Communication de nos partenaires

Quiet Riot – One Night in Milan

Le 2 février 2019 posté par Bloodybarbie

Line-up sur cet Album


  • Chuck Wright - Basse
  • Frankie Banali - Batterie
  • Alex Grossi - Guitares
  • James Durbin - Chant

Style:

Hard Rock

Date de sortie:

25 Janvier 2019

Label:

Frontiers Records

Note du SoilChroniqueur (Metalfreak) : 9/10

Qu’est-ce qu’une épanadiplose ? En littérature, il s’agit d’une figure rhétorique jouant sur la répétition et le croisement d’un même terme. Elle apparaît lorsque dans deux propositions corrélatives, l’une commence et l’autre finit par le même mot. Passionnant non ?

Et en musique, on utiliserait le même parallèle histoire de parler de ce nouveau live de Quiet Riot : Bim, dès l’intro, le riff principal de “Metal Health”, titre joué en intégralité à la fin de ce même live sous le nom de “Bang your Head”.

Un nouveau live de Quiet Riot ? On a bien entendu ? Avec la section rythmique originelle, s’il vous plait ! Entre Chuck Wright à la basse (ex-Blackthorne, ex-Impelitteri, ex-Alice Cooper, ex-Hoyuse Of Lords, ex… pardon, et caetera) et Frankie Banali à la batterie (Freakshow, ex-Blackthorne, ex-Hear ‘n Aid, ex-WASP…), il y a du million d’albums de vendus.
Le gratteux Alex Grossi, qui avait intégré le groupe en 2004, et le chanteur James Durbin, tout nouveau depuis 2017, présent depuis 2004, confortent ce line up qui a déjà enregistré le dernier album en date, Road Rage (2017).

Mais là, premier live sans le regretté Kevin DuBrow au chant, il faut reconnaitre qu’il y a de quoi désorienter les fans. Alors en effet, James Durbin n’est pas son illustre prédécesseur mais il faut reconnaitre qu’il s’en sort avec les honneurs. D’autant plus que, hormis “Freak Flag” et “I can’t get enough” issus du dernier album studio, tous ont été chantés initialement par DuBrow.
D’ailleurs, le live spécule énormément sur le passé le plus glorieux de Quiet Riot : sept titres de Metal Health (1983), trois de Condition critical (1984), un de QR III – mouarf – (1986), de Terrified (1993), de Down to the Bone (1995) et donc deux de Road Rage (2017)… Et surtout, aucun de QR (1988), Alive and well (1999), Guilty Pleasures (2001), Rehab (2006) ou de Number 10 (2014), soit les albums les moins cotés du groupe.

Pour le reste de la setlist, Quiet Riot nous fait la totale : entre “Run for Cover”, “Slick black Cadillac”, “Love’s a Bitch”, “Let’s get crazy”, “Metal Health” ou les deux reprises de Slade (“Mama weer all crazee now” et “Cum on feel the Noise”), le quatuor de Los Angeles donne un plaisir fou à un public ostensiblement réceptif pour nous offrir un live qui, s’il ne sera pas classé dans le top 10 des meilleurs enregistrements publics, aura le mérite de se laisser écouter plusieurs fois d’affilée sans déplaisir. Et c’est bien là l’essentiel !
Une épanadiplose, qu’on vous dit !

Bref, note du SoilChroniqueur (Metalfreak) : 9/10 !

Tracklist :

1. Run for Cover (4:44)
2. Slick black Cadillac (5:39)
3. Mama weer all crazee now (reprise Slade) (4:36)
4. Whatever it takes (5:00)
5. Terrified (4:42)
6. Love’s a Bitch (4:48)
7. Condition critical (7:53)
8. Thunderbird (4:33)
9. Party all Night (4:30)
10. Freak Flag (4:08)
11. I can’t get enough (4:00)
12. Wild & the Young (4:34)
13. Let’s get crazy (5:14)
14. Cum on feel the Noize (reprise Slade) (4:54)
15. Metal Health (Bang your Head) (8:10)

Site officiel
Page Facebook
Fil Twitter

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green