Communication de nos partenaires

The Winery Dogs – The Winery Dogs

Le 24 octobre 2013 posté par Metalfreak

Line-up sur cet Album


Mike Portnoy - Batterie, Chant
Richie Kotzen - Guitares, Chant
Billy Sheehan - Basse, Chant

Style:

(Hard) Rock

Date de sortie:

23 juillet 2013

Label:

Loud & Proud Records

Note du Soilchroniqueur (Metalfreak) : 8/10

Bien bien bien : aux guitares, Richie Kotzen, ex-Poison (sur “Native tongue” en 1993), ex-Mr Big, avec une carrière solo impressionnante, des participations et collaborations à la pelle et un statut de rock star qu’il n’a pas volé ; à la batterie, Mike Portnoy qui a martyrisé les fûts des groupes Dream Theater, Avenged Sevenfold, Liquid Tension Experiment, Transatlantic, Flying Colors ou Adrenaline Mob, élu meilleur batteur de rock progressif par le magazine américain Modern Drummer chaque année de 1994 à 2006 entre autres recompenses ; à la basse, Billy Sheehan, innovateur en matière de son dans la mesure où il a été le premier à ajouter un micro près du manche avec une prise jack séparée de celle du micro originel, ex-Talas, ex-Mr Big, ex-David Lee Roth et membre régulier du BX3 – le pendant “basse” du G3 –.
On peut dire que The Winery dogs n’est ni plus ni moins qu’un all-star band de par la carte de visite de chacun de ses membres.
Une telle somme de talents ne peut pas passer inaperçue, loin de là !
Par contre, une telle somme de talents peut-elle former un groupe talentueux : dans le cas présent, indubitablement oui !
The Winery Dogs nous pond un album éponyme absolument énorme, base sur des sonorités (hard) rock influences par les plus grands, à savoir Led Zeppelin, Cream, Jimi Hendrix ou Grand Funk Railroad avec des soupçons plus récents de Alice in Chains, Black Crowes ou Lenny Kravitz.
Rien que ça !
Le son “américain” dans toute sa splendeur : l’album est bon, voire très bon, bourré de titres efficaces certes pas au point de devenir des classiques du genre qui passeront ad vitam en radio, mais qui ont le mérite d’être cohérents et surtout bien foutus.
Le hic est que ce genre de groupe n’a pour vocation bien souvent à n’être qu’éphémère : un album, une tournée, une deuxième album histoire de surfer sur la vague et puis s’en va.
Combien de fois ce scenario est-il arrivé ?
Quelque part, est-ce que The Winery Dogs n’est pas un prétexte pour relancer des carrières qui semblent stagner?
Parce que bon, on ne va pas se mentir, les derniers projets de Portnoy, hormis Flying Colors, n’ont jamais eu l’aura de Dream Theater. C’est bien beau de se targuer d’avoir un CV long comme le bras, mais quantité ne rime pas forcément avec qualité… Il a sans doute du s’en rendre compte en s’acoquinant avec ces deux artistes plus que confirmés malgré un Mr Big qui ne retrouvera peut être pas sa superbe du temps des albums “Mr Big” (1989) ou “Lean into it” (1991).
Mais là n’est pas la question.

“The Winery Dogs”, fort de treize titres pour autant de hits potentiels pour une heure de musique : si l’association de tels musiciens pouvait laisser craindre de la démonstration à tout va, de la branlette de manches et des techniques de batterie à complexer Paul le Poulpe lui même, il n’en est rien. Technique certes mais pas démonstratif.
The Winery Dogs nous propose son lot de mélodies prenantes aux refrains et couplets souvent imparables.

C’est bien simple, il n’y a rien à jeter !
Les mots-clés seront hard rock, seventies, mélodies, accrocheur, maîtrise.
Richie Kotzen se veut être un aussi bon chanteur que guitariste et arrive à faire passer les émotions qu’il veut, que ce soit avec ses cordes vocales ou ses cordes de guitares que ce soit lors des morceaux les plus hard ou les ballades les plus suaves ; Mike Portnoy n’a absolument rien à prouver en matière de martelage de fûts ; quant à Billy Sheehan, il demeure incontestablement un des maîtres de la basse.
Mais ça, chacun le savait déjà.

Bref : s’il y a un titre à écouter en priorité, on dira “tous !” : l’album est d’une telle cohérence, d’une telle homogénéité, qu’il forme un tout difficile à dissocier. Allez, si, soyons beau joueur, jetez une oreille sur la ballade “The dying” qui se veut être d’une beauté absolue avec un refrain à coller des frissons.

En espérant la suite très vite, si suite il y a !

Tracklist :

01. Elevate
02. Desire
03. We Are One
04. I’m No Angel
05. The Other Side
06. You Saved Me
07. Not Hopeless
08. One More Time
09. Damaged
10. Six Feet Deeper
11. Time Machine
12. The Dying
13. Regret

Site officiel : http://www.thewinerydogs.com/
Facebook : https://www.facebook.com/TheWineryDogs
Twitter : https://twitter.com/thewinerydogs
Youtube : http://www.youtube.com/thewinerydogs
Clip “Elevate” : http://www.youtube.com/watch?v=fnMBix9Zq5o

Retour en début de page

1 Commentaire sur “The Winery Dogs – The Winery Dogs”

  1. Avatarerikillmister
    Posté: 27th Oct 2013 vers 20 h 46 min
    1

    La chronique est alléchante…il va vite falloir que je jette une oreille là-dessus! Les fameux »mots clé » me parlent tous!

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green