Communication de nos partenaires

Oz – Burning Leather

Le 21 novembre 2011 posté par Son

Line-up sur cet Album


  • Jay C. Blade - Basse & choeurs
  • Mark Ruffneck - Batterie
  • Costello Hautamäki - Guitare lead
  • Markku Petander - Guitare rhythmique
  • Ape De Martini – Chant

Style:

Heavy Metal

Date de sortie:

18 novembre 2011

Label:

AFM Records

Note du Soilchroniqueur (Metalfreak) : 8/10

Qui se souvient de Oz ?

Ce groupe Finlandais est l’archétype du groupe culte : fondé en 1977 sous l’impulsion du chanteur Ape de Martini, chauve de son état, le groupe nous sort « Heavy metal heroes » (1982), « Fire in the brain » (1983), « Third warning » (1984), l’EP culte « Turn the cross upside down » (1984), « Decibel storm » en 1986 et « Roll the dice » (1991). Après un split peu de temps après, c’est vingt ans plus tard que notre clône de Yul Brynner remet le couvert avec un nouveau line up et la sortie du single « Dominator » suivi peu de temps après par ce « Burning leather » qui nous intéresse. Oz s’est fait tout particulièrement remarqué en 1984 sur les deux volumes des compilations Scandinavian Metal Attack sur lesquelles sont repris les titres « Fire in the brain » et « Search lights » (volume 1), ainsi que « Third warning » et « Turn the cross upside down » sur le volume 2 l’année suivante, leur conférant un statut culte en Europe aux côté de Bathory, Trash, Zero Nine ou Spitfire.

« Burning leather » est donc le nouvel album de Oz mais ne comporte réellement que cinq nouveaux titres. En cela, ça pourrait faire croire au vulgaire best of agrémenté de quelques inédits mais force est de constater que non seulement les anciens titres ont été réenregistrés mais le relifting a permis non seulement de réactualiser ces morceaux, mais également de les bonifier. A l’exception d’un « Search lights » où l’original avait placé la barre trop haut qualitativement parlant pour pouvoir le rendre meilleur, l’écoute de « Turn the cross upside down » tiré le l’EP du même nom, « Fire in the brain », « Gambler » (tirés de l’album de 1983), ainsi que « Total metal » et « Third warning » (tirés, eux, de lui de 1984) sont une vraie réussite. Les cinq nouveautés, à savoir « Dominator », « Let sleeping dog lie », « Seasons in the darkness », « Burning leather » et « Enter stadium », sont dans la continuité des autres compositions pourtant écrites il y a plus de trente ans pour certaines. Bien malin celui qui, découvrant Oz avec ce « Burning leather », sera capable de différencier les anciens titres des nouveaux.

Musicalement, Oz reste ancré dans ce heavy metal bien véloce, flirtant parfois de près avec le speed metal, avec son lot de titres efficaces, carrés, toujours dans la routine couplet-refrain-couplet-refrain-solo-couplet-refrain, et taillés pour la scène. Point de titres épique, atmosphériques ou acoustique, Oz fait (ou refait) les choses telles qu’elles étaient restées dans les années 80. Le plus hard rock « Enter stadium », aux riffs qu’on n’avait plus entendus depuis le « Rock you » de Helix ou le « I love it loud » de Kiss est une véritable invitation à secouer la tête et taper du pied en rythme et sera incontestablement un hymne à reprendre en chœur lors des concerts de ces cinq Finlandais. Grosse réussite et moment particulièrement fort de ces 42 minutes de bonheur, « Turn the cross upside down » est une pure merveille et donnera envie d’hurler le refrain à tue-tête à chaque écoute. Je connais des cervicales qui vont être mises à mal et des kinés qui vont s’enrichir…

Welcome back, Oz, et n’attendez pas vingt ans pour donner un petit frère à votre dernier rejeton !

Site officiel : http://www.ozofficial.com/
Myspace : http://www.myspace.com/ozofficial

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green