Communication de nos partenaires

Sabaton – The last Stand

Le 24 août 2016 posté par Bloodybarbie

Line-up sur cet Album


  • Joakim Brodén : Chant
  • Chris Rörland : Guitare
  • Thobbe Englund : Guitare
  • Pär Sundström : Basse
  • Hannes Van Dahl : Batterie

Style:

Warrior Metal/Power Metal

Date de sortie:

19 Aout 2016

Label:

Nuclear Blast Records

Note concertée et adjugée-vendue des Soilchroniqueurs (Willhelm von Graffenberg & RGeneral) : 6.5 /10

Chez Soil Chronicles, on est très joueur, on aime s’amuser, surtout l’été. Loin des Passeport Adultes – ne nous croyez pas si effrontés – ou du jeu « décès-d’-familles » – très en vogue ces dernières années et pas franchement drôle –, on fait davantage dans les « mots casés » ou le reliage de points… de croix… renversées. L’été étant également la saison propice aux ébats chroniques, nous, on s’adonne aux débats de chroniques (personne n’échappe à un rapport textuel estival, mais sortez couvert, on ne sait jamais). Ici, c’est The last Stand de Sabaton, qui sera sujet à la discussion – quoi de mieux que d’avoir deux fronts opposés. Willhelm VERSUS RGeneral… ROUND ONE… FIGHT !

Pourquoi les designers se sont-ils pris la tête à créer un logo de recyclage sur un bac vert ? Alors qu’il suffisait d’en faire un kaki avec des motifs camouflage et mettre le logo de Sabaton dessus…

Sabaton fait parti de ces groupes qui ont choppé une trademark, de l’épique avec une voix singulière au grain qui me fait toujours penser à celui du chanteur de Lordi, sauf que lui porte des lunettes de soleil aviateur, signature Joakim Brodén… enfin sa propre signature, quoi… En parlant de lui, il me semble avoir lu dernièrement une interview – sur Radio Metal si je ne m’abuse – avouant qu’on [leurs fans] leur demandait à 50% de faire pareil et à 50% de changer**… Pourquoi changer ? AC/DC a tenu une carrière en ne changeant rien et s’autosuçant – on applaudira la souplesse de la démarche. Airbourne fera surement aussi bien… Hé, hé, hé.

Cet album, The last Stand, évidemment que ça reste épique et tubesque de A à Z – une grosse production pour des morceaux hymniques calibrés à 3 minutes en moyenne… le blockbuster de l’été –, de la déclaration de guerre à l’armistice, que ça donne envie d’envahir la Pologne comme en entendant du Wagner… Oups ? Je risque pas de déclencher un quiproquo ? Je demande au cas où, il parait que certains, assez stupides, pensent qu’ils véhiculent des idées nazies… Ironique quand le groupe a été fait « Citoyen d’Honneur » par la Pologne justement *rictus sardonique* ! Enfin bon, quand un album commence par « Sparta », j’ai du mal à imaginer une frange et une petite moustache sous un casque-heaume hoplite orné d’une crinière… Pas davantage pour « Shiroyama », même si on se rapproche davantage des forces de l’Axe. D’ailleurs, en parlant de ce morceau, je sais pas si ce sont certaines paroles en japonais qui causent cet effet, mais on a de plus en plus l’impression d’un générique de mangas. Idem pour le mainriff de « Last Dying Breath », très générique de Pokemon – tiens, encore un jeu « marrant » de cet été…

Tout ça pour dire que le groupe a déjà fait ses armes – hu, hu, hu – en traitant de la guerre dans ses paroles, les vainqueurs et vaincus y sont passés, vae victis de toutes façons ! Et en effet, des disparus au chant/champ de guerre, l’histoire de Sabaton en est jonchée, comme autant de cadavres dans un charnier soviétique… Bon ok j’abuse peut-être sur le nombre mais quand il ne reste plus que deux membres originaux (le chanteur et le bassiste) et que même le dernier guitariste en date, Thobbe Englund, s’est fait la malle (on son baluchon) pour déserter récemment, que penser ? Que c’était son fils, sa bataille, et fallait pas qu’il s’en aille ? [addendum : l’annonce vient juste d’être postée qu’il serait remplacé désormais par Tommy Johansson]

On sait que l’humanité est censée apprendre de ses erreurs pour ne pas les répéter… Les guerres sont la démonstration que sur le papier c’est bien joli ; ce 8ème « nouvel » album de Sabaton est une autre démonstration de la défaite de la remise en question. Changer radicalement est une chose (certains s’en sont mordus les doigts, Metallica en premier pour ne pas les citer), avoir l’impression de pouvoir prédire chaque suite d’accords – parce que les mêmes astuces/recettes sont réutilisées d’un morceau à l’autre sur le même album – et de mélodies dès la première écoute en est une autre. Pourtant rien n’empêche d’évoluer sans se renier. Par exemple, Iron Maiden, dont Sabaton est fan et qu’ils citent en exemple, a su évoluer sans vraiment changer. Judas Priest également. Et ils ne sont pas arrêtés à deux ou trois bons albums, mais beaucoup plus, et mythiques de surcroit. L’originalité est un perpétuel cheval de bataille théoriquement… non ?

