of Evil » (de Violent Force que je connais très peu) et « Blasphemer » (de Sodom).

La basse ressortait beaucoup aussi, on l’entendait même mieux que la guitare et ce n’est pas désagréable (le bassiste n’a surtout pas intérêt de faire semblant de jouer).

Un grand bravo à eux ! En plus, ils ont assuré à fond et ont réussi à secouer le public, difficile de rester immobile face à du thrash bien foutu ! Deathroned promet beaucoup pour l’avenir et, pourquoi pas, être parmi les grands noms de la scène thrash metal française (pauvre en la – bonne – matière d’ailleurs). En attendant impatiemment leur premier EP qui sortira en 2016 !

Setlist Deathroned :
-Cut You Down
-Liberticide
-Kill As One (Death Angel Cover)
-Not In Their Eyes
-Infidel
-Terrible Disgrace
-Sudden Fall
-Fallen In Vain
-Deathroned
-Sign Of Evil (Violent Force Cover)
-Blasphemer (Sodom Cover)

Une petite pensée pour les batteurs de ce soir : ça doit être horrible de jouer dans cette cage à batteur (à cause de la limitation de son au Gibus).

 

On s’attendait à ce que ça soit Speedtrap qui joue juste après mais en fait non, il y a eu inversion : c’est Amulet, la (co) tête d’affiche, qui joue (parait-il c’est un deal, ils inversent un show sur deux).

Les londoniens débarquent et surpeuplent la scène, habillés en hippie… On se croirait dans les années 60 : pantalon pattes d’éléphant, bandanas, couleurs hippie (ou gay), moustache (moche)… Bref un voyage dans le temps visuellement parlant (qui sait, la mode reviendra peut-être un jour). Un gros fan sorti de nulle part se fraye un chemin pour se mettre bien en face du chanteur et en première ligne ; aucun doute, il connait toutes les paroles et chante cœur et âme avec le chanteur (qui le remarque d’ailleurs). Les musiciens sont jeunes mais paraissent tellement vieux sous ces déguisements !

J’ai le sourire à chaque fois que je pense à ce concert : bizarrement, je ne sais pas pourquoi, c’est sûrement visuel ! Jamie, le chanteur est complètement fou et il a la bougeotte sur scène, sans parler de sa gestuelle et ses grimaces (qui font un peu peur). Même avec le peu d’espace, il arrive à se mouvoir (aussi parce qu’il est maigre et peut se faufiler entre les autres zicos, mais ne battra jamais Bobby de Pentagram). Alors que l’autre est un peu effacé le guitariste s’est bien fait remarquer pendant cette prestation, en faisant sa rockstar, frimant avec sa guitare rose fluo et ses soli rock’n’roll de ouf : nommément, Victor. On a là des riffs à la Black Sabbath /Satan/Motorhead mais en plus rapide, et un chant à la Led Zepplin.

Hormis le son cartonné de la batterie, celui des autres instruments étaient très bon. Mon morceau préféré? Ils sont tous aussi bons. Mais ce que j’ai le plus apprécié, ce sont tous ces super soli de guitare.

Pour exprimer sa joie, le fameux fan d’Amulet n’a pas trouvé meilleure idée que de se verser sa pinte de bière sur la tête (sachant qu’il a les cheveux très longs). Vous voyez l’effet que fait Amulet sur ses fans?

Ils nous ont joué tout leur album d’ailleurs (pas trop le choix, ils n’ont en qu’un). A un moment donné, un homme masqué fit une brève apparition sur scène avec des menotes, les poses sur le paravant du batteur et repart…J’ai toujours pas compris.

Un groupe à suivre de près et à voir en concert !

