Communication de nos partenaires

Moke’s – EP

Le 29 avril 2016 posté par Lusaimoi

Line-up sur cet Album


  • Agnès Bernon : chant
  • Antoine Doyen : guitares
  • Patrice Aerdeman : basse
  • Julie Lambertod : batterie

Style:

Stoner/Heavy Rock

Date de sortie:

28 septembre 2015

Label:

Autoproduction/Black Wave

Note du Soilchroniqueur (Lusaimoi) : 8/10

Récemment, j’ai lu un article dont l’introduction parlait de la vague du vintage. Cet article nous citait plusieurs types de créateurs. Il y a ceux qui ne font que profiter de la mode sans chercher à en comprendre les bases, imposteurs livrant des plats sans saveur. Il y a ceux qui éprouvent un amour sincère pour les vieux pots, mais qui ne parviennent qu’à les imiter sans réel talent et sont donc condamnés à rester dans l’ombre – à moins qu’un plan marketing bien huilé ne vienne s’en mêler. Et puis, il y a aussi ceux qui aiment vraiment le style, qui le comprennent et parviennent à apporter leur pierre à l’édifice. Il n’est pas forcément question d’expérimentations, mais d’appropriation.
Bien sûr, vous l’aurez compris, Moke’s, fait partie de la dernière catégorie.

Ça, on commence à s’en douter dès la lecture de la biographie du groupe. On sent l’amour du genre à travers les influences citées : Kyuss, Led Zeppelin, Black Sabbath (et Triggerfinger, que personnellement, je ne connaissais pas). Et on devine sa singularité dans l’origine musicale de ses membres. En effet, si Antoine et Maurice – respectivement guitare et basse – viennent du monde du Metal, Julie, à la batterie, jouait dans un groupe de Hip-Hop, tandis qu’Agnès est, elle, chanteuse Jazz-Soul.

 

Et c’est surtout cette dernière, qui apporte sa personnalité à Moke’s. Sa voix, certainement plus Rock que dans ses autres groupes sans perdre son timbre Soul, affiche une belle énergie et s’éloigne des standards du genre tout en restant parfaitement en adéquation avec la musique.
Et la musique, justement, c’est du son bien garage, grésillant, bourdonnant parfois. C’est du riff simple et direct, avec ce côté bref et ces répétitions qui rendent le tout hypnotique et tout de suite prenant. C’est ainsi que débute « Antics », tout en alternant avec quelque chose de plus baveux. Mais les autres morceaux, prenant racine sur la même base, montrent autre chose. « Child » est plus rapide, en accord avec le phrasé du chant, « Don’t » se montre sautillant, avec un côté langoureux en fin de phrase, alors que « Swamp » dévoile un visage plus lourd, que la batterie (qui se montre toujours pertinente au long du CD) vient souligner.

A côté de cet aspect fortement immédiat, entêtant, dansant et hypnotique, Moke’s développe des ambiances plus aériennes. Déjà, « Antics », propose une série de breaks de batterie dont le troisième mène à un passage grisant, grâce à un solo psychédélique à souhait, sur fond de rythmique rapide et simple. « Swamp », lui, possède un refrain plus aéré, qui vient contraster avec son riff plus lourd ; refrain qui laisse sa place à une envolée, avant une accélération donnant sur un solo bien différent du premier titre. Celui de « Don’t », lui, se mélange à la guitare rythmique, avant de prendre son envol pour un résultat résolument bien foutu.
Et que dire de « Darkness » ? Son départ nerveux, qui devient plus épais durant le refrain. Son couplet, qui semble ensuite prendre de l’ampleur à mesure que le titre avance avant d’éclater, toujours sur la mélodie initiale. L’explosion montre sa véritable étendue vers la fin, sur un solo qui se calque d’abord sur la musique, pour partir dans un final détonnant.

 

Oh oui, Moke’s, avec son côté immédiat, saura titiller la fibre nostalgique des amateurs de Stoner. Surtout que le tout est fait avec une belle authenticité, en témoigne une prod’ résolument naturelle et un aspect « pris sur le vif » de l’enregistrement. Mais le groupe nous pond aussi des passages grisants, prenants, hypnotiques. Deux visages qui ne sont pas pour autant deux faces placées l’une à côté de l’autre, car les deux se mélangent et deviennent indissociables, grâce à un songwriting travaillé.
Moke’s fait donc bien partie de ces groupes qui ne surfent pas sur la nostalgie de l’auditeur ou sur la mode du Old School, non. Il prend un style qu’il aime et se l’approprie, pas en s’en éloignant, mais en nous le délivrant, avec fougue et sincérité.

 

Tracklist:
1. Antics
2. Swamp
3. Child
4. Don’t
5. Darkness

 

Site Officiel : mokesband.com
Bandcamp : mokes.bandcamp.com
Facebook : www.facebook.com/MokesBand

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green