Communication de nos partenaires

Fléo – Nocturnal Terror

Le 14 mai 2010 posté par METALPSYCHOKILLER

Line-up sur cet Album


Tom & Max: vocals
FT & JM: Guitars
Seb: Bass
Fab: Drums

Style:

Hardcore

Date de sortie:

Avril 2010

Label:

Auto Production

Note du Soilchroniqueur (MetalPsychoKiller) :
7,5/10


Que voilà une découverte intéressante, originale et aussi surprenante qu’agréable. Juste une démo certes, mais prometteuse à plus d’un titre et ne devant certainement pas rester « lettres mortes » tant ce « Nocturnal Terror » fourmille d’atouts asservissant imparablement celui qui aura la chance, ou l’intelligence, de se prêter à son audition. En plus de quarante minutes et sept titres, l’ « Aventure Fléo » comme l’appellent eux-mêmes les membres du combo, est née dans « beaucoup de bières, de fun, de naufrages et de tempêtes » (Sic).

Crée en 2003, Fléo est donc un combo de Laxou qui écumera la région lorraine jusqu’en 2005, avant de rester en cale sèche durant deux ans, pour finalement décider de céder aux pulsions profondes leur intimant de reprendre leur flambeau les poussant à distiller un Metal sommes toutes « Extrême ». Un retour aux affaires donc, qui se concrétise aujourd’hui par la sortie de cette autoproduction enregistrée et mixée au « Fucking Hostile Studio » par Simon Muller, masterisée par « Christophe Edrich » et illustrée par Mathieu ‘Dubble’ Goojrah & les « Undead Phoenix Prod bros ». Un artwork cover qui laissera d’ailleurs perplexe ou conquis selon les gouts et les couleurs, mais qui aura déjà l’avantage de sortir des sentiers battus et de vous interpeller en vous surprenant.

Le contenant est une chose et le contenu en est une autre, soit. Et bien autant dire que ce dernier en sera en parfaite équation tant le panel proposé par la musicalité de nos six nancéens se voudra et se dévoilera comme étant viscéralement unique. Après la sempiternelle introduction –véritable passage obligé des sorties actuelles- qui oscillera entre l’ambiant lugubre et envoutant juste rehaussé d’un piano narcotique, Fléo annoncera d’emblée la couleur. Nos frenchies font dans le bois dur, dans le frénétique exacerbé du « tout au taquet » assénant sans coups férir et empli de testostérones. Le fil rouge conducteur sera tout au long de la tracklist un Hardcore manière scène New Yorkaise à la « This Is Hell » mais sans le coté linéaire et rébarbatif s’accolant sur cet enfer. Et d’ailleurs si l’on devait parler de véritable parenté pour notre Fléau d’armes, il faudrait plutôt lorgner vers les californiens d’ « All Shall Perish »…

Des voix criées typiquement Hardcore, certes ; mais aussi du guttural occasionnel quasi Death et des onces de chant clair ; les lignes vocales particulièrement travaillées et empreintes de dualités s’avéreront un des atours primordiaux de cette démo. Les autres grands axes des compositions délivrées seront des introductions particulièrement soignées, accrocheuses à souhaits, et obligeant immédiatement au headbanging d’une part. Et de l’autre une alternance de cassures rythmiques, véritable ressac de syncopes, vous remettant une couche de « méga burné » en pleine face après chaque ilot de quiétude octroyé avec mansuétude. Le Fléo vous martèle, mais pas inconsidérément jusqu’à capitulation complète et définitive. Plutôt de manière à vous laisser reprendre vos esprits juste ce qu’il faut pour encaisser la salve suivante.

Les « outils » utilisés par les hexagonaux pour réussir ce périlleux exercice d’équilibriste sur la corde raide seront aussi diversifiés qu’une fin atmo et ambiante sur « What Would Chuck Norris Do », une construction simili Prog sur « Heart & Sick », ou encore un break amené façon Black Pagan sur «Knock Out ». Pour être complet dans l’alchimie musicale délivrée, vous pourrez encore ajouter un nappage sanguin et ténébreux en toile de fond, ressurgissant comme un serpent de mer pour voiler le tout de « Gore », ou des utilisations de samplers ci et là.
.
« Nocturnal Terror » est foncièrement surprenant de maturité et saisissant à tous points de vue. Passé le cap de l’assimilation auditive nécessaire à la richesse de compos à tiroirs mais ne se perdant jamais dans les méandres des surenchères techniques affadissant la mélodicité, cette première offrande ne peut que séduire. A l’exemple d’un « Modern Men’s Misery” décapant, fléo frappe fort sans rémissions ni échappatoires possibles. Pour un coup d’essai, on serait presque tenter de parler de coup de maître si le Paranoiac…Unknown de clôture ne trainait en longueur -langueur-…

Myspace : http://www.myspace.com/flohardcorency

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green