Communication de nos partenaires

Satan – Cruel Magic

Le 7 septembre 2018 posté par Willhelm von Graffenberg

Line-up sur cet Album


  • Steve Ramsey - Guitares
  • Russ Tippins - Guitares
  • Graeme English - Basse
  • Sean Taylor - Batterie
  • Brian Ross - Chant

Style:

Heavy Metal/NWOBHM

Date de sortie:

7 Septembre 2018

Label:

Metal Blade Records

Note du SoilChroniqueur (Metalfreak) : 5/10

– “Et nous vous présentons Chris “Metalfreak”, metalleux, qui va vous parler du nouvel album de Satan, Cruel Magic
– Je ne suis pas un metalleux, Monsieur. Je ne sais pas ce qui vous fait dire que je suis un metalleux, mais je ne suis pas un metalleux.
– Votre “apparence”
– Ah bon? Il ne faut pas confondre identité de genre et expression de genre sinon on va déjà mal partir. Je ne suis ni metalleux ni non-metalleux et je refuse qu’on me genre comme un metalleux.
– Comment vous définissez vous ?
– Comme non-définissable. Ne dites pas qu’il y a cinq hommes qui jouent dans Satan !
– Je suis désolé si je vous ai offensé.

D’ailleurs, Satan n’est pas un groupe de NWOBHM, et ils ne sortent pas leur cinquième album. En plus, ce n’est pas un groupe culte et ce Cruel Magic n’est pas non plus enregistré avec le line up originel qui a sorti le pas cultissime du tout Court in the Act en 1983. De plus, ce n’est pas que Court in the Act est sorti en 1983 avant Jésus Christ, c’est Jésus Christ qui est né en 1983 avant Court in the Act, ne confondons pas tout !

Pour redevenir sérieux, l’arrivée d’un nouvel album du quintette de Newcastle fait toujours fantasmer le fan de la première heure. D’autant plus que, et je parle en mon nom, si Atom by Atom ne m’avait pas convaincu, considérant que lorsqu’un groupe a été capable de composer des titres comme “No Turning back”, “Broken Treaties”, “Break free” “Alone in the Dock” ou surtout “Trial by Fire”, on était en droit d’attendre un album bien meilleur, même si on ne peut pas dire non plus que l’album est mauvais. Disons que si Atom by Atom est un bon album de Heavy Metal, c’est un album moyen pour Satan/Blind Fury/Pariah, voire Blitzkrieg dans lequel Brian Ross pousse également ses vocalises. Ressenti certes d’un chroniqueur lambda à l’instant T, mais il est vrai qu’encore aujourd’hui, l’album de 2015 ne me convainc toujours pas.

Aussi c’est avec autant d’appréhension que de curiosité que je m’écoute ce Cruel Magic… Appréhension d’autant plus grande qu’à la lecture d’une interview de Russ Tippins dans le Metallian n°108 de Juillet-Août (pages 26-27) de nos estimés confrères, on peut lire : “… notre but était cette fois-ci de faire un album comme l’œuvre d’un groupe de cinq mecs qui la composent. Au lieu de nous focaliser sur la perfection musicale, nous avons voulu capturer l’énergie brute que nous avions pu mettre dans Court in the Act il y a des années de cela. Il n’y aura donc pas de rythmiques en plus qui puissent s’entendre derrière “l’unisson” que nous formons… Nous n’avons pas non plus utilisé de “click” pour la batterie, et crois-moi, on peut vraiment entendre la différence ! Nous avons laissé beaucoup d’erreurs non corrigées sur les parties de base telles que la batterie, la basse ou les guitares rythmiques. Nous avons doublé cette base pour faire les chants et les solos. Nous n’avions pas enregistré de cette façon depuis Court in the Act, et je pense que l’on peut vraiment ressentir l’énergie dans ces versions-là.”.

Alors oui, on ressent la spontanéité, la prise en live, les erreurs… ça, pour les entendre, on les entend ! Mais pour l’énergie, j’avoue avoir du mal ne serait-ce qu’à rentrer dans cet album. Il manque en effet un je-ne-sais-quoi qui me laisse sur ma faim, et surtout qui me réconcilie avec l’album précédent. Bon sang, Court in the Act frôlait le génie ; Cruel Magic me donne l’impression d’un pétard mouillé, malgré des compositions souvent bonnes (“Ghost of Monongah”, “The Doomsday Clock”, “Death knell for a King” en tête…) mais dont le manque de finition finit par ne les réduire qu’à une vulgaire répétition ou un mauvais live lors duquel on s’amuse à compter les pains.

Franchement, cet album avec la production de Court in the Act ou même de Atom by Atom le rendait plus qu’honorable. Au lieu de ça, à vouloir sonner trop “authentique”, on y perd en puissance et en conviction. Certains aimeront l’exercice, moi pas ! Dommage.

Tracklist :

1. Into the Mouth of Eternity (5’38)
2. Cruel Magic (5’08)
3. The Doomsday Clock (3’48)
4. Legions Hellbound (5’00)
5. Ophidian (4’27)
6. My prophetic Soul (4’37)
7. Death knell for a King (3’53)
8. Who among us (6’01)
9. Ghosts of Monongah (5’14)
10. Mortality (6’00)

Site officiel
Story Instagram
Page Facebook
Fil Twitter

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green