Communication de nos partenaires

Ursus « Fuerza metal »

Le 14 septembre 2011 posté par Metalfreak

Line-up sur cet Album


Mario Cruz - Basse
Diana Cañon - Batterie
Camilo Toquica - Guitares
Felix Zamora – Chant

Style:

Speed / Thrash metal old school

Date de sortie:

29 juillet 2011

Label:

Pure Steel Records

Note du Soilchroniqueur (Metalfreak) : 06/10

 

L’Amérique du Sud semble être restée ancrée dans les années 80, au niveau du metal s’entend. Dans ces contrées telles l’Argentine, le Brésil, le Mexique ou la Colombie, on a une pléiade de groupes qui ne jurent que par les grands anciens du thrash, du death ou du black metal.
Parmi ceux là, Ursus, venus directement de Bogota, en Colombie, et chantant dans leur langue maternelle, à savoir l’espagnol.

Nouvelle trouvaille du label Pure Steel Records, Ursus évolue dans un style speed / thrash metal un rien punkisant des plus old school. Kitsch jusque dans sa pochette, « Fuerza metal » l’est également dans sa musique, aidé par un son trés roots. Ici, rien de neuf ne sera proposé, tout ceci a déjà été entendu et ré-entendu des centaines de fois, mais sûrement pas ces vingt dernières années.
Imaginons un Razor première époque, combinant un petit brin de Motörhead, un petit côté Hirax pour l’hystérie vocale et un soupçon de Obus pour le chant espagnol.
Pour ceux qui ne jurent que par un metal anglophone, il est clair que le chant aigu (quelques petits growls sympathiques sur « Pueblo sin memoria ») en espagnol peut rebuter les premières minutes, le phrasé saccadé du chanteur pouvant s’avérer irritant pour les non initiés.
Malgré tout, le tout est certes on ne peut plus classique et basique, mais bien ficelé, et on passe 33 minutes de nostalgie agréables lors des neuf titres (plus une intro) proposés, avec des textes qui ne tournent pas autour des éternels poncifs du genre mais plutôt autour de la violence inhérente à leur pays, de la corruption, de l’injustice, des brutalités policières ou de l’invasion capitaliste…
Musicalement, comme dit plus haut, ça reste dans une veine speed / thrash qui n’a pas passé le cap de l’année 1986 : « Infamia Tauricida », « Dictador », le quasi hardcore « Destruccion » ou « Patria Grande » speedent sévère, tout en restant somme toute assez linéaires. Les autres titres évoluant dans un heavy parfois speed mais restant tout de même dans un registre plus mid tempo, avec un « Marioneta de la guerra » frôlant le très bon avec son intro mélodique, son début limite ballade et sa speederie finale, construit à la manière d’un « The ballad » de Testament ou d’un certain « Armed and dangerous » d’Anthrax… même si on est bien loin, qualitativement, de ces deux groupes.

Bref, pour tous ceux qui restent persuadés que le metal sud américain se limite à Sepultura, Power From Hell, Ratos De Porao ou Funeral Moon, qu’ils se mettent à écouter Ursus et découvrent une scène Colombienne plutôt vivace entre des combos comme Fire ou Cromlech.

A ne pas en douter, un groupe qui doit dépoter sévère en live. A découvrir pour les plus curieux !

Tracklist :

1. El Rugido (intro)
2. Patria Grande
3. Infamia Tauricida
4. Larga Vida
5. Fuerza Metal
6. Dictador
7. Pueblo Sin Memoria
8. Negocio Mortal
9. Marioneta de la Guerra
10. Destrucción (V8)

Site officiel : http://www.reverbnation.com/ursusthrash
Myspace : http://www.myspace.com/ursusthrash
Facebook : http://www.facebook.com/pages/URSUS/91384651066

Retour en début de page

1 Commentaire sur “Ursus « Fuerza metal »”

  1. 1

    wow super groupe. j’ai aimé

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green