Communication de nos partenaires

Trivium – In Waves

Le 28 août 2011 posté par METALPSYCHOKILLER

Line-up sur cet Album


Matt Heafy : Guitare, Chant principal
Corey Beaulieu : Guitare, Chant
Paolo Gregoletto : Basse, Chant
Nick Augusto : Batterie

Style:

Metalcore/Thrash/Heavy

Date de sortie:

9 Aout 2011

Label:

Roadrunner

Note du Soilchroniqueur (MetalPsychoKiller) : 8,5 / 10

 

Noirceur, explosion, risques et périls; Trivium est de retour pour une, voir la sortie majeure Metal de cette période estivale touchant à sa fin. En un peu plus d’une décennie et avec maintenant cinq opus à leur actif, les quatre d’Orlando pointent depuis déjà un certain temps dans la caste si sélective et si enviée des pointures internationales de notre planète auditive préférée. Produit par Colin Richardson et enregistré aux « Audiohammer Studios », ce « In Waves » nous arrive en pleine face trois ans après un « Shogun » ayant laissé les aficionados du combo dans l’expectative devant, -entre autres surprises-, ses facettes techniques démonstratives. On ne réécrira pas l’historique complet des floridiens, mais pour schématiser un tant soi peu et satisfaire la curiosité des néophytes, résumons grossièrement ainsi la carrière du Band de Matt Heafy…

Des débuts fracassants dans un pur style Metalcore sans concessions avec à la clef des « Ember To Inferno » en 2003 et « Ascendancy » en 2005 affichant un potentiel et un éclat fréquentiel permettant immédiatement à Trivium de percer mondialement. Et de s’entourer d’un auditoire fidèle. Le buzz est fait, la machine destructrice est en branle et impossible à stopper. La notoriété est déjà là, et un « The Crusade » plus Thrash arrive dans la foulée qui désarçonne quelque peu les fans de la première heure. A la stagnation, engendrant inévitablement à mon sens la régression et la lassitude, à la facilité de persister et se complaire dans une recette fonctionnelle et porteuse le quatuor préfère se faire plaisir et donner libre cours à ses évolutions musicales et envies du moment. Et forcément le « Shogun » plus Heavy et technique déboulant en 2008 va être toute à la fois critiqué par le public de la première heure clamant la haute trahison et rameuter de nouveaux adeptes moins sclérosés dans le Core. Pour en finir, notez cependant que chaque album n’évoluait pas de manière tranchée dans un des styles précités, mais plutôt dans des nappages d’emprunts, différence notoire permettant une cohérence du cheminement musical du Band.

Et donc, inévitablement le premier propos à éclaircir sur ce « In Waves » s’imposera d’emblée : Evolution, révolution, retour en arrière, immobilisme… Et personnellement je me mouillerai en explicitant que cet opus est celui de la maturité et la consécration car affichant un peu de tout ces éléments. Trivium délivre dorénavant son Metal, unique, fruit des quatre albums précédents, et ou s’entrelacent et s’entrechoquent les sous styles précités que sont le Core, le Thrash, le Heavy… Voir le Death ! Une alchimie parfaite pour peu que l’auditeur ne soit pas enferré dans des dogmes insurmontables et appréciant une mélodicité dorénavant intrinsèquement plus présente. Facette que l’on ne pourra en aucun cas imputer au crédit du nouveau bûcheron derrière les futs, le sieur Nick Augusto remplaçant Mister Travis Smith.

Pour entrer dans le bois dur (poudré !!!), et n’étant pas adepte dur track by track que certains chroniqueurs vous délivrent inévitablement pour pondre des reviews donnant dans le roman fleuve, voici une petite liste non exhaustive d’éléments expliquant le pourquoi du comment de mon ressenti quasi jouissif à cet opus. En tête de gondole, après le savant dosage des compositions délivrées dont nous avons déjà parlé, viendra immédiatement à l’esprit le sublime travail des chants. Nos trois compères, chacun dans leur registre s’en donnent à cœur joie et sont au sommet de leur forme, indubitablement. Le père Matt, on le savait et ce n’est plus une surprise ; mais les deux autres se mettent au diapason… Et forcément on acquiesce et en redemande. Cela d’autant plus, qu’au niveau production sonore, le « sur mesure » ne le rend qu’ « aux petits oignons » ; autant dire que l’on donne dans le pêcher !!! Parallèlement la tracklist s’avère presque sans faille, et surtout trustée de highlights. Entre l’hyper énergétique fracassant titre éponyme, des « Black » et « Built To Fall » corrosifs syncopés aux refrains hymniques s’ancrant viscéralement dans votre encéphale ou des échevelés « Chaos Reigns » tout au taquet ; les morceaux de bravoure sont légions.

Mention spéciale à un « Caustic Are the Ties That Bind», pur moment d’anthologie et exemple parfait du talent de composition du Trivium de cet an de grâce 2011. Dans une même plage arriver à nous scotcher avec des relents de lignes de guitares à la Running Wild façon « The Rivalry », nous faire nous remémorer deux décennies plus tard un Black Album à la Metallica, nous sidérer par des voix et arpèges claires avant de relancer la sauce manière Prog et de nous lâcher les chevaux dessus puis nous pulvériser par une dualité d’exception des soli de grattes… Pfffff, Halte au feu. Ce « Caustic » est plus qu’une boucherie, une pure tuerie. Une véritable perle au milieu d’un écrin de saveurs ; le genre de titre qui justifie à lui seul l’investissement d’un faible écot qu’on ne filera pas à Sarko. Maintenant, si vous faites partie des nantis qui se moquent de la taxe « canettes », le « In Waves » en édition spéciale contient un excellent cover des frères Cavalera, « Slave New World ». Devinez voir quel exemplaire trône dans ma petite collection ???

Pas besoin de conclusion, vous l’avez bien compris. Ce Trivium est un opus indispensable en attendant plus qu’impatiemment la sortie du prochain Machine Head qui ne saurait tarder. « Burn My Eyes », « The Blackening »…. Des albums cultes. « In Waves » n’en n’est pas si éloigné…

 

Tracklist :

1. Capsizing the Sea
2. In Waves
3. Inception of the End
4. Watch the World Burn
5. Dusk Dismantled
6. Black
7. Built to Fall
8. Caustic Are the Ties That Bind
9. A Skyline’s Severance
10. Forsake Not the Dream
11. Chaos Reigns
12. Of All These Yesterdays
13. Leaving This World Behind

 

Site Officiel : http://www.trivium.org/
Myspace : http://www.myspace.com/trivium
Facebook : http://www.facebook.com/TriviumOfficial

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green