Communication de nos partenaires

Trivium – Silence In The Snow

Le 24 novembre 2015 posté par Bloodybarbie

Line-up sur cet Album


  • Matt Heafy: Chant lead, Guitares
  • Corey Beaulieu : Guitares, Backing vocals
  • Paolo Gregoletto : Basse, Backing vocals
  • Mat Madiro : Batterie

Style:

(Feu-)Thrash Metal/Metalcore

Date de sortie:

2 Octobre 2015

Label:

Roadrunner Records

Note du SoilChroniqueur (Wilhelm von Graffenberg) : 5/10

Winter is coming… La saison où le temps ralentit, où Mère Nature s’endort, où Debussy entend des pas dans la neige, où Anastasia va valser en vantant ses souvenirs du froid de décembre…

Trivium, qu’on ne présente plus, nous annonce à la fin de l’été la sortie de « Silence in the Snow », avant gout hivernal qu’un groupe qui semble à l’automne de son existence après une quinzaine de printemps d’activité. Je m’explique : Vivaldi avait ses Quatre saisons, Trivium nous offre sa pizza idoine qui sent la fadeur d’une Sodébo passée aux micro-ondes…

« Vengeance falls » en 2013 avait déjà commencé à me faire tiquer sur l’obsolescence programmée du groupe, ce dernier album confirme mes craintes… Certes, on retrouve un peu des influences originelles du combo que sont Iron Maiden et Metallica… mais elles ne se ressentent plus que par bribes (pour Metallica dans « Breathe in the flames », « Pull me from the Void » et son thème de gratte doublé pour Iron Maiden) insignifiantes, comme un lointain souvenir croupissant sous la stèle de marbre enneigée sur laquelle on ira déposer des chrysanthèmes. Et pourtant ce n’est pas faute d’avoir mis de gros espoirs sur ce groupe quand je les ai découverts – ou du moins quand on me les a fait découvrir – via « Ascendancy » et « The Crusade », qui m’avait fait me dire : « Oui ! Voila ce que Metallica aurait dû devenir ! ». Avec Matt Heafy à sa tête (seul rescapé du line up initial, et pour cause), le groupe allait – pour moi – apporter du sang neuf dans le thrash… Et au final, ce qui caractérise le mieux ce dernier Silence… est la mollesse générale et le manque cruel de créativité ou d’originalité…

Alors oui, on peut diversifier ses compositions et ajouter une touche de sang neuf avec l’arrangement, comme c’avait été le cas pour « In Waves » et son titre éponyme avec l’ajout de ce thème au piano (pour le coup, même si un tournant s’engageait, ça restait un bon album)… Mais là, la seule originalité que j’ai pu déceler (et adorer, parce qu’elle calque VRAIMENT à la thématique) est l’ouverture de l’album, « Snowfall », orchestrale, qui fait penser au Stabat Mater de Dvorak mêlée au célébrissime thème de Batman de Danny Elfman, partant dans l’atonalité d’un Stravinsky… pour enchainer rapidement – normal  d’enchainer quand la neige vient de tomber – sur le titre éponyme « Silence in the Snow » qui endort directement tellement il manque d’énergie, ce mid tempo… Ironique de se dire que l’idée la plus intéressante d’un groupe de metal soit le passage le moins metal !!! Heureusement que le morceau suivant « Blind leading the Blind » relève quelques secondes le vumètre de sympathie dans mon estime… Où est passée la hargne qu’on entendait dans « Shogun » ou même encore/toujours dans « In Waves » ? Même les quelques inserts metalcore de « Until the World goes cold » n’arrivent pas à me faire sortir un sourire ou un hochement de tête… Ca se laisse écouter, quoi…

Comment de bons instrumentistes (ça, ça reste indéniable), ceux d’un groupe qui avait un si gros potentiel créatif, ont pu tomber aussi bas dans le manque d’originalité ? Pourquoi le Trivium que je recommandais tant a-t-il disparu sous la couche de neige boueuse de l’insipidité ?

Le plus ennuyeux (et je pèse mes mots, vu que c’est ce sentiment général qu’a développé l’intégralité de l’album après écoute), au-delà de l’apathie latente que provoque cet album, c’est que même dans l’ordonnancement des morceaux, on sent le réchauffé : opening, morceau en binaire, morceau en ternaire, le mid tempo qui doit prendre place en 4ème morceau (ce qui ne provoque aucun effet de changement, au final, vu qu’ils sont tous de cette trempe), etc.

Faites gaffe, Trivium… L’hiver approche… et ce n’est pas qu’une image… A écouter autour d’un feu de cheminée pour se réchauffer tranquillement « loin du froid de décembre » et du « silence dans la neige » afin de faire le bilan de l’année, nécessaire pour la carrière de nos ex-créatifs d’Orlando pour leur souhaiter voir à nouveau et de nouveau le printemps…

Tracklist :
1. SnØfall (1:28)
2. Silence in the Snow (3:40)
3. Blind leading the Blind (4:26)
4. Dead and gone (3:46)
5. The Ghost that’s haunting you (4:10)
6. Pull me from the Void (3:54)
7. Until the World goes cold (5:21)
8. Rise above the Tides (3:55)
9. The Thing that’s killing me (3:31)
10. Beneath the Sun (3:57)
11. Breathe in the Flames (5:11)
12. Cease all your Fire (5:01)
13. The Darkness of my Mind (4:46)

Site officiel http://www.trivium.org/

Facebookhttps://www.facebook.com/Trivium/

Youtubehttps://www.youtube.com/user/trivium

 

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green