Communication de nos partenaires

Electric Wizard – Wizard bloody wizard

Le 20 novembre 2017 posté par Bloodybarbie

Line-up sur cet Album


  • Jus Oborn - chant, guitare
  • Liz Buckingham - seconde guitare
  • Clayton Burgess - basse
  • Simon Poole - batterie

Style:

Doom Metal

Date de sortie:

10 novembre 2017

Label:

Spinefarm Records

Note du SoilChroniqueur (Erikillmister) : 5/10 

Je ne vais pas vous faire l’injure de vous refaire tout le panégyrique des britanniques d’Electric Wizard : si vous êtes fan de Doom, vous possédez probablement au moins « Dope Throne » dans votre discographie. Si le combo originaire de Wimborne (Dorset) n’atteindra probablement jamais le chef-d’œuvre absolu, il reste néanmoins l’auteur de quelques belles pièces. On peu citer par exemple « Witch Cult today » sorti en 2008. Pour ce nouvel arrivage de fin d’année, ne sortiront pas des sentiers battus, rappelant par le titre Wizard bloody Wizard leur filiation évidente avec le grand Black Sabbath du milieu des seventies.

Première constatation, peu de titres, seulement six, dont deux dépassant allègrement les huit minutes… Question lourdeur on risque d’être servis ! Et ce n’est effectivement pas « See you in Hell » qui