Communication de nos partenaires

Evergrey – The storm within

Le 26 août 2016 posté par Bloodybarbie

Line-up sur cet Album


  • Tom S. Englund (chant, guitare)
  • Rikard Zander (clavier, voix)
  • Johan Nieman (basse, voix)
  • Henrik Danhage (guitare, voix)
  • Jonas Ekdahl (batterie)

Style:

Métal progressif/ Power métal

Date de sortie:

09 septembre 2016

Label:

AFM Records

Note de la Soilchroniqueuse (Excalibur) : 4.5/10

Ça commence comme dans un film noir. Quelques accords de piano assénés, lents et inquiétants. Les poils qui se dressent, les frissons dans l’échine…

Pendant les 30 premières secondes de « Distance », on se dit que pour fêter leurs 20 ans de carrière, les suédois d’Evergrey vont nous avoir concocté un feu d’artifice de power metal.

Il faut dire qu’après une période plutôt chaotique où le seul membre réellement stable était Tom Englund, le chanteur et fondateur du groupe, ils avaient fait un retour plutôt réussi il y a deux ans, avec leur album « Hymns for the broken ». Il y avait donc quelques raisons d’espérer que « The Storm within » s’inscrirait dans la lignée de ce dernier.

Hélas, le bonheur est parfois aussi éphémère qu’une boule de glace vanille par 45° en plein soleil. Et cette glace qui fond pour au final nous laisser juste un truc dégoulinant sur les doigts, c’est exactement l’effet que m’a fait cet album.

Techniquement, rien à redire. En même temps, quand ça fait 20 ans qu’on roule sa bosse en studio et sur scène, c’est quand même un minimum…. Au risque de me faire lapider par les fans d’Evergrey : non, je ne me suis pas extasiée sur les riffs de guitare, ni sur les solos de batterie des morceaux les plus énervés comme ceux de « The lonely Monarch », et encore moins sur le chant déchirant de Tom Englund. Et surtout sur ce dernier point d’ailleurs…

Parce-que là, Tom, il en fait trop. Autant je salue ses performances vocales, par exemple dans « A touch of Blessing » de l’excellent « Inner Circle« , autant là, nous tombons très rapidement dans le mélodrame. Main sur le cœur, coulée de rimmel, etc. Si vous voulez vraiment vous en convaincre, il suffit d’aller jeter une oreille à « Astray » ou à « Someday »… Sa voix n’atteint une vraie profondeur et ne laisse passer une réelle émotion que dans les balades, comme « Impossible » ou « The Paradox of the Flame ».

Nous avons tout de même quelques heureuses surprises, notamment les deux duos avec Floor Jansen (« In Orbit  » et « Disconnect »), qui fonctionnent plutôt bien. « In Orbit » est d’ailleurs un des meilleurs titres de l’album, ce qui laisse plutôt songeur étant donné qu’il est fortement marqué par l’empreinte musicale de Nightwish.

La seule vraie performance tient dans le clavier de Rickard Zandeur, qui vient redonner un peu de couleur et de poésie à cet album dont la longueur et la platitude ne sont pas sans rappeler celles de la Plaine de la Limagne.

C’est hélas bien insuffisant pour convaincre, et ne permettra pas sans doute pas à « Storm within » d’éviter de tomber dans les oubliettes.

Tracklist :
01. Distance
02. Passing through
03. Someday
04. Astray
05. The Impossible
06. My allied Ocean
07. In Orbit (featuring Floor Jansen)
08. The lonely Monarch
09. The Paradox of the Flame (featuring Carina Englund)
10. Disconnect (featuring Floor Jansen)
11. The Storm within

Site officiel: http://www.evergrey.net/

Facebook : https://www.facebook.com/Evergrey/?fref=ts

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green