Communication de nos partenaires

Black Horizon

Le 30 avril 2010 posté par METALPSYCHOKILLER

Black Horizon – The Choice

Tracks By tracks de l’album par les membres du groupe

Préambule : Cet album a été écrit par les frères Crispino (sauf On the Battlefield : par Alex) il y a fort longtemps. C’était à la sortie de l’adolescence, à une époque encore fortement marquée par le suicide de l’un des membres du groupe. Le groupe porte d’ailleurs les initiales d’Hervé. Cet album est directement inspiré des émotions ressenties par les auteurs et de leur compréhension du monde  à travers ce traumatisme. Il est donc une oeuvre introspective -voire psychanalytique- plus qu’un écrit militant. A travers les différents textes, il a donc été possible de dégager un profil-type, une personnalité, que nous avons voulu incarner en faisant naître un personnage fictif romancé : Mr Chrabloonzki (anagramme de Black Horizon). Tour à tour, l’album évoque des émotions (The Choice, The First Door, Time, Silence…), mais également des réactions (Bastard, On the Battelfield…) face à un évènement majeur : un viol (Réagis). En effet, la vie de  Mr Chrabloonzki est conditionnée par ce traumatisme. Mais lui, ne sait pas pourquoi. Le premier album évoque le trouble intérieur que Mr Chrabloonzki ressent. Ses interrogations. Le deuxième album donnera la réponse, la raison de ce viol et son importance dans sa vie. Donc, la bonne position pour écouter cet album est : allongé sur un divan ;))

Mr Chrabloonzki : Intro de mise en situation. Le personnage est enfermé dans un endroit mystérieux dont il ignore tout. Des gens veulent savoir ce qui se cache dans ses rêves. Est-ce réel, ou dans sa tête? Nous le saurons dans le deuxième album….

Bastard : Plus vieux titre du groupe, véritable concentré de violence. Il exprime le potentiel de violence gratuite en chacun de nous. Sans porter de jugement, il met en évidence cette énergie négative qui sommeille en toute personne. En gros, tu peux sortir de chez toi un jour, pèter ton câble ….et basculer.

T.I.M.E : Encore une anagramme, pour TIME IS MY ENNEMY. Tout est dit, c’est un thème vieux comme le monde. La spirale du temps contre laquelle on ne peut rien. Seulement, Mr Chrabloonzki, n’a pas beaucoup de temps, il doit comprendre…… Le temps peut être vécu ici comme traumatisant mais aussi comme un allié qui l’aidera peut-être à panser ses blessures. Mais il ne le sait pas encore.

Did you see it ? En forme de question, ce titre évoque un monstre insidieux que l’on ne voit pas venir. Ce monstre ne prévient pas et pourtant il frappe à la porte et se manifeste par mille signes : le suicide. Mr Chrabloonzki dans son travail sur lui même, y a déjà pensé sûrement …….

The Choice : Encore une émotion, plutôt positive celle-ci. Le personnage est conscient de son trouble intérieur mais il souhaite aller de l’avant et comprendre ce qui lui arrive, malgré le jugement des autres. Il fait son CHOICE

Silence : Titre théâtral par essence. Il est directement connecté à l’intro et à l’outro (ghost track). Mr Chrabloonzki est enfermé dans un lieu mystérieux. Il nous fait part de son angoisse principale : le Silence. Celle due à son incarcération ou à l’impossibilité de répondre à ses interrogations? A ce stade, on ne sait donc pas si ce lieu existe ou s’il est créé par son imagination. Ce sera révélé dans le deuxième Opus…..

Réagis : Il faut bien un commencement: c’est ça ! Le traumatisme, le début de tout mal être. Ici, le thème est celui du viol. C’est d’ailleurs la seule certitude de cet album. Il y a eu un viol, en France, un jour. Une histoire banale, anonyme mais qui conditionne la vie de Chrabloonzki. Est-il un témoin clé, est-ce la cause de sa souffrance????…..(voilà pourquoi ce titre est le seul en français).

On the Battlefield : Titre à part, très metal old school, qui évoque des batailles en des temps ancestraux. Il n’a pas été évident de le relier au thème majeur. Pourtant il évoque la présence de monstres que l’on peut comparer à celui de Did you see it. Il trouve finalement une place légitime dans le reste de la galette, si l’on se place sur un plan allégorique pur. Chrabloonzki mène un combat intérieur et surtout intemporel. C’est ça son champ de bataille ! Un peu de poésie bordel de merde !

The first Door : Incapacité totale  à maîtriser les choses. Bien sur, pour avancer, il faut ouvrir des portes et faire des choix. Mais tout nous ramène à la seule vraie vérité absolue : celle que l’on peut maitriser tout sauf la mort. Même celle que l’on croit se donner. En se suicidant, on gagne sur l’instinct de survie, mais on s’incline devant l’inexorable. Plutôt tristounet, mais imparable

Tower : Une réflexion sur la futilité des constructions de l’existence. On peut construire haut, loin, vite, fort, on n’est pas forcément suivi. On peut aussi construire des choses avec des certitudes en écrasant tout le monde. La tour évoquée dans le titre est un symbole de pouvoir. Mais une fois en haut, est-on vraiment le plus fort? Tout ceci n’est-il pas pur absurdité ? Ce titre est inspiré de la Bande Dessinée « La Tour » de Schuiten et Peeters.

MetalPsychokiller

.


Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green