Communication de nos partenaires

Line-up sur cet Album


  • Stephane Thuriot : Guitare
  • Soraya Hostens : Chant
  • Eric Serre : Basse
  • Thibaut Coisne : Guitare
  • Frank Manier : Claviers
  • Sebastien Paul : Batterie

Style:

Heavy metal symphonique

Date de sortie:

Novembre 2010

Label:

Pervade

Note du Soilchroniqueur (Celtikwar) : 9/10

Beaucoup de groupes se lancent dans l’aventure du heavy métal à chanteuse, en lui donnant une dimension symphonique plus accessible du grand public. Mis au goût du jour début 2000 avec le groupe Evanescence et son album Fallen qui faisait la bande originale d’un film américain, ce fut alors la découverte des Within Temptation, Nightwish et j’en passe.

Cependant d’autres groupes n’ont pas attendu cet effet de masse pour nous offrir de très bons moments mélodiques. C’est le cas de Syrens Call, originaire du Nord de la France et qui a vu le jour dès 1997, autant vous dire que ce n’est pas l’effet de masse qui leur a donné l’idée de former ce type de projet, mais bel et bien leur envie de faire voyager l’auditeur au travers de leurs belles mélodies. Et il n’y a pas à dire, la différence se ressent.

Dès son premier album le groupe réussit à convaincre le public avec un « Fantasea » sorti en 2000 qui lui permis de faire de très belles parutions en concert. Ils ont réussit à ouvrir pour des groupes plus que talentueux tels que Vanden Plas, Within Temptation et même pour la Metal Queen Doro en 2002 pour son concert en France. Quoi de mieux pour convaincre le public.

Afin d’enrichir encore plus leur musique Frank Manier rejoint les rangs aux claviers pour donner une autre dimension au groupe ainsi qu’un souffle nouveau pour l’enregistrement de « Emoceans » en 2004. Syrens Call peut alors aller au MetalFemalVoiceFest en Belgique aux côtés de Epica, Nightwish. Mais la route est truffée d’obstacles et le groupe se retrouve alors sans chanteuse. La remplacer est un pari difficile car le chant est généralement la première perception musical de l’auditeur, et de nombreux groupes même les plus talentueux se sont vus hués avec un changement de chanteur, que se soit Maiden, Judas Priest, ou encore Nightwish pour le métal féminin.

En 2005, Syrens Call trouve la perle rare avec sa nouvelle FrontWoman : Soraya. Ils enregistrent alors « Against Wind and Tide » en 2006, un mini cd qui permet au groupe de présenter leurs nouvelles chansons sur scène et de tester leur chanteuse. Les prestations se montrent plus que convaincantes et ils enregistrent alors un Dvd « Live From The Abyss » opération très coûteuse mais qui leur fut bénéfique car Syrens Call explose enfin au devant le scène française… Il ne leur manque alors qu’un nouvel album pour affirmer leurs capacités et leurs envies. Celui s’appelle « Raging Waters » et sort en 2010 sous le label Pervade.

D’emblée le groupe affirme une nouvelle image avec une pochette plus implicite, il ne s’agit plus de décors tirés de la mythologie ou de belles peintures mais le logo du groupe sur une mer agitée. Que nous réserve donc le groupe sur le plan musical… ?

Syrens Call gagne en puissance sur ce nouvel album. Une ouverture au clavier des plus surprenante, écoutez Hang On to Life, car rares sont les groupes qui affichent d’emblée une telle importance des claviers. Ceux-ci se montrent ensuite plus discrets, donnant juste une nouvelle dimension en enrichissant les possibilités du groupe.

Le chant de Soraya est très puissant sur cet album, moins symphonique, plus énergique et le fait qu’il soit souligné par les chœurs lors des refrains rajoute encore à cette puissance. Même sur les titres au tempo plus lent et aux faux airs de ballades comme Desecrated Past, la voix mélodique de Soraya nous transporte vers de beaux univers. Elle se trouve être même envoûtante et douce sur Relaspe. Mais ne cherche jamais à imiter l’opérette, Syrens Call pour notre bonheur fait du heavy métal.

Autre surprise de l’album montrant les nouveaux horizons du groupe, le titre de clôture « The Dance Of Light » avec son deuxième chanteur venant donner un peu de hargne et de noirceur sur un morceau dépassant les treize minutes. Personnellement je me passerais de ses passages gutturaux, qui nous font tomber du nuage de douceur sur lequel on voyageait paisiblement, mais c’est vrai que cela permet aussi de nous plonger dans d’autres univers plus sombres et visiter de nouvelles dimensions musicales plus puissantes. Ce titre reste quand même excellent, il possède de nombreux changements de tempo et est très progressif. Une vraie promenade dans l’esprit de Syrens Call, entre la douceur et la noirceur, les musiciens s’en donnent d’ailleurs à cœur joie dans les parties instrumentales et cela vaut le détour. Très prenant et accrocheur.

Vous l’aurez compris Syrens Call a gagné en maturité, les claviers sont mieux cadrés, donnant plus de puissance, la batterie est remise en avant, trop souvent de côté dans les groupes symphoniques, et donne le rythme, vous entraînant à taper du pied. Les introductions donnent bien souvent la part belle aux claviers mais ceux-ci se calment par la suite permettant aux guitares d’énerver le tout.

Raging Water n’est pas un simple album de heavy métal, on n’a pas simplement une dizaine de titres à écouter bêtement. Ce n’est pas du symphonique simplisme fait à toute vitesse avec des textes bêtes et méchants ainsi qu’une mélodie à deux temps trop vite mémorisable.  Avec Syrens Call tout est travaillé, épluché dans le moindre détails et fait pour votre plus grand bonheur. Quelle énergie ! Raging Water nous enveloppe dans son univers et nous fait voyager avec dix ballades surprenantes… Nous sommes bercés par Syrens Call.

Que d’émotions…

Myspace : http://www.myspace.com/syrenscall

Site officiel : http://syrenscall.0sites.net/

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green