Communication de nos partenaires

Öblivïon – Resilience

Le 6 mars 2018 posté par Willhelm von Graffenberg

Line-up sur cet Album


  • Joe Amore - Lead Vocals
  • Florian Lagoutte - Guitars
  • Steff Rabilloud - Guitars
  • Markus Fortunato - Bass
  • David Amore - Drums

Style:

Power Metal

Date de sortie:

23 Février 2018

Label:

Rock of Angels Records

Note du SoilChroniqueur (Metal Script) : 7/10

S’il y a un style qui à tendance à s’épuiser ces derniers temps, c’est bien le Power, style qui m’est pourtant très cher ! Il faut dire qu’il fait partie de ces mouvements bien (trop) stéréotypés dont il est difficile de briser les codes sans pour autant changer l’étiquette des principaux intéressés. Et Öblivïon ne déroge pas à la règle.

Le groupe, formé des frères Amore (ex-Nightmare et Joe officiant dans Now or Never), du bassiste Markus Fortunato, et de Steff Rabilloud (Urgent) et de Florian Lagoutte (Forsaken World) aux guitares, nous propose un album power des plus « classiques », entre Hammerfall, At Vance, Stratovarius, Gamma Ray, Helloween et Edguy (période 1997-2003).

Resilience se compose d’une majestueuse intro instrumentale et de 10 morceaux mid-tempo mêlant riffs rythmiques assez efficaces dans l’ensemble, dans un style proche des Pretty Maids (période 80’s) et du jeu de Kai Hansen (Helloween, Gamma Ray), et riffs mélodiques à la Helloween, dans un style assez proche de – oh surprise ! – Kai Hansen. On notera également quelques soli de guitares parfois doublés, rappelant Gamma Ray ou Edguy (sur « Shine in my Galaxy » par exemple). Pour le chant on retrouve un Joe Amore un peu plus distant de son image de « Ronnie James Dio français » et proposant un chant plus torturé et éraillé, comme Jorn Lande, parfois même avec un grain à la Bob Catley (Magnum) qui, ma foi, n’est pas déplaisant et marche bien avec les compos.

Les compos parlons-en justement ! Enfin, à vrai dire rien de bien nouveau ou d’extraordinaire. Alors oui, ça envoie, c’est propre, on retrouve une vraie énergie pour l’album entier, ce qui lui donne une belle unicité – peut-être trop ? – mais comme énoncé précédemment, on y retrouve tous les codes du genre : mélodies épiques, avec de gros chœurs puissants sur les refrains, et cela jusque dans les paroles et titres des chansons (des Reines et des Rois, du guerrier, de la magie, une touche de « glory » par-ci, et une autre de « Babylon » par-là, bref, des valeurs sûres).
Pour citer les titres qui m’ont le plus marqué, j’ai particulièrement apprécié « Bells from Babylon », « I throught I was a King » et l’excellente chanson de clôture de l’album, « Dreamers Believers ».

Un gros point négatif est tout de même à relever selon moi. Il s’agit en l’occurrence du mix de l’album, car durant l’écoute j’avais plus l’impression d’écouter un CD sorti dans cette période d’apogée du Power qu’a été la fin des années 90 (cf. Theater of Salvation d’Edguy, Powerplant de Gamma Ray, Infinity de Stratovarius, etc) qu’une nouveauté de 2018…
De plus, la basse de Fortunato est quasi absente, non pas qu’il soit question de qualité de jeu, loin de là (excellents passages avant les soli de « Shine in my Galaxy » et « Facing the Ennemies »), mais encore une fois à cause du mix froid et trop old-school, qui manque cruellement de graves. Alors sans tomber dans du Sabaton (dont je ne supporte absolument pas la surproduction du mix), un son un peu plus moderne aurait, je pense, sublimé les arrangements des claviers et donné une dimension supplémentaire à l’album.
Puis bon je vais chipoter un peu, mais la batterie paraît parfois un peu plate (encore ce fichu mix !) et le pré-refrain de « In the Arms of a Queen » me chagrine un peu, soit parce qu’il se détache trop du reste du titre, soit parce qu’il ne fait pas monter la puissance nécessaire pour lancer le refrain.

Au final, que penser de Resilience ? Et bien déjà une chose est sûre : c’est que les habitués du Power s’y retrouveront sans problème, et penseront essentiellement du bien de la formation après l’écoute de ce premier opus. Et au final, malgré un son trop old-school pour une sortie du mois dernier, Öblivïon s’en tire assez bien, sans sortir des sentiers battus, en proposant un album propre et sans grosses bavures.

Un groupe qui serait intéressant d’aller voir en live !

[NB : c’est chose faisable lors de la release party de cet album qui aura lieu le 17 Mars au Jack Jack à Bron (69500) en compagnie de Satan Jokers]

Tracklist :

01 – Spectral Warrior
02 – Honor and Glory
03 – In the Arms of a Queen
04 – Bells from Babylon
05 – Shine in my Galaxy
06 – I throught I was a King
07 – Evil Spell
08 – Punished by the Crowd
09 – Facing the Ennemies
10 – The Race is on
11 – Dreamers Believers

Site officiel : https://www.oblivion-metal.com
Facebook : https://www.facebook.com/Oblivionband/
Youtube : https://www.youtube.com/channel/UCQ4HM7jhnjxY1ff6HYQdTGQ/

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green