Communication de nos partenaires

Geisterwald – Geisterwald

Le 18 juin 2018 posté par Willhelm von Graffenberg

Line-up sur cet Album


  • Gaelle Blumer - Batterie
  • Harald Wolken - Chant, Guitares, Claviers

Style:

Metal industriel

Date de sortie:

8 Janvier 2018

Label:

Autoproduction

Note du SoilChroniqueur (Metalfreak) : 7,5/10

Un quart d’heure et puis s’en vont ! Il est parfois difficile de se faire en si peu de temps une idée de la qualité d’un groupe qui sort son premier EP de cinq titres dont une démo, mais là, il faut reconnaitre que c’en est bluffant. A peine un an d’existence et le duo helvétique nous colle déjà une belle surprise entre les oreilles. Et en Allemand s’il vous plait ! Surprenant pour une formation Genevoise qui, rappelons-le, est à la base francophone.

Qui dit “Metal industriel dans la langue de Goethe” dit obligatoirement Rammstein ? Et bien non, mon Colonel, pas forcément ! Ils tentent même de s’en démarquer, je dirais, même si par moments les comparaisons ne pourront être qu’inévitables ! On approcherait plus d’un Crematory qui aurait partouzé avec des groupes de Gothic Rock, de Death Metal mélodique, et de pur industriel. Bref, un duo capable de nous créer un melting pot d’influences pour le moins intéressant.

Le chant est partagé entre deux timbres de voix claires et un growl bien profond. Une intro malsaine et inquiétante nous met de suite dans le ton : le printemps a beau être là et les beaux jours arriver, Geisterwald refroidit d’entrée l’ambiance. Clairement, on ne va pas rigoler.
« Alte Körper » commence et on est de suite frappé par la puissance du son, remarquable pour une autoproduction : de grosses guitares sur fond d’électro, avec une alternance de chant clair et de growls, avec un refrain facilement mémorisable à rechanter immédiatement à tue-tête.
Belle entrée en matière
« Wolf » continue son travail de sape avec une ambiance toujours aussi oppressante, des riffs extrêmement lourd et un chant qui écrase une nouvelle fois tout sur son passage. Si on a la sensation, lors du refrain, que la thématique du premier morceau est reprise, ce titre enfonce malgré tout le clou avec des nappes de claviers rendant l’ensemble plus mystérieux et inquiétant.

L’ambiance générale est d’une froideur absolue et le duo semble aimer nous prendre à contre-pied en nous balançant un break aussi calme qu’étouffant avant de nous achever avec un retour à une certaine forme de brutalité pour ensuite revenir au thème du morceau avec un refrain imparable, à l’instar d’un « Kreuz » qui justifie à lui tout seul l’envie de vouloir en savoir plus sur la formation.

L’EP se termine en beauté avec un « Schlag stärker » qui regroupe à lui tout seul les qualités des autres titres, avec un côté martial supplémentaire rappelant les groupes belges d’industriel des années 80 auxquels on a rajouté de grosses guitares, donnant une sensation d’un Ministry de « The Land of Rape and Honey » rencontrant Rammstein avec une grosse prise de Crematory comme énoncé plus haut.

En clair, Geisterwald nous met à genou d’entrée avec ce premier jet, certes homogène mais d’un potentiel pour le moins convaincant. Maintenant, il reste à savoir ce que va donner le duo sur un format full length sur lequel plus de variété risque d’être obligatoire. Personnellement, j’adhère ! Encourageant !

Tracklist :

1. Intro (1’02)
2. Alte Körper (3’21)
3. Wolf (3’33)
4. Kreuz (3’22)
5. Schlag stärker (4’20)

Playlist Bandcamp
Page Facebook
Playlist Soundcloud
Chaine Youtube

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green