Communication de nos partenaires

Nashville Pussy – Up The Dosage

Le 18 décembre 2013 posté par celtikwar

Line-up sur cet Album


Jeremy - Batterie / Ruyter - Guitares / Blaine - Chant, guitares / Bonnie - Basse

Style:

Hard rock

Date de sortie:

20 janvier 2014

Label:

Steamhammer / SPV

Note du Soilchroniqueur (Celtikwar) : 7,5/10

Il y a des groupes qui ne changeront jamais.

Nashville Pussy fait surement partie de ces formations qui ont trouvé leur ligne directrice et qui depuis foncent droit devant, tête baissée, sans regarder et arrachant tout ce qui pourrait être resté sur leur chemin. A savoir le trajet salle de concert, bar, pub, salle de concert, bar, avec une fois tous les ans et demi un passage par le studio histoire de mettre en boite quelques nouveaux méfaits.

Vous connaissez sans doute sur le bout des doigts l’histoire de Nashville Pussy, un quatuor américain venu tout droit de l’état de Géorgie (même si on le penserait plutôt issu d’une barrique de Jack du Tennesse ou d’un ranch du Texas). Le premier méfait de la formation remonte à 1998 avec « Let Them Eat Pussy » où la bassiste ainsi que la guitariste sont mises en valeur sur une pochette d’une grande classe. Celui ci permit de mettre au grand jour le Hard Rock suintant la bière de la troupe de Blaine Cartwright. S’ensuit alors une suite logique tournées, concerts, enregistrements, tournées… permettant de publier tous les deux ans un nouvel opus, à savoir successivement  » High As Hell« , « Say Something Nasty« et « Get Some !« . Ce dernier étant sans doute le meilleur album de la formation, rock à souhait avec une introduction des plus énergique… Il n’est pas étonnant que cet opus permettent à Nashville Pussy de gagner encore en notoriété et de partir dans de nombreuses tournées aux quatre coins du monde dans lesquels la formation écume les petites salles où la proximité avec les musiciens ne peut que faire plaisir. Comment rester de marbre lors des solos déchaînés de Ruyter Suys ?

Profitant du succès de « Get Some » ainsi que du rythme du succession des tournée, le groupe prend plus de temps pour enregistrer un successeur, et il faudra attendre quatre ans pour voir arriver « From Hell to Texas » dans les bacs, celui confirmera tout le bien que le pensait de la formation et enfoncera le clou encore plus loin. Nashville Pussy passe alors au premier plan dans les formations de Hard Rock et passe en tête d’affiche de certains festivals, ils échangent aussi les petits clubs contre de grandes salles de concerts. Enchaînant les concerts de promotion, le groupe prendra encore quatre ans pour enregistrer un nouveau bébé : « Up The Dosage » qui arrivera dans les bacs début Janvier 2014.

Que nous réserve alors cet opus ? Plus de Rock, plus de Whisky, Plus de Sexe, plus de ….
En fait avec « Up The Dosage« , la recette est la même que sur les précédents opus, avec un peu plus de tout, mais du coup le dosage reste identique : c’est la taille du verre qui a augmenté pour nous taper encore un peu plus sur le crane. Vous retrouverez les cris énergiques de Blaine sur « Pillbily Blues« , les riffs sur ce titre sont d’ailleurs du plus accrocheurs. Comment faire un album de Nashville Pussy sans avoir un côté Western ?  » Hooray for Cocaine, Hooray for Tennessee » et « Before the Drugs Wear Off » sur lesquels l’introduction à la guitare acoustique avec un Blaine en duo avec une douce voix féminine ne pourra vous laisser indifférent, un banjo d’ailleurs doit être de la partie sur ce titre.

Le point fort de Nashville Pussy est bien évidement la bonne humeur et l’énergie qui se dégage de leur musique, et pour cela Ruyter se donne à fond, aussi bien en studio qu’en concert où cela est encore plus frappant, mais comment ne pas avoir la banane à l’écoute d’un titre comme « Pillbily Blues« , « Rub It to Death » ou encore un « Up The Dosage« . Petite surprise quand même avec un « Taking It Easy » au chant féminin proche de celui de Skew Siskin qui ne dure que quarante sept seconde et fait office de break dans l’album.

On pourrait en parler pendant des heurs entières, mais cela aurait il de l’intérêt ?
Avec ce « Up The Dosage« , Nashville Pussy nous propose un concentré de ce qu’ils savent faire le mieux, du bon gros Hard Rock qui sent bon la bière , le Jack, le tout donné par une guitariste survoltée et un chanteur envoûté. Vous aimiez les opus précédents, alors celui ci est aussi fait pour vous, impossible de passer à côté, un concentré de bonheur.

Sexe & Rock n Roll

 

1. Everybody’s Fault but Mine
2. Rub It to Death
3. ‘Til the Meat Fall Off the Bone
4. The South’s Too Fat to Rise Again
5. Before the Drugs Wear Off
6. Spent
7. Beginning of the End
8. Up the Dosage
9. Taking It Easy
10. White and Cloud
11. Hooray for Cocaine, Hooray for Tennessee
12. Pillbily Blues
13. Pussy’s Not a Dirty Word
Bonus tracks :
14. Begging for a Taste
15. Before the Drugs Wear Off (Demo)

 

http://www.nashvillepussy.com
http://twitter.com/bashfulpuppy
http://www.nashvillepussy.com/shows
https://www.facebook.com/pages/Nashville-Pussy/13091707669

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green