Communication de nos partenaires

Mallory – Honey Moon

Le 8 octobre 2014 posté par Lusaimoi

Line-up sur cet Album


Phil : Chant / Jé : Guitare / Mat : Basse / Twist : Batterie.

Style:

Rock Vintage

Date de sortie:

10 juillet 2014

Label:

Autoproduction / Dooweet

Note du Soilchroniqueur (Lusaimoi) : 8/10

 

Avis aux nostalgiques. Vous pensez que les années 70 possèdent un charme tout particulier aujourd’hui à jamais disparu ? Une chaleur, un grain, une ambiance, un espoir candide, une fureur de vivre que l’on ne retrouvera plus ? Vous donneriez n’importe quoi pour pouvoir revivre tout ça, sortir de la grisaille actuelle, mais vous avez aussi envie d’inédit ?
Mallory va vous parler.
Pourtant bien né dans les années 2010, ce groupe prend ses racines dans des groupes créés et parfois dissous bien avant que ma naissance soit même envisagée. The Doors étant le nom qui revient le plus quand parle d’eux et quand on les écoute.
Cela se ressent dès qu’on a ce Honey Moon entre les mains. L’artwork (d’Avril Dunoyer) résolument vintage, représentant le buste de cette Mallory, l’héroïne de l’histoire narrée par le groupe ; ces titres, séparés en Face A et Face B, même si l’on ne se trouve pas sur un vinyl, ni sur une cassette.

Un ressenti qui se poursuit lorsqu’on enfile la galette dans le lecteur et lorsque gronde cette basse bien présente, avant l’arrivée de la guitare qui nous met directement dans sa poche. Un riff intervient alors, plus lourd, avant quelque chose d’éminemment dansant tout en restant pondéré. Puis tout s’énerve. Tout, aussi bien les instruments que le chant.
Le chant, parlons-en d’ailleurs. Énergique et varié, il peut aussi bien aller dans des gueulantes éraillées, que dans des choses plus sensibles. Mais, dans chacun des cas, c’est surtout son intensité que l’on ressent. Il y a dans cette voix quelque chose d’extrêmement vivant, de passionné, sans que la technique ne soit en reste. Un élément à souligner dans un univers où le charisme du frontman vaut plus que la maîtrise de ses cordes vocales. J’en prends pour exemples le calme « Honey Moon » – presque Country, qui nous laisse voir de vastes champs de blés dorés par le soleil couchant – , et la balade mélancolique « You Are », qui évite d’être mielleuse, avec une voix qui part dans les aigus, tout en sachant être rocailleuse, jusqu’à se briser.

Cette voix sert et met en valeur un Rock fiévreux, énervé, incisif (« Hold Up »), mais aussi dansant, aux mélodies inspirées, presque sautillant par instants et souvent direct. Et attention, direct ne veut pas dire simpliste. Oulala non, malheureux !
Car les influences de Mallory sont nombreuses et imprègnent leurs compositions. Comme je l’ai déjà dit précédemment, on y trouve de la mélancolie, de la balade limite Country, mais aussi du solo psychédélique (« Alone »), du Southern Rock au rythme qui semble suivre la marche d’un cheval (avec un « The Killing » dont la prod semble un brin plus root), du Blues, dans la seconde partie de « Make Up », ou un son plus gras, qui sent l’huile de moteur sur « Stallion ».
Et si certains passages semblent un peu plus prévisibles, avec une utilisation de la structure qui met en scène une envolée, souvent amenée par un solo dans la deuxième partie de certains morceaux (« Alone », « Rollin », « The Killing », « Hang »…), Mallory sait aussi ménager les effets de surprise.
« Hold Up », par exemple, plus lourd, laisse entrevoir une explosion, qui n’arrive pas tout de suite, laisse l’auditeur sous tension, et, lorsqu’elle arrive, ce n’est pas comme on l’attendait. « Honey Moon » qui, s’il reprend lui aussi la structure de pas mal de titres, son solo étonne, rappelant le Lynyrd Skynyrd de « Free Bird », la durée en moins.

Honey Moon se termine sur le calme et bien nommé « Time to Go » qui, que ce soit dans son refrain, son couplet, son solo, sa rythmique, sa production, est celui qui me rappelle le plus les années 70. C’est étrange car le CD entier transpire cette époque, mais là, tout en semble tout droit issu. Il y a quelque chose de réellement authentique. Si bien que ce serait une reprise, ça ne me choquerait pas.
Bien sûr,ce n’est pas le cas. Et cette impression est simplement due au fait que les gars de Mallory connaissent et surtout aiment leur sujet. Honey Moon tient donc sa réussite de la sincérité avec laquelle il est composé, ça, ainsi que de la qualité de ses morceaux, énergiques, efficaces et très bien exécutés.
Et vous, à qui cette chronique a donné envie, sachez qu’une bonne nouvelle ne vient jamais seule, puisque son successeur arrive bientôt.

Tracklist:
1. Alone
2. Rollin
3. Make Up
4. Hold Up
5. Honey Moon
6. You Are
7. Stallion
8. The Killing
9. Hang
10. Time to Go

 

Facebook : www.facebook.com/mallory.rockband
Soundcloud : soundcloud.com/malloryrockband

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green