Communication de nos partenaires

Fool’s Paradise – A Place To Hide

Le 22 juillet 2010 posté par METALPSYCHOKILLER

Line-up sur cet Album


Simmone : Guitare, chant
Olivier : Guitare
Maxime : Basse
Fred : Batterie

Style:

Rock/Alternatif/Prog

Date de sortie:

Avril 2010

Label:

Démo Auto-Production

Note du Soilchroniqueur (MetalPsychoKiller) :

03 / 10

Fool’s Paradise est un quatuor hexagonaux nous venant plus précisément de Dunkerque. Fondé en 2007, par olivier et David (ex musiciens de Black Jack), le groupe assoit enfin définitivement son line up autour du premier cité, guitariste compositeur de son état, Maxime le bassiste, Fred le batteur, et enfin la guitariste rythmique et chanteuse Simmone. En novembre 2009, le quatuor entre trois jours au studio de Franck Manceau à Couderque-Branche, pour l’enregistrement de cette première démo quatre titres présentée comme un échantillon de leur panel créatif. Et donc le vieil Mpk s’y colle, défenseur inexorable de la foi en notre terroir underground…Mais malgré tout grande gueule ne se cachant pas derrière la langue de bois et les faux semblants.

Qu’on se le dise et mette les cartes sur table ; je ne suis ni le Mozart du Metal, ni le Malmsteen de la critique, et encore moins le possesseur de la science infuse sinon cela se saurait. La seule tisane que je maitrise est celle des glaçons dans le Ricard, que je ne vais d’ailleurs pas tarder à me servir tant cela me gêne de ne pouvoir dire que modérément du bien de nos nordistes. Mais un ressenti étant par définition personnel, je ne saurai que vous encourager à découvrir par vous-mêmes cette démo plutôt que de vous fier à mon sentiment que je ne peux par franchise et honnêteté occulté.

Faisons concis, et n’enrobons pas cette review de sophisme ne visant qu’à altérer la réalité, en divisant exceptionnellement et tout simplement notre chronique en deux parties. Au rayon lacunes, malheureusement le plus fourni, ce premier jet souffre de manquements criards. La production sonore tout d’abord se montre relativement étouffée, ce qui -quoiqu’usuel dans les autos productions- nuit fortement à l’impact des compositions proposées. A fortiori quand celles-ci sont déjà sujettes à caution et affichant des lacunes de par leurs linéarités et leurs itérations. Ni suffisamment accrocheurs, ni assez convaincants, ces quatre titres n’emportent jamais notre adhésion car claquant la rythmique en arrière plan sonore pour mettre en exergue les lignes vocales de la belle Simmone. Une recette souvent usitée de nos jours certes, -et avec réussite pour la divine rouquine d’Epica-, mais qui ne peut se cacher derrière des vocalises quelconques. N’est pas Tarja Turunen qui veut ou qui peut c’est un fait, mais là le chant se complait dans le monocorde irrémédiablement lassant, véritable antithèse de l’envolée lyrique. Ces trois ingrédients concoctés, à savoir donc la platitude des compos, une production sonore défaillante et des vocalises bien trop quelconques, engendrent un effet catastrophique quant à votre agrément. Le mal est fait et rien ne saura le réparer. Oscillant entre un grand écart déchirant entre Maiden et Anathema, Fool’s Paradise semble naviguer à vue dans un épais brouillard à la recherche d’une voie salvatrice que l’on ne parvient pas à imaginer ou déchiffrer…

Heureusement, certains détails laissent augurer néanmoins de jours meilleurs pour le quatuor. Tout d’abord si l’exercice de style entre Rock/Heavy/Ambiant nimbé de nappages mélodiques n’est pas aisé, il a au moins le mérite de l’originalité et l’unicité. Certaines ambiances tel le break volatile de « A Place To Hide » tout en subtilités, sont foncièrement intéressantes et appréciables. Parallèlement les jeux de guitares, sans tomber dans l’excellence, s’avèrent de bonne tenue et plutôt conquérante et convaincante. Un point fort qui pourrait servir d’assise et de développement vers une maturité que l’on ressent encore actuellement comme en étant au stade des balbutiements. Mélodiquement, le combo semble avoir les arguments pour progresser et affiner ses desseins et projets, indubitablement. Pour ce qui est de la voix féminine, je reste plus circonspect.

« A place To Hide » est à prendre pour ce qu’il est. Un premier pas dans un cheminement qui ne peut que voir le combo s’aguerrir et progresser. La passion et le plaisir sont présents, cela se ressent indéniablement et constitue une base de travail on ne peut plus solide. Reste à persévérer dans la quête du Graal que recherchent les myriades de groupes composant l’univers Metal. Attendons donc la suite pour se faire une idée plus juste, puisque de toute manière mon avis n’engage que moi tout comme la sénilité liée à mon âge et entravant mon esprit d’appréciation.

Myspace : http://www.myspace.com/foolsparadisegroup

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green