Communication de nos partenaires

Systemhouse 33 – End of Days

Le 30 avril 2019 posté par Bloodybarbie

Line-up sur cet Album


  • Samron Jude : Chant, Guitares
  • Vigneshkumar Venkatraman : Guitare
  • Leon Quadros : Basse
  • Mayank Sharma : Batterie

Style:

Death/Thrash Metal

Date de sortie:

04 Avril 2019

Label:

Autoproduction

Note du Soilchroniqueur (Willhelm von Graffenberg) : 8.5/10

« Ah ! » (Denis Brogniard)

Une fois n’étant pas costume, je vais aujourd’hui enfiler celui du chef Metalfreak – je parle bien du costume, hein – pour traiter d’un album dans son genre de prédilection. Et comme en ce moment chez Soil, ça se pique les formulations à un point tellement plagiaire que même CopyComic s’en mêlerait – mais vous comprenez, c’est pour la parodie, bien sur #balancetonchroniqueur – je ne vais pas me priver pour le pomper sans vergogne – je parle bien de ses formulations, pas d’ambigüités.

Maintenant que j’ai placé toutes ces allusions cochonnes, parlons d’Inde. On ne parlera pas Kama sutra… Si c’était ce à quoi vous vous attendiez, passez votre chemin. Non, cette fois, pas davantage de raisons de parler de teutons flingueurs mais d’Indiens dans l’habile parce que de la bile, Systemhouse 33 ne se prive pas d’en balancer également dans leur dernier opus End of Days, avec la thématique récurrente de la fin des temps telle qu’annoncée dans l’Apocalypse. Et cet album là, peu de chances qu’il lui passe entre les mains, à notre chef suprême et velouté.

Hé oui, du Thrash Death Metal au pays du Bollywood et du sitar… Qui l’eut cru ? Et sans une once de référence locale : que du genre que vous, amateurs de vestes à patches affectionnez !

Mon vénérable et respectable confrère amateur de trous noirs, le bien-nommé Quantum, commencerait par décortiquer l’artwork, le trouvant trop chargé mais ceci dit assez proche de la thématique de l’album et du genre musical exploité, avec peut-être une recherche autour de l’abscons, de l’être et du néant… A dire vrai, je ferai simple : y a un crane, des piques autour, un dessin comme ceux sur les T-shirts du Metallica de l’époque …And Justice… Bref, c’est du Thrash et c’est limite marqué dessus. Mais ceci dit, on pourrait y voir comme une référence à cette histoire du Metal.
[Nota bene de son souffre douleur préféré Quantum-prendsdanstesbras : quand mon cher con-frère joue la prude-anse, on dit qu’il fait Gaffenberg ?]

Car au cours des neuf morceaux qui constituent ce sixième album (déso Antirouille, j’ai la flemme de faire leur biographie), le quartette de Mubai, fort de ses quinze années d’expérience, nous renvoie dans les pas de Testament, Sepultura, Kreator et surtout Pantera (sur le morceau éponyme de l’album par exemple), le Groove étant une part essentielle de la musique du groupe. Aucun doute que le mastermind du groupe, Samron Jude, à la fois guitariste et chanteur, a étudié ses prédécesseurs, ceci sans pour autant les pomper – oui, là, je parle musicalement – mais en suçant la moelle substantifique de ses maitres à penser, sans pour autant ni les plagier ni les parodier, ces groupes cultes. Et toucher le culte du doigt, c’est déjà procurer beaucoup de plaisir.

En effet, pendant cette grosse demi-heure, on enchaine les parties ébou-riff-antes avec un chant brutal donnant l’impression que son auteur-interprète le vomit comme si sa vie en dépendait, offrant une efficacité à toute épreuve, offrant une musique à se décervicaliser la nuque…. En clair, ça déboite pas mal !

Avec une production digne des grands, aucun doute que ce groupe méritait un éclairage plus large : espérons que, mis en lumière par leur actuelle tournée en compagnie d’Orphaned Land, leur musique dépassera les frontières du pays du Gange.

A écouter en se disant que, même si le Thrash n’inventera plus grand-chose et ne fera donc pas gerber ou déféquer de bonheur renouvelé notre Arno (et ses dissertations tenant sur le nombre de caractères limitant un post sur Twitter), cette musique de vieux (comme dirait BloodyBarbie) dépasse les frontières, voire même les plus incongrues, à une échelle mondiale.

#Worldmusicwithnoboundaries

[NdMFK : Où sont mes royalties ???? ]

 

Tracklist :
1. Day of Reckoning (1:42)
2. Rapture (4:17)
3. End of days (4:04)
4. Lake of Sorrow (4:43)
5. Stand up (4:22)
6. Apocalypse (3:36)
7. Prophesied (3:16)
8. Great Tribulation (4:09)
9. Cry of Anguish (3:28)

Site officiel
Facebook
Twitter
Youtube 
Bandcamp

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green