Communication de nos partenaires

Korpiklaani – Ukon Wacka

Le 20 février 2011 posté par Wën

Line-up sur cet Album


Jonne Järvelä : chant, guitare
Kalle Savijärvi : guitare
Jaakko Lemmetty : violon, cornemuse, flute
Juho Kauppinen : Accordéon
Jarkko Aaltonen : basse
Matti Johansson : batterie

Style:

Folk-metal

Date de sortie:

2011

Label:

Nuclear Blast

Note du soilchroniqueur (Wën) : 7,5/10

Je vais devoir vous l’avouer, mais je n’ai jamais vraiment eu d’affinités particulières avec Korpiklaani. N’allez pas en déduire que je n’apprécie guère les festivités, ni pouvoir vider quelques chopes en braillant comme un goret (même si d’aucun vous diront qu’en effet, ce n’est pas ma came), mais la musique des joyeux lurons finlandais, basée trop malheureusement sur une recette resucée jusqu’à la moelle, ne m’a jamais réellement amené, pris d’un plaisir indicible, à me tripoter les balloches en dansant la humppa. En effet, les saisons passent et s’enchaînent, tandis que le combo continue, à intervalles réguliers, à nous abreuver d’albums ayant une fâcheuse tendance à se ressembler. Ce n’est qu’un avis personnel mais qui m’a néanmoins amené à me détourner peu à peu du groupe, n’y trouvant pas mon compte faute de renouvellement.

A qui la faute ? Mais à personne. En six opus (huit si l’on compte les deux sortis sous le nom de Shaman), le clan de la forêt semble avoir trouvé sa voie et son public, sortant ses folkleries, année après année, aussi certainement qu’un alcoolique notoire ne saura résister à sa cuite de nouvel an. A mon humble avis, Korpiklaani aura d’ailleurs toujours souffert, à son insu, de ces très courtes périodes de gestation, donnant l’impression d’enfiler les albums comme des shooters, sans trop se soucier de les peaufiner dans leurs moindres détails, alors qu’un peu plus d’application à la tâche n’eut été que bénéfique aux rendus finaux.

Voici donc pour la petite histoire … Mais il semblerait que les Finlandais aient décidé de changer la donne pour ce « Ukon Wacka ». Que les inconditionnels du combo reprennent leur souffle et se rassurent, les fondamentaux restent en place et ni le visuel ni l’approche musicale ne trancheront avec les réalisations précédentes. D’emblée, l’auditeur retrouvera ses marques, à savoir un humppa-metal issu d’une scène sur laquelle, dixit son label, Korpiklaani a su s’imposer en leader (What the f*ck ?! Ils ne sont donc pas seuls ?). Les composantes immuables au genre, comme le violon, l’accordéon, les liqueurs et la bonne humeur sont bien sur de mise, cependant tout indique que le groupe semble avoir décidé de passer à la vitesse supérieure en y insufflant, outre une très bonne production ronde et profonde, une bonne dose d’originalité, élément qui commençait à cruellement faire défaut aux réalisations antérieures.

Qu’il s’agisse d’une réelle prise de conscience ou d’une période de maturation plus longue que de coutume (un an et demi), il semblerait que les finlandais soient enfin parvenus à leur fin en se donnant le temps nécessaire au développement de leurs idées. Et guère d’écoutes seront nécessaires pour s’en persuader. Via un violon virevoltant, l’auditeur s’envolera rapidement pour le cœur des brumeux reliefs irlandais via le titre éponyme (si ce n’est pas une preuve d’ouverture ça) pour se retrouver l’instant d’après, sans trop savoir comment (les durs ravages de l’alcool), dans une vieille grange du middle-west, le jour de la fête locale (‘Korvesta Liha’). Même son sempiternel ‘titre à boire’ faisant cette fois-ci les yeux doux au continent sud-américain, est essentiellement basé sur une rythmique que n’aurait pas renié un groupe de ska … et ça passe à merveille ! Un autre facteur majeur de cette mini-révolution est le tournant résolument heavy, au sens premier du terme, que prennent certaines chansons (‘Louhen yhdeksas poika’, ‘Surma’), c’est lourd, c’est puissant (merci la double pédale), presque plombé par moment (écoutez les ponts de ‘Lonkkaluut’) … la sauce prend tellement bien qu’elle vire presque thrash sur l’intro d’un ‘Tuoppi oltta’ (presque, j’insiste) !

Même les titres folks plus classiques, possèdent un caractère bien trempé (voir imbibé, n’oublions pas chez qui nous sommes), les rendant accrocheurs, ça ce n’est pas nouveau, mais surtout véritablement trippant (au hasard ‘Paat pois tai hirteen’). L’accordéon et le violon, mais aussi la batterie et les percus plutôt inspirées, s’en donnent à cœur joie lors de leurs soli respectifs, le temps d’un pont ou même d’un break impromptu. Les mélodies traditionnelles sont plus travaillées, les riffs moins répétitifs, c’est bien simple, je n’avais pas connu Korpiklaani dans une telle forme depuis … depuis un bail.

Ainsi, en 35 courtes minutes (mais plus n’auraient-elles pas nuies à l’ensemble) toutes en finnois, Korpiklaani revisite et transcende son répertoire et nous livre ici une très bonne galette possédant ce petit quelque chose dont on ne soupçonnait même plus le groupe capable de pouvoir nous apporter. Je ne prétends pas avoir la science infuse, et le fait d’avoir éclipsé quelques opus intermédiaires est-il sans doute à prendre en compte, néanmoins voila un « Ukon Wacka » qui fera date et qui devrait facilement pouvoir se classer parmi les bonnes surprises de ce début d’année, tout comme parmi les futurs grands de sa catégorie.

Site officiel : http://www.korpiklaani.com

Page myspace : http://www.myspace.com/korpiklaani

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green