Communication de nos partenaires

The Unguided – Lust And Loathing

Le 25 février 2016 posté par Bloodybarbie

Line-up sur cet Album


  • Richard Sjunnesson : Chant
  • Henric Liljesand : Basse
  • Richard Schill : Batterie
  • Roland Johansson : Guitare lead, Chant
  • Roger Sjunnesson: Guitare rythmique, Claviers

Style:

Melodeath/Swedcore

Date de sortie:

26 Février 2016

Label:

Napalm Records

Note du SoilChroniqueur (Wilhelm von Graffenberg) : 9/10

Définir The Unguided est chose assez simple : du Sonic Syndicate nerveux et plus groovy. Et en fait, c’est tout à fait normal et logique. Cette redondance lassante cumulée à la mollesse qu’avait engendrée Sonic Syndicate ne laissait plus d’autre intérêt au groupe que de baver sur la jolie bassiste Karin Axelsson – didiou, c’qu’elle est mignonne ! Par conséquent, en 2010, trois des membres – les 3 R – décident de se barrer prestement du groupe swedcore, et fonder The Unguided, une version bien plus rentre dedans, gardant les mêmes préceptes musicaux : du Melodeath avec une prédominance des claviers synthétiques et un mix de voix claire en duo masculin et de screams.

J’avoue qu’avant de commencer l’écoute de l’album et cette chronique, je partais avec un a priori assez négatif, en me renseignant sur le groupe, étant donné que j’avais bien aimé Sonic Syndicate avant ce tournant mièvre et chiant – si, si, faut appeler une chatte « une chatte » – d’autant quand ce « nouveau Sonic Syndicate » n’offrait même plus la délectable présence de Karin. « Du calme, Jean-Claude », comme dirait Franck Dubosc, un groupe c’est avant tout de la musique et pas que les jolies nanas qui peuvent y jouer en tenue plus ou moins sexy. Voyons voir/entendre ce que nous propose le trio exilé du précédent combo et leurs nouveaux comparses.

Vous savez quoi ?… Si Sonic Syndicate avait continué sur cette voie, j’en écouterais encore à l’heure actuelle et en ferais l’éloge. C’est putain de bon ! Ce troisième album intitulé Lust & Loathing envoie du lourd, trouvant un équilibre dans tous les éléments qui avaient fait la trademark de Sonic Syndicate, mais en dynamique et efficace, avec une touche électro/synthétique plus accentuée et des beatdowns d’une puissance et d’une présence assez impressionnante (sur « Heartseeker » par exemple), laissant une part importante à la mélodie et l’ambiance dans l’accompagnement sans empiéter sur la part nerveuse et dynamique death de l’autre.

Etonnamment, le groupe a choisi le morceau d’ouverture, le plus commun, pour en faire leur vidéo promotionnelle officielle, pas franchement représentative de l’album. Car, dans ce même ordre d’idées, on se sent vraiment dans du swedcore sur « Phobos grip » qui n’est pas sans évoquer des riffs et une approche de la scansion des textes assez proches de ceux de Arch Enemy et In Flames (de la bonne période, hein, pas celle actuelle) mais avec leur touche de clavier électro, un peu comme Scar Symmetry a su trouver son propre son grâce à son choix de patches de clavier (mais avec des enchainements harmoniques caractéristiques et une technicité prog, ce que n’a pas The Unguided/ex-Sonic Syndicate, assez mainstream de ce point de vue). D’ailleurs, on pourrait rapprocher d’autant plus The Unguided de Scar Symmetry : du gros son, mais subtil. On ajoute à ça les soli de gratte avec un bon feeling sans entrer dans l’overtechnicité qu’on pourrait attendre d’un groupe de death melo qui souhaiterait se démarquer de la masse. Bon, on retrouve aussi du mid tempo baladesque assez proche de ce que la précédente formation proposait (cf. « Hate (and other Triumphs) »), et on a un peu l’impression du même profil mélodique dans les refrains que ceux auxquels on s’est déjà confronté par le passé… mais que voulez-vous : « chassez le naturiste, il revient au bungalow » (tiens au fait, on fait du naturisme en Suède ou pas ? ET si oui, est-ce que Karin Axelsson en fait ?)

Bref, pour résumer, The Unguided, c’est ce que Sonic Syndicate aurait dû devenir : du Melodeath avec une patte particulière et une puissance/énergie indéniable et reconnaissable, ce qui fait de ce Lust & Loathing une réussite dans son genre, qui permet de rester unique au niveau sonore tant le timbre et la couleur général sont personnels au groupe – surtout ses compositeurs – et évidents dès les premières notes. L’album peut conforter un peu tout les auditeurs (sauf les puristes, évidemment, mais dans ce cas, il serait temps d’arrêter de se borner à un seul genre ou une seule caractéristique… « Ouverture », les gens… « Ouverture »), car accessible sous divers angles dans lesquels chacun peut y trouver son bonheur auriculaire. Les anciens fans se réconcilieront – du moins c’est mon cas – en y retrouvant ce qu’ils avaient perdu dans la précédente formation, les nouveaux y trouveront une musique punchy et efficace, qu’on aime à imaginer lors d’un live (voire s’efforcer aller voir s’ils ne passent pas loin de chez vous).

A écouter en repensant à Karin derrière sa basse, en train de bouger tout son corps… Hmmm…

 

Tracklist:
1. Enraged (4:31)
2. The worst Day (revisited) (3:50)
3. King of Clubs (4:54)
4. Heartseeker (4:58)
5. Phobos Grip (4:10)
6. Black eyed Angel (5:17)
7. Operation: E.A.E. (4:36)
8. Boneyard (4:25)
9. Hate (and other Triumphs) (4:38)

 

Facebookhttps://www.facebook.com/TheUnguided

Site officielhttp://theunguided.com/

Youtubehttps://www.youtube.com/user/TheUnguidedTV

ITuneshttps://itunes.apple.com/se/artist/the-unguided/id423971933

Spotifyhttps://play.spotify.com/artist/40Groy9apS4hoc5GsOBeu1

 

 

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green