Communication de nos partenaires

C’est quand même une chouette idée qu’a eue le Ninkasi. Organiser un concert gratuit. GRATUIT! Et attention, pas un concert avec deux pauvres groupes de lycéens qui viennent nous infliger les trois accords qu’ils arrivent à aligner en croyant être les futures révélations du Metal. Non, l’orga Riot Shows a préféré nous faire venir un groupe culte de Metalcore made in USA. Shai Hulud. Shai Hulud!

S!H!A!I! H!U!L!U!D!

Mais en attendant de voir cette tête d’affiche alléchante au possible, c’est un groupe local, qui a la tâche de chauffer la salle. Above the North, qui, ce soir, offre leur dernière prestation avant leur séparation. Une chouette prestation d’ailleurs, bien vindicative, même si on devine encore la jeunesse du groupe, avec un guitariste plus concentré sur son instrument (sans s’effacer non plus) et un chanteur dont on sent un peu qu’il se dit « Faut que je fasse le show » (le bassiste, par contre, nickel). Des critiques bien négligeables, car la fougue et l’envie a dominé ce soir, et si on ne pourra pas revoir le groupe en l’état, on va suivre la nouvelle formation (car oui, nouvelle formation il y aura) qui va naitre de ce split.

Avec Cedron, c’est un autre pays, la Suède, et une autre ambiance. Du Hardcore bien plus lourd, mais assez classique tout de même. Le genre taillé pour le live, avec des éléments qu’on parvient à deviner à l’avance, histoire que le public puisse les anticiper et les assimiler facilement pour mieux foutre le bordel. Pour autant, classique ne signifie pas mauvais, car les Suédois, impliqués de bout en bout, parviennent à surprendre, avec des ambiances pesantes, surtout lorsqu’ils versent vers un Post-Hardcore massif et orageux.

Et comme la soirée n’a fait que s’amplifier au fil des groupes, c’est tout naturellement qu’on en attend le clou. Shai Hulud, qui vraiment, compte en découdre, soutenu par quelques fans au premier rang qui pourraient remplacer le chanteur, tant ils connaissent les paroles par cœur. Chanteur qui ne se privera pas d’en jouer, leur passant le micro régulièrement. Quant au reste, entre un bassiste tout en rage, un premier guitariste heureux d’être là et un deuxième aux poses et mimiques folles, il n’y avait plus de place pour l’ennui. Leur musique, plus complexe et barrée que la majeure partie de la scène (ces gars savent jouer avec les clichés du Hardcore pour mieux les détourner), n’empêche pas le public de gigoter (même si le véritable bordel ne sera pas pour ce soir, ce qui n’est pas un mal, compte tenu de la taille restreinte de la salle), et le tout devient de plus en plus fou à mesure que le set avance, si bien que la fin arrivera bien vite.

Voilà donc quelques photos, en plus de ce mini-report, pour se rappeler de cette soirée et montrer tout l’amour que j’ai pour cette salle, l’orga et l’idée qu’elles ont eues en nous permettant de venir se décrasser les oreilles sans se ruiner.

 

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green