Communication de nos partenaires

Throne of Katarsis – Ved Graven

Le 15 septembre 2011 posté par Gwenn

Line-up sur cet Album


Vardalv:  Batterie
Infamroth:  Guitares, basse, clavier, vocals
Sanrabb:  Basse
Skinndød: Guitare

Style:

Black Metal Norvégien

Date de sortie:

24 Octobre 2011

Label:

Candlelights Records

Note de la soilchroniqueuse (Gwenn): 6,5/10

Une bonne quinzaine d’année après les premiers pas du Black Metal dans la terre glacée de Norvège, les vieux deviennent cultes alors que la nouvelle génération se fait aussi prolifique qu’un couple de rats. Je n’hésite pas même à parler d’un Black Boom explosif et international.  Et toujours ce terme « Unholy Black Metal », marquant au fer les groupes de « True Evil Norwegian Black Fucking Metal ». Les vrais, quoi.

Nous sommes en 2002 et quatre gus ayant voulu ainsi faire dans l’original, se réunissent dans l’optique, si possible, d’arriver dans la tête de course à l’anti tout. Autant dans l’imagerie, que dans les textes, rien n’est laissé au hasard et la subversion arrive à son paroxysme. Seul le Black Metal reste à l’endroit. Throne of Katarsis : Sigmund Freud disait que la Catharsis désigne une forme de rappel à la conscience d’une idée refoulée, interprétée majoritairement comme étant également le destin tragique de ceux qui ont cédé à leurs pulsions. Avec An Eternal Dark Horizon et Helvete Det Iskalde Morket, respectivement sortis en 2007 et en 2009, déjà on n’a pas rigolé. Ce sont les deux premiers aliens accouchés dans une clinique brillante, dotés d’une qualité et d’une production à l’image des attentes de l’industrie du disque de cette époque.

Ved Graven, qui sort dans un bon mois, plonge l’auditeur dans les entrailles organiques, rouges sombres et profondes de l’enfer. Regarder la pochette me rappelle un livre de Graham Masterton qui se nomme « Rituel de Chair » avec cette espèce de gouffre de sang sombre un brin angoissant. Le contenu de l’album est certes, un peu plus sympathique et respecte les Diktats du Black Metal sans pour autant friser des prouesses d’originalité.

Profetens Siste Vandring” débute sans introduction et sans fioritures (les premières notes me rappellent Carpathian Forest (Defending the Throne of Evil…) jusqu’à confondre…) J’apprécie car à force d’intros et de « Trous normands » sans utilité on peut perdre un album. Là c’est assez direct et les riffs sont intéressants dans leurs positions. La rythmique est lourde, martiale et puissante sous des accords mineurs de rigueur. Les vocaux, mis en fond du morceau, raisonnent de manière infernale donc ça colle. Presque dommage cependant que le riff du début ne soit pas repris par la suite ça aurait peut-être donné plus de force au morceau. « Helvete Kaller », Blast Beat et vélocité classiques, esprit classique et musique classique. Enfin, on s’entend. Du Black Metal norvégien sans nouveauté.

« Av Dypets Kulde” débute par une bouffée d’oxygène avant de prendre la direction du gouffre évoqué sur la pochette. Satan susurre ses mots pestilentiels dans l’oreille mais de manière déjà entendue, me diront les adorateurs de Black Metal.  Un morceau lent qui fonctionne, cependant. La deuxième partie du morceau est la plus intéressante, entre sons d’orgue et sons d’outre-tombe, le mélange est « sympathique ». « The Holy Remains The Weak” reprendra les classicismes du départ (avec une belle finalité quand même) tandis que “Mesterens Tilbakekomst” me donne encore l’impression d’être face à un morceau de Carpathian Forest à l’écoute des sons de l’introduction. Le reste est sans respiration jusqu’à la coupure intéressante du titre par un riff et une ligne mélodique que j’apprécie. « Åpne Alle Sår” sonne un peu comme une pré-conclusion et se place de manière étrange dans l’album, sans grande utilité et un peu longuet mais pourquoi pas. Ved Graven se clôture avec « The Ultimate Shrine”, qui se forge grâce aux matériaux des titres précédents, toutefois de manière plus travaillée et plus aboutie.

Adeptes du Black Metal norvégien, Ved Graven est un opus assez bien foutu, torturé, véloce et contrasté mais je suis tentée de dire qu’en 2011 on n’a plus le droit d’en demander moins. Finie l’époque où les yeux s’écarquillent devant une production de grande qualité. Il se trouve que les deux premiers albums de Throne of Katarsis sont pour beaucoup d’entre nous plus originaux, de meilleure facture… ce dernier album restant classique mais bien fait.

Myspace: http://www.myspace.com/throneofkatarsis

Site officiel: http://www.throneofkatarsis.com/

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green