Communication de nos partenaires

Hauméa – Unborn

Le 1 mars 2019 posté par Bloodybarbie

Line-up sur cet Album


• Nicolas : Chant
• Andy : Guitares
• Léa : Basse
• Sébastien : Batterie

Style:

Rock Metal

Date de sortie:

30 Septembre 2018

Label:

Autoproduction/Kulpa Asso

Note du Soilchroniqueur (Willhelm von Graffenberg) : 7/10

« Time is money »… Je ne sais pas si c’est un problème de temps ou d’argent (ou d’inspiration, pourquoi pas) mais il est franchement délicat d’évaluer un potentiel artistique d’un groupe avec seulement quatre titres, et c’est ce dilemme face auquel je trouve pour chroniquer Unborn de Hauméa.

Si les artworks, photos en noir et blanc, ne donnent pas franchement une envie de reviens-y, ils ont pour intérêt de susciter la curiosité parce qu’on ne sait pas trop dans quoi on s’embarque, à part un truc qui se veut arty mais laisserait présager plutôt une tendance pop ou dadaïste… et c’est loin d’être le cas.
Mais c’est tout autant difficile de définir un genre tant on ressent le mélange de nombreux courants musicaux attenants au Metal : les Alençonnais mixent ce qui pourrait s’apparenter à du Thrash mais avec un son crade sludge sur une rythmique disco d’entrée pour partir dans un univers qui évoquerait davantage le Metal alternatif du Deftones de White Pony en poussant en parallèle des gueulantes tel un Mike Patton dans le Faith no More d’il y a quelques décennies, avec en arrière plan de la syncope et du changement de rythmique renvoyant parfois vers le Prog sur une lourdeur qui fait penser à celle de Gojira par moments.
J’imagine que c’est la grande force d’Hauméa : rendre cet ensemble cohérent par une unité sonore.

Et en effet, c’est bien là que ce format (trop) court limite une appréciation réaliste : ce pari, réussi pour le coup, peut-il tenir sur plus de quatre pistes ? Et surtout, est-ce qu’en format album, ça ne déconcerterait pas totalement l’auditeur peu habitué à cette schizophrénie stylistique ?

Le seul défaut, d’un point de vue technique que j’aie pu trouver, c’est un décalage malvenu aux guitares à la fin de la deuxième piste, « Not unusual », parce que tout le reste est maitrisé et va dans le même sens : la variété (que ce soit celle des timbres des divers instruments ou de la voix) dans l’unité. J’ai aussi cherché un sens entre la musique du groupe et le nom, faisant référence astronomique à une planète naine ovoïde, numérotée 136108 (nombre que l’on retrouve dans le tag du groupe sur FB) : je pourrais me limiter à me dire que la taille de cette galette et sa nébulosité font foi – mais c’est vrai que le groupe se serait appelé « Santa », nom initial et éphémère de ladite planète, ç’aurait été encore moins cohérent (mais plus rigolo).

Un EP/démo agréable et bien foutu(e) mais court(e), avec à son crédit un mélange des genres réussi. A voir si le reste suit et ne va pas rester en orbite tel un satellite qui se désagrège petit à petit… Que la déesse de la fertilité soit avec vous !

A écouter en planant dans les hautes sphères.

Tracklist :

1. Unborn (3:33)
2. Not usual (3:36)
3. Dad is fool (3:46)
4. Here I am (5:19)

Page Facebook
Playlist Bandcamp
Chaine Youtube

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green