Setlist Amulet :
-Evil Cathedral
-Running Out of Time
-Heathen Castle
-Mark of Evil
-Bloody Night
-The Hangman
-Glint of the Knife
-Nightmare
-The Gauntlet

 

Et encore une scène surpeuplée avec 5 autres (speed)rockeurs, voilà le piège à vitesse: Speedtrap. Mais on change de registre avec de la musique plus speed, comme le nom du groupe l’indique, une voix différente et plus aiguë que celle de Jamie et un frontman plus charismatique et un sacré branleur de manche, des soli plus véloces et endiablés que les deux autres groupes de la soirée. Une chose est sure, Speedtrap dépasse la vitesse limitée autorisée en cette soirée ! Pas de repos pour les zicos et les pogos se créent enfin. Eh oui, c’est plus fort que nous, c’est excitant ! Le soliste aime qu’on l’applaudisse quand il sue pour réaliser un aussi long solo. Ah, j’ai oublié, ils sont finlandais (oui c’est rare des finlandais qui jouent ce style) et disposent d’une discographie un peu plus fournie que celle d’Amulet : deux albums, « Powerdose » (2013) et leur nouvel album « Straight Shooter »  sorti cette année même. Mention spéciale à « Straight Shooter » qui m’a beaucoup fait penser à Enforcer.

On surveillait le décibel-mètre qui est monté jusqu’à plus de 110 pour Speedtrap, dépassant la limite légale même en enfermant le batteur dans une cage (mais chuuut c’est un secret). « Redemption Of Light » bat le record du morceau le plus rapide de tous ! Un jeu très propre et aucune faute, jusqu’à remettre en cause l’expression “doucement mais surement” ; ce dicton ne s’applique pas à Speedtrap et se transforme en “rapidement et sûrement”…

Le frontman prend la parole, nous annonçant qu’ils vont jouer des morceaux plus rapides (j’ai ri tellement ce n’était pas crédible), dédicaçant le morceau « Serve your Masters » qui suit à tous les politiciens, ces ‘’fucking assholes’’ qui ruinent notre monde. Bon je confirme, ils sont bel et bien capables de jouer des morceaux encore plus rapides que les précédents !

J’ai ri aussi quand il a annoncé le dernier morceau ‘’it’s a fast one’’, comme si les autres ne l’étaient pas déjà !
Je ne sais pas à quoi ce guitariste fou et sans limites carbure pour assurer une rapidité maitrisée et sans le moindre dérapage pendant 40 minutes !

A la fin, je demande au guitariste de Speedtrap pourquoi ils n’ont pas joué le rappel (pourtant marqué sur leur feuille et donc prévu). Il me répond que c’est parce que le public ne les a pas rappelés. Je lui dis qu’on pensait qu’il n’y en aura pas car la régie son a lancé de la musique et donc on a compris que c’était la fin du concert ! Voilà comment, sur un malentendu, on n’a pas eu droit à deux autres morceaux !

En tout cas, les absents ont eu tort car c’était une superbe méga soirée signée, comme d’habitude, Stoned Gatherings que je remercie pour l’invitation, de m’avoir ainsi permis d’assister à cette superbe date !

En sortant du Gibus, on assiste à une scène épique et bizarre : un mec se fait écraser par une voiture (une femme au volant, très énervée d’ailleurs et qui s’est vite barrée) et qui avait l’air de l’avoir fait volontairement ! Il a les os qui sortent de sa cheville et souffre le martyre. Il est allongé au milieu de la route, les gens tentant de le dégager du passage des voitures en attendant qu’une ambulance arrive. Jusqu’à ce jour, nous ne savons pas le pourquoi du comment de cette scène qui nous a tous marqués !

Setlist Speedtrap :
-No Glory Found
-Straight Shooter
-Redemption of Might
-Take Their Lives
-Heavy Armor
-Serve Your Masters
-Out of Time, Out of Line
-Powerdose

 

Retour en début de page

1 Commentaire sur “Amulet + Speedtrap + Deathroned au Gibus Café (Paris) 04/10/2015”

  1. 1
    Amulet + Speedtrap + Deathroned au Gibus Café (Paris) le 04/10/2015 | Soil Chronicles

    […] live report complet par ici : http://www.soilchronicles.fr/reports/amulet-speedtrap-deathroned-au-gibus-cafe-paris-04102015 #gallery-1 { margin: auto; } #gallery-1 .gallery-item { float: left; margin-top: 10px; text-align: […]

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green