Communication de nos partenaires

Mean Streak – Declaration Of War

Le 17 janvier 2011 posté par celtikwar

Line-up sur cet Album


  • Jonas Kallsback : Batterie
  • Peter Anderson : Chant, Basse
  • Patrik Gardberg : Guitare
  • David Andersson : Guitare
  • Andy LaGuerin : Chant

Style:

Heavy Metal

Date de sortie:

Janvier 2010

Label:

Black Lodge Records

Note du Soilchroniqueur (Celtikwar): 8,5/10

On est bien souvent heureux de voir que certaines choses restent toujours les mêmes, qu’elles ne subissent aucun changement et qu’elles nous émerveillent toujours autant. L’exemple que l’on a presque tous connu récemment avec la période de Noël, la dinde aux marrons préparée par votre grand mère a toujours le même goût, et ce depuis près de 40 années, et pourtant on est fièr de pouvoir planter notre fourchette dedans, on salive rien que d’y penser. Ces petits plaisirs ne sont pas que gustatifs, il peuvent aussi être auditifs.

Mean Streak nous vient de la Suède, tout jeune groupe fondé en 2006 et portant déjà deux albums à son actif. le premier, Metal Slave est sorti en 2009. Celui ci, à la pochette fort attractive, nous présentait Mean Streak comme un des nouveaux-nés de la scène Heavy ne cherchant pas à renouveler le genre, mais plus à réutiliser des recettes qui ont déjà fonctionné. Après quelques changements au sein de ses membres, les guitaristes sont remplacés par David Andersson et Patrik Gardberg, la bande nous revient en ce début d’année avec Declaration Of War et qui n’annonce aucun changement.

Dès l’artwork on se doute, bien que ce soit très mauvais de porter un jugement dès une couverture, que Mean Streak ne change pas, on retrouve la même guerrière armée mais peu vêtue, apparemment elle est venue pour une déclaration de guerre, le tout est maintenant de savoir si elle va la gagner. L’introduction sur fond sonore de combats nous envoie ensuite au cœur de l’album, un Heavy Metal respectant à la lettre les bases posées par des groupes comme Hammerfall et Saxon. Un riff très accrocheur, on a d’ailleurs déjà du l’entendre quelque part, mais il fonctionne encore, un batteur dynamique tapant aussi vite et précisément sur ses fût qu’un cuisinier japonais coupe ses légumes, un bassiste groovant légèrement le tout, un chanteur énergique n’hésitant pas à monter dans les aigus quand il le faut, et le plus important: les coeurs surplombant le tout, ces derniers sont directs accrocheurs, puissants et martiaux.

Maintenant on se demande si tous les titres sont sur la même longueur d’onde. Et bien oui, tous respectent rigoureusement la même base de construction, mais ne se ressemblent pas, « In For The Kill » avec « Brother Til The End » sont très direct et speed, dans les meilleurs de l’album. L’introduction énigmatique de « Crimson Sky » nous balance ensuite un morceau plus lent et martial, l’idée est d’ailleurs reprise sur « No Mans Land » en remplaçant les claviers par des sonorités plus orientales, ensuite se sera le batteur qui aura le rôle d’ouvreur de pistes, mais il le fera de façon plus puissante et bourrée de vitalité, à la façon d’une marche militaire. Les paroles ne sont pas des plus recherchées non plus, regardez le nom de chacune de pistes, ceux ci sont répétés de maintes et maintes fois pour mieux vous rester en tête, et à eux seuls peuvent faire toute une chanson de Manowar, autant vous dire qu’il n’y a rien d’original. Mais que du bon, on connait déjà la recette, mais c’est toujours un plaisir à entendre.

La production est ultra propre, on peut distinguer chaque notes de tous les instruments, et nous rappelle aussi les illustres influences du groupe, mais le fait d’avoir choisi Fredrik Nordström (Hammerfall) n’y est s’en doute pas pour rien. Autant dire que Mean Streak possède tout l’armement nécessaire, mais revient-il vainqueur de son combat? Il n’y a pas à hésiter, la réponse est claire et nette oui. Le but du groupe n’est pas de devenir une légende du Heavy Metal ni la prochaine pointure que l’on devra par la suite aduler et idolâtrer , non , ici l’objectif est plus de proposer un bon moment musical, sans prétentions, juste du plaisir à nous transmettre.
Ce n’est pas une guerre pour gagner que lance Mean Streak, mais une guerre pour combattre. De plus la personne revenant glorieuse de la guerre n’est pas forcément celle qui a gagnée le combat. On se souviendra plus de William Wallace que de Edouard Premier, et pourtant l’écossais fut bien tué par le roi. Mean Streak déclare simplement la guerre pour que le peuple reconnaisse le Heavy Metal et se souvienne de lui plus que de son propre nom.

Declaration Of War est donc un bon album, plus abouti que son prédécesseur, il nous prouve que le groupe est capable de nous offrir de bons moments et de ravir nos oreilles de riffs incisifs et accrocheurs à souhait, en même temps on en redemande assez souvent car on en est très friand. Mean Streak nous offre ici onze pistes simples, directes, efficaces, bien qu’elles n’aient aucune originalité.

En même temps, si je sais que le St Emilion est bon, ce n’est pas par ce que la cuvée de 1982 était exceptionnelle que je m’empêcherai de boire celle de 2006…

Myspace: http://www.myspace.com/meanstreaksweden

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green