Par contre, pour l’originalité, ils sont allés chercher quelques subtilités, davantage dans l’arrangement, plutôt la forme que le fond, avec de la cornemuse et de l’orgue Hammond sur « Blood of Bannockburn », davantage de soli sur l’album également. J’avoue ne pas m’être franchement penché sur les paroles – j’adore l’Histoire, mais les guerres, c’est pas trop ce qui m’intéresse le plus en détail – mais j’ai cru remarquer qu’ils avaient un peu développé leur champ lexical manowarien, ce qui est malgré tout une bonne chose.

Un nouvel album, c’est toujours le « best ever », avec des « tubes inédits », à « acheter absolument »… Je ne sais pas si celui-ci enfonce davantage le groupe dans un no man’s land redondant ou une guerre sans fin : si Heroes avait déjà bien ouvert la marche, la tranchée se creuse davantage. Et j’avoue trouver ça abuser, faire un album de 37 minutes (en version simple… mais c’est vrai que le digipack est franchement luxueux, augmenté de deux pistes et un DVD live… mais on ne reçoit pas toujours les versions complètes deluxe, nous les « nantis », hein ! laule) et sortir en interview qu’ils n’avaient « plus de place pour en mettre un autre ». Mais bon, on va leur pardonner, cette fois encore, vu qu’on a envie de faire « Hou… Ha… » dès la première piste. « This is Sparta », bordel !

A écouter avant que leur prochain hallali nous fasse répondre : « ah la la… »

**PS : je confirme mes dires > http://www.radiometal.com/article/sabat … lle,219954

Et toi, RGeneral, t’en as pensé quoi de cet album ?

A l’attention de l’état major : compte rendu de l’opération « The last Stand », attaque du bataillon SABATON.

24/08/16 : voici mes conclusions sur la nouvelle offensive.

Il apparait ce jour que les petits gars ont de nouveau utilisé la même tactique mise en place depuis 2005 avec le génial Primo Victoria et sans cesse resservie depuis…. Pour les suivre depuis leurs tous débuts et avoir assisté à leurs premiers faits d’armes qui m’avaient alors bluffé, je me trouve une fois de plus face à un sentiment de déjà vu comme s’ils avaient tout dit avec Primo Victoria, Attero Dominatus et Art of War

Nous voila encore et toujours en présence de mêmes résultats probants puisqu’aboutissant sur des victoires mais qui, hélas, avec le temps, n’apportent plus ni surprise, ni fierté, ni panache de conquête…

Les hommes de Joakim Brodén ne font preuve de plus aucun esprit d’initiative : ils se reposent sur leurs lauriers et se cantonnent au strict minimum, usant d’une tactique qui, tout en étant payante, est devenue éculée et risque au final de se retourner contre eux. Il est clair qu’en live le combo reste d’une redoutable efficacité mais ne nous voilons pas la face, car sur albums, des splendides attaques de panzers, nous sommes passés à la charge de la 7ème compagnie qui ferait mieux d’appliquer le dicton ancestral, à savoir « touche pas à ça, p’tit con » quand il est question de relancer la même offensive tout au long des batailles…

Comme l’a stipulé Willhelm von Graffenberg, ils « s’autosuçent » et si on prend l’exemple de groupes comme Powerwolf, on passe de l’auto-fellation allemande à l’onanisme bucco-génital suédois, ce qui commence franchement à me tendre l’ouïe en plus du cortex !

Donc, à vous messieurs du haut commandement qui attendez mes conclusions et une note, perso, je ne leur attribue cette fois qu’un petit 6/10 juste pour la victoire de cette nouvelle bataille, car ils ne font illusion que pour ceux qui les découvrent récemment… Alors en toute objectivité, tant qu’à miser quelques euros sur eux, autant les investir sur le terrain afin de les voir plutôt que d’acquérir un nouvel opus qui ressemble au précédent et qui est lui même une copie de ses prédécesseurs…

« A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire » !

Tracklist:
1. Sparta (4:26)
2. Last Dying Breath (3:26)
3. Blood of Bannockburn (2:57)
4. Diary of an Unknown Soldier (0:51)
5. The Lost Battalion (3:23)
6. Rorke’s Drift (3:28)
7. The Last Stand (3:58)
8. Hill 3234 (3:31)
9. Shiroyama (3:36)
10. Winged Hussars (3:53)
11. The Last Battle (3:12)
12. Camouflage [Bonus Track](j’vous ai dit qu’on a pas reçu les éditions collector, me demandez pas le timing !)
13. All Guns Blazing [Bonus Track et probablement cover de Judas Priest] (cf. ci-dessus, vous avez suivi ou quoi?)

Facebook: https://www.facebook.com/sabaton/
Site officiel: http://www.sabaton.net/
Spotify: https://play.spotify.com/artist/3o2dn2O0FCVsWDFSh8qxgG
Deezer: http://www.deezer.com/artist/12022?autoplay=true
Youtube: https://www.youtube.com/user/Sabaton

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green