Communication de nos partenaires

The Last Shot of War – Piece of Hate

Le 22 novembre 2013 posté par Metalfreak

Line-up sur cet Album


Jérémiah Zeghers : Chant / Arnaud Pot : Guitare / Mathias Hanot : Guitare / Jonathan Chianrenza : Batterie / Loic Dassonville : Basse .

Style:

Beatdown/Deathcore poilu

Date de sortie:

Mars 2013

Label:

M & O Office

Note du Soilchroniqueur (Lusaimoi) : 7,5/10

 

 

Avec un logo comme ça, un nom comme The Last Shot of War et un album intitulé Piece of Hate, on se doute qu’on ne pas pas avoir affaire à un truc pour midinettes. Déjà, la pochette de leur premier album, The Final Answer, sorti en 2010, ne laissait pas vraiment de doutes. Pas de jolies mélodies mielleuses, pas de morceaux tire-larmes, pas de chant plaintif, avec les Belges de TLSoW, on est plutôt tourné vers le gros truc velu qui tâche. Néanmoins, l’artwork, signé TFU Art, nous laisse penser à quelque chose de plus subtil. Et ce même si le groupe pratique du Deathcore (Beatdown, contrairement au premier full-length, visiblement plus orienté vers le Grind) et que ses membres semble plutôt jeunes et lookés comme tels – ce qui, si on a tendance à prendre des raccourcis, semble promettre une musique générique et sans intérêt.
Pourtant, arborer cette attitude de hater bourré d’aprioris et jugeant sans aucun recul (et sans aucune écoute) serait bêtement passer à côté d’une deuxième offrande sombre, violente et surprenante.

Dès les premières minutes, cet album nous montre qu’il ne nous a pas menti. Un riff de guitare proche du larsen nous accueille, ce genre d’intro limite inspirée du Black Metal, qui peut te faire hérisser les poils des bras. Rapidement, ce larsen vient se faire compléter par une rythmique tribale à la batterie et à la basse, pour amener le premier vrai morceau « Beyond the Nightmare of Dreamers ». Un titre nerveux, qui devient très vite beaucoup plus massif et saccadé. Alternant les passages lourd et rapides jusqu’à une envolée donnant sur un solo aérien qui termine ce premier titre. Parce qu’il est comme ça, le Deathcore de TLSoW, c’est un truc qui te plaque au sol à coups de semelle d’une botte taille 48. Oui, le terme « Beatdown » n’est pas volé.
Même « Obscene Whisper », qui démarre sur un ton très fiévreux – avec Jonathan Chiarenza, ce batteur qui fait chauffer la double –, devient plus massif, tout en gardant une certaine vitesse. C’est en partie dû au chant, principalement gueulé – hormis un passage sur « This Sensation », et « Just Once » pour une sorte de rappé en espagnol – de Jeremiah Zeghers. Véritable bloc velu monolithique – un peu trop peut-être, sans que ça dérange pourtant – (très impressionnant, quand on voit la carrure du gars), qui me fait penser, par certains aspects dont la diction proche du parler, à Nergal de Behemoth.

Quel que soit le morceau, il y a toujours un, ou plusieurs, moment où les gaillards nous foutent un plan écrasant en pleine poire. Toujours. Parfois, ça donne un côté Sludge, avec une guitare sous-accordée (« Obscene Whisper », « This Sensation »), parfois c’est simplement pachydermique (« Bill to the Death »), ou syncopé à l’extrême (« Just Once » et ses contre-temps). Ça peut arriver d’un coup, ça peut être amené progressivement, mais quoi qu’il en soit, ça fonctionne toujours.
Surtout que c’est souligné par des riffs malsains à souhait. On en avait déjà entrevu un extrait dans l’intro « Perversion », mais c’est tout au long du CD que TLSoW nous les distille. Mention spéciale à « All you Need is Hate », provoquant un frisson démarrant de l’échine et se diffusant jusqu’au bout des bras.
Voilà pour le côté violent et sombre du combo.

Pour ce qui est de la surprise, c’est plutôt du côté d’autres genres qu’elle nous arrive. Oui, j’ai déjà cité une inspiration venant du BM (« New Unhealthy Order », plus particulièrement), un côté sludgy, on a aussi droit à du Death ou du Modern Metal, mais là où le groupe étonne vraiment, c’est quand il pioche dans des genre parfois très éloignés de la sphère Metal. Ainsi, un passage très « Dubstep » vient s’immiscer à la fin de ce même « New Unhealthy Order », sans qu’on comprenne pourquoi, mais sans rebuter pour autant. Mais là où les gars sont forts, c’est que, contrairement à certains groupes, qui auraient tendance à utiliser le truc qu’ils viennent de trouver jusqu’à saturation, TLSoW sait s’arrêter et proposer autre chose.
Du coup, même ceux qui seront réellement allergiques à cette idée n’auront à l’endurer qu’une minute avant que le morceau se termine. Les autres se délecteront de ce passage qui apporte un côté barré au groupe, sans pour autant casser l’atmosphère générale.
On a aussi un passage où les sonorités sont proches d’un cirque inquiétant sur « This Sensation » et un autre très SF dans l’esprit à la fin de « Bill to the Death ». Plan qui introduit d’ailleurs une accélération encore plus furieuse que ce qui nous avait été donné de voir dans cet album et qui se conclut sur un bon solo bien aérien.
Du coup, malgré des compos reposant souvent sur la dualité des guitares – l’une écrasante, l’autre plus criarde, mélodique et malsaine –, aucune plage ne se ressemble.
D’ailleurs, « Life without Hope », l’instrumentale qui clôture l’album semble condenser tout ce que le groupe nous a offert le long de ces neuf titres. Du massif, du rapide, de l’inquiétant, du calme, de la basse, du solo et même du psychédélique sur fond pluvieux. Un vrai outro digne de ce nom.

Avec ce deuxième album The Last Shot of War frappe un grand coup. Un grand coup de parpaing dans ta face. D’ailleurs, c’est pas pour rien qu’ils étaient en première partie de Cryptopsy et Cattle Decapitation pour leur tournée européenne. Oui, décidément, ce logo et ce nom, c’était pas de la publicité mensongère.

 

Facebook : www.facebook.com/thelastshotofwarofficial

 

Tracklist:
1. Perversion
2. Beyond the Nightmare of
3. Obscene Whisper
4. A Vice
5. New Unhealthy Order
6. This Sensation
7. All You Need Is Hate
8. Bill to the Death
9. Just Once
10: Life without Hope

 

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green