Communication de nos partenaires

Satan’s Wrath – Galloping blasphemy

Le 25 décembre 2012 posté par Metalfreak

Line-up sur cet Album


Stamos K - Guitares
Tas Danazoglou - Chant, batterie, basse

Style:

NWOBHM façon black et thrash metal directement sorti des eighties !

Date de sortie:

21 Septembre 2012

Label:

Metal Blade Records

Note du Soichroniqueur (Metalfreak) : 7/10


Décidément, on ne s’ennuie pas chez les grecs : quand Stamos K, alias Stam Von Lesser également multi instrumentiste dans le groupe de gothic/doom Scar Of The Sun, s’acoquine début 2011 avec Tas Danazoglou, bassiste/chanteur chez Sabbah Navahthani, ex-bassiste chez Electric Wizard et ex-batteur de deux obscures formations grecques, c’est l’occasion pour eux de montrer leur amour d’un Metal passéiste à souhait, fortement influencé par la NWOBHM en général – et Iron Maiden en particulier –, le thrash et le black metal des années 80 pour former un duo de metal old school intéressant.

Ainsi on retrouve sans ce « Galloping blasphemy » des réminiscences typiquement Maideniennes à foison dans des titres comme « Night of the whip » – encore plus flagrant lors du break vers les 4’20 – ou à l’écoute de l’instrumental « Galloping blasphemy » qui donne la sensation de sortir d’une demo oubliée de l’album « Killers » tellement on pourrait le rapprocher de « Genghis Khan », quelques cavalcades dans « Death to life », ou tout au long des six minutes de « Satan’s wrath ».

Véritable melting pot d’influences heavy, thrash et black de la première heure, cet album revisite ces genres tout au long de l’album : ainsi l’ultra speed « Between Belial and Satan » nous renvoie directement dans les deux premiers Bathory en les mâtinant d’un soupçon de Possessed époque « Seven churches » partouzant avec Witchburner. Les soli sont tranchants, le morceau ne faiblit à aucun moment et reste ancré dans le full speed pendant 4’45 avant un final « Satan master » hurlé façon Cronos.
L’intro de « Death possessed », lui, nous remet un certain « Show no mercy » de Slayer en mémoire avant de rebasculer à nouveau vers les premiers albums de Possessed ou de Bulldozer ; les riffs assassins de « Slaves of the inverted cross » peuvent rappeler le cultissime album « Nightmare theatre » de Exorcist ; « One thousand goats in Sodom » se veut être du Venom pur jus ; quant au titre « Hail Tritone, hail Lucifer », lui, est complètement inspiré d’un certain « The gate of Nanna » de Beherit.

Véritable catalogue de riffs à classer entre Testament et Hellhammer, l’album se veut être un incroyable revival-hommage rafraîchissant de toutes ces influences sortis un temps que les moins de vingt ans ne peuvent définitivement pas connaître mais qui découlent d’un héritage à faire larmoyer les plus durs des nostalgiques, en particulier les plus accros aux incantations blasphématoires d’entre eux.

Trouvaille sympathique de la part de Metal Blade : après avoir chroniqué chez eux le dernier Antropomorphia, se retrouver avec ce « Galloping blasphemy » entre les oreilles est un pur délice.

Hautement recommandé !

Tracklist :

1. Leonard Rising – Night of the Whip (6:15)
2. Between Belial and Satan (4:45)
3. One Thousand Goats in Sodom (3:52)
4. Hail Tritone, Hail Lucifer (5:57)
5. Galloping Blasphemy (instrumental) (2:36)
6. Death Possessed (3:35)
7. Death to Life (3:25)
8. Slaves of the Inverted Cross (4:23)
9. Satan’s Wrath (6:11)

Site officiel : http://www.metalblade.com/satanswrath

 

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green