Communication de nos partenaires

Fleurety – The white Death

Le 14 novembre 2017 posté par Willhelm von Graffenberg

Line-up sur cet Album


Style:

Metal expérimental

Date de sortie:

27 Octobre 2017

Label:

Peaceville Records

Note de la Soilchroniqueuse (Bloodybarbie) : 4/10

Il était une fois, des musiciens qui ne savent pas du tout faire de la musique… Alors ils se sont mis à faire du mauvais experimental Metal (le métal où tu bois, tu joues, tu enregistres et tu presses les CD), faisant passer cela pour un sous genre dont le but principal est de faire de l’original, une musique qui vous surprend ou qui vous choque mais, dans les deux cas, vous vous en souviendrez pour toujours. Tel semble être l’objectif de Fleurety.

Commençons par les présentations : le projet est né de l’union Alexander Nordgren (ex-guitariste de Mayhem) et Svein Egil ‘Zweizz’ Htlevik (ex-Dødheimsgard). A priori, ça donne envie pour les connaisseurs mais je suis tombée dans le piège car leur projet dépasse mon imagination (même si j’ai entendu pire mais dans un autre style).

Cet album n’est clairement pas une bonne surprise, c’est un choc ! Pire qu’un choc des civilisations, pour les cerveaux sensibles à la musicalité de la musique, des mélodies déplaisantes qui ressembleraient plutôt à des fausses notes, comme les titres « Ritual of Light and Taxidermy » et « Ambition of Death » et surtout « The Science of Normality », « Trauma » (avec une narratrice qui philosophe autour de ce thème même)… Ou alors d’autres titres sans aucun intérêt musical comme « Future Day » qui n’apporte rien d’autre que des paroles accompagnées de flute.

Il y a tout de même quelques morceaux qui tiennent un peu la route (on ne pourra pas me reprocher de voir le mal partout) : « The Balad of Copernicus», très prenant, à la Dodheimsgard, avec du chant clair, des riffs saturés et une prod black metal à la Burzum avec une flute qui apporte de l’originalité. « Lament of the Optimist » est intéressant mais très bizarre avec quelques passages agréables et d’autres bien moins. Puis vient le titre le plus normal et passable du lot, « The white Death », qui ressemble le plus à du Black Metal (avec le chant et les riffs qui vont bien, même s’il y a du hors sujet : une intervention féminine – je ne suis pas miso).

« The white Death » remplit bien sa fonction « expérimental » et vous en fait voir des vertes et des pas mûres. Un album qui fait facilement apparaître de fortes envies d’assassiner le compositeur d’avoir osé gâcher des compositions qui aurait pu être agréables.
Ne gâchez surtout pas votre temps et votre argent pour un album pareil, même comme cadeau à votre pire ennemi.e ! Je me demande même si je préfère Jul à Fleurety.

Un album qui s’efface plus facilement de votre disque dur que de votre mémoire !

Tracklist :

1. The white Death
2. The Ballad of Copernicus
3. Lament of the Optimist
4. Trauma
5. The Science of Normality
6. Future Day
7. Ambitions of the Dead
8. Ritual of Light and Taxidermy

Facebook : https://www.facebook.com/thetruefleurety/

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green