Communication de nos partenaires

Old Silver Key – Tales Of Wanderings

Le 4 octobre 2011 posté par METALPSYCHOKILLER

Line-up sur cet Album


Neige : Chant
Roman Saenko : guitares
Krechet : basse
Vlad : Batterie, Claviers, piano
Thurios : guitares

Style:

Post Rock

Date de sortie:

16 septembre 2011

Label:

Season Of Mist

Note Du Soilchroniqueur (MetalPsychoKiller) : 06 / 10

Old Silver Key, pour faire dans les présentations, est le dernier bébé né du fertile cerveau de Ronan Sayenko du groupe ukrainien Drudkh. Le gars est un hyper actif, et si le combo enchaine les opus comme des lettres à la poste, la cadence n’est point encore suffisante pour le sieur. Qu’à cela ne tienne, exit le Black Metal nappé Pagan des racines, et notre bourreau de travail décide d’explorer de nouveaux horizons musicaux. Après le « Handful Of Stars » en 2010, le nouveau projet prendra forme avec Neige, le chanteur français d’Alcest. Et pour donner une touche d’originalité au line-up, le trio basse/Batterie/seconde guitare de… Drudkh, sera appelé aux affaires. Notez encore parallèlement pour faire dans le détail, et surtout vous faire cibler viscéralement le musicien, que le Ronan devrait plaire à notre nain national adepte du travailler plus pour gagner plus. En effet, notre ukrainien étant encore unique membre du side project de « Blood Of Kingu », -2 opus en 2007 et 2010-, et idem pour celui de « Dark Ages », 3 albums en 2004, 2006, 2010… Black, Pagan, ambiant, Death, le moins que l’on pourra dire est que l’ex « Hate Forest » souffre de boulimie de créativité lui faisant pondre ses œufs à la cadence de l’Alien chère à Sigourney Weaver…

Pour être franc du collier avec vous, le groupe ukrainien Drudkh et ses dérivés ont toujours été synonyme en mon esprit d’une dualité fratricide entre qualité et prolixité. Que de tracklists et d’albums en séries parus et laissant cette fâcheuse impression que le meilleur côtoie sempiternellement le « quelconque ». Qu’attendre alors de cette collaboration avec notre Neige avignonnaise nationale black avant gardiste, si ce n’est de s’immerger dans les brumes d’une mer mystérieuse en chialant sur ses problèmes métaphysiques ? Nostalgie, spleen, esthétisme, ressacs et soubresauts d’énergie pour mettre en exergue des sensitivités et des sentiments différents remués ou mis à mal ? Cela parait prometteur pour les torturés du bulbe aimant se martyriser les méninges en s’apitoyant sur leur sort, mais la voie choisie et ouverte par la vieille clé en argent se montrera différente. Malheureusement.

Des renards rusés, des sorcières, des loups qui parlent, des princesses et des grenouilles, un monde de contes de fées est proposé à votre entendement durant une petite quarantaine de minutes. Celles-ci défileront sympathiquement et sans efforts, mais paradoxalement sans highlights ni temps marquants. L’inévitable intro de mise en place, « What Once Was Will Never Happen Again”, annoncera d’ailleurs la couleur par un affichage de caciques et poncifs stéréotypés. Ronan Sayenko désire sillonner de nouveaux horizons musicaux et définit cette nouvelle exploration comme étant du Postrock, soit. « November Nights Insomnia » fera son petit effet, et le « Cold Spring » suivant, -à la structure Prog et bien amené par une subtile entame-, séduira irrémédiablement en s’affichant comme le meilleur titre d’une tracklist dans laquelle on va ensuite quelque peu s’ennuyer. Dès l’instrumental « Nineteen Winters », on perdra ainsi le fil dans une mixture dégénérée de New Order et Joy Division que personnellement j’oserais même labéliser de Post New/Cold Wave des années 80 avec « Star Catcher » et « Burnt Letters »! Les efforts de composition et de développement sur le titre de clôture, permettront bien de terminer l’opus sur une note plus convaincante, mais cela ne suffira pas à effacer un sentiment d’ensemble mitigé

Manque d’unicité et linéarité sont incontestablement les défauts majeurs d’une collaboration prometteuse dont on était en droit d’attendre et d’espérer plus. Ni les fans de Drudkh, ni ceux d’Alcest ou d’Amesoeurs ne seront conquis par ces « Tales Of Wanderings » quand bien même ces derniers ne souffrent pas de manquements rédhibitoires. Juste de personnalité qui ancrerait quelque chose en vous. Dommage…

 

Site Internet : http://www.season-of-mist.com/bands/old-silver-key

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green