Communication de nos partenaires

Finsterforst – #YØLØ

Le 7 septembre 2016 posté par Bloodybarbie

Line-up sur cet Album


  • Oliver Berlin : Chant
  • Simon Schillinger : Guitares lead, rythmique et acoustique
  • David Schuldis : Guitare
  • Sebastian "AlleyJazz" Scherrer : Claviers
  • Tobias Weinreich : Basse
  • Cornelius "Wombo" Heck : Batterie

Style:

Folk (pouet pouet) Metal

Date de sortie:

16 Septembre 2016

Label:

Napalm Records

Note du Soilchroniqueur (Willhelm von Graffenberg) : 7.5/10

J’en ai rêvé, ils l’ont osé ! Depuis années – plus d’une décade – que j’attendais un featuring d’Yvette Horner avec Cannibal Corpse, j’ai l’équivalent avec le dernier album des teutons de Finsterforst, sans l’artwork sur lequel elle jouerait de l’accordéon avec ses tripes… Allez, #YØLØ !

Oui, vous avez bien lu : si c’est en italique, c’est parce que c’est le titre de l’album ! « Les cons, ça ose tout, c’est même à ça qu’on les reconnait ! » et pour le coup, ils osent ! On passe d’une ambiance « voulez-vous slammer, grand-mère » digne des meilleurs bals pogottant du fin fond de la cambrousse à un « Hava Nazgula » de bar-mitsvah jazz metal… Z’ont bien changé les guinguettes de nos jours, non ? Marche dans la Forêt Noire du pied gauche, ça porte bonheur ! Faut croire qu’ils se sont aussi laissé influencer par leurs compatriotes de Berlinski Beat par moments…

En lisant brièvement le titre « Wrecking Ball » dans la playlist avant de lancer le lecteur, je me suis dit : « Noooon… Ils n’ont pas osé, quand même ?! » Ah bah, si, ils l’ont fait, les cons ! On a le droit à une reprise de Miley Cyrus… Sauf que je n’avais pas fait attention au titre du morceau suivant, et comme j’avais bien compris désormais qu’ils étaient partis pour faire du grand porte-nawak, il m’a fallu 7 notes – j’aurais trop dû m’inscrire à Fasila Growler – pour me dire : « Putain, ça aussi… » avec une reprise de « Beat it » – je ne vous ferai pas l’affront de citer le compositeur-interprète – bien foutue pour une fois et pas un copié-collé simplement accommodé à la sauce metal.

Sans entrer dans le grand déballage piste par piste, vous aurez compris que le titre est assez éloquent et parle à lui seul : si le titre d’ouverture, « Bottle Gods », digne d’un « L’âge de Bière » de Mon Onc’Serge en disant long sur l’esprit général de cet album, la suite des évènements le confirme.

Et pourtant – que la montagne est belleuuuh – c’est du pas-sérieux fait sérieusement : pas une bande de keupons qui sabordent sciemment des « classiques » mais du bien foutu, bien mixé, à prendre au 666ème degré, ce qui fait que moi, l’anti-folk pouet pouet, ça m’a non seulement fait marrer mais fredonner les « la, la, la » pendant les chœurs virils (sic) qui sonnent comme du foutage de gueule auto dérisoire – l’artwork se suffit à lui-même pour le démontrer mieux que moi. Parler de picole, de binouses et autres boissons fermentées, passe encore : c’est limite un poncif du genre démocratisé par leurs brasseurs RPZ, de Korpiklaani à Finntroll (et quand les français s’en mêlent, ça donne certaines chansons de Drakwald)… Et quand des bavarois reprennent une chanson traditionnelle irlandaise – qui cause de whisky, hein, faudrait pas oublier la tize – en braillant comme les Pogues mais avec en sus ce foutu accordéon, on entre toujours plus dans la volonté de (se) souler. La gnole, ça inspire : certains en ont fait leur prime muse… Mais au point de débuter du Michael Jackson avec un beat – it – de Dubstep, fallait oser ! (ou arrêter la bouteille avant)

C’est au final un bon EP – de 10 titres, quand même… – pour un bon moment. Je ne sais pas si ça vaut la peine de se le procurer, à moins d’être fan du genre, du groupe, ou tout simplement pour vous fendre la poire – garçon, ça sera plutôt une prune pour mon digeo, merci ! – mais la(les) qualité(s) du résultat méritai(en)t d’être soulignée(s).

A écouter le temps du trajet menant à la salle des fêtes où vous aller emmener guincher Ginette !

Tracklist:
1. Bottle Gods (4:05)
2. Auf die Zwölf (4:06)
3. #YØLØ (4:48)
4. Hangover (5:31)
5. Wrecking Ball [Miley Cyrus cover] (3:37)
6. Beat It [Michael Jackson cover] (4:47)
7. Der durch die Scheibeboxxxer [K.I.Z. cover] (3:50)
8. Flasche Leer (1:34)
9. Das schlimmste ist wenn das Bier alle ist [Die Kassierer cover] (3:48)
10. Wild Rover (5:46)

Facebook: https://www.facebook.com/FinsterforstOfficial
Site officiel: http://www.finsterforst.de/
Myspace: https://myspace.com/finsterforst
Youtube: https://www.youtube.com/user/FinsterforstOfficial

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green