Communication de nos partenaires

Feral – Flesh for Funerals eternal

Le 23 janvier 2019 posté par Willhelm von Graffenberg

Line-up sur cet Album


  • David Nilsson - Chant
  • Viktor Klingstedt - Basse
  • Markus Lindahl - Guitare
  • Sebastian Lejon - Guitare
  • Roger Markstorm - Batterie

Style:

Death Metal

Date de sortie:

30 Décembre 2018

Label:

Transcending Obscurity Records

Note du SoilChroniqueur (Ström) : 8/10

J’ai découvert Feral cet été quand Kunal Choksi de Transcending Obscurity Records a annoncé la sortie de l’album pour le mois de décembre 2018. Ce label s’étoffe très régulièrement et possède une offre diversifiée au sein de laquelle Feral a un rôle clé : porter bien haut l’étendard du Death Metal à la suédoise, ou Swedeath pour les intimes (épaulés tout de même par leurs compatriotes de Crawl, bien que ceux-ci soient plus crusty). C’est d’ailleurs une étiquette tellement assumée qu’au départ j’ai failli faire l’impasse sur l’album, m’attendant à du réchauffé et un revival sans saveur.
Grossière erreur…

Actifs depuis 2007, cet opus constituant leur troisième effort, ces chevelus adeptes de la « Voie de la Main Gauche » ont eu le temps de polir leur son pour faire un maximum de dégâts et scotcher l’auditeur avec une formule qui nous rappellera les débuts d’Entombed par son classicisme, tout en intégrant parfaitement sa version mise à jour comme sur le premier Bloodbath, le son des guitares me frappant par leur similitude, en sachant que je suis un fan absolu de Resurrection through Carnage.

La production de l’album est agréable et percutante avec, en point fort, une basse parfaitement audible et qui ajoute une dose jouissive de groove aux compositions ; avec un bassiste de ce niveau, le noyer dans le reste des instruments aurait été dommage. Le vocaliste est lui aussi remarquable : agressif, varié et puissant, une future référence dans le genre à n’en pas douter.

La vitesse des morceaux et les blastbeats décomplexés du groupe ne les empêchent aucunement de varier les tempos, comme sur “Accursed” par exemple. A ce titre, le morceau qui conclue l’album, “Bled dry”, est le plus violent de l’ensemble, ce qui vous donne une idée de l’impression que souhaitent nous laisser les Suédois… L’impression d’avoir pris une frappe de Zlatan en pleine tête. Car c’est sans doute un des points forts de cette album justement, cette rapidité et cette violence qui se trouvent tout de même exacerbées comparativement à la majorité des groupes du genre, du moins les plus connus.

En résumé, un album que je considère très bon : comme d’autres l’ont signalé, on pourrait presque croire entendre un nouveau super groupe de la trempe de Bloodbath en écoutant Feral, tant ces musiciens ont su à la fois synthétiser tout ce qui rend le Swedeath si délectable, pousser leurs moteurs au maximum, et malgré tout maintenir un niveau de composition et de qualité excellents sur chacun des titres constituant ce Flesh for Funerals eternal.

Si vous recherchez quelque chose d’avant-gardiste ou même un peu original, passez votre chemin. Si vous voulez entendre des musiciens qui maîtrisent leur art et donnent tout pour vous faire secouer la tête à s’en faire mal, alors foncez… vous ne le regretterez pas!

Tracklist :

1. Vaults of undead Horror
2. Black Coven Secrets
3. Gathering their Bones
4. Dormant Disease
5. Of Gods no longer invoked
6. Accursed
7. Horrendous Sight
8. Stygian Void
9. Buried
10. Bled dry

Site officiel
Playlist Bandcamp
Page Facebook

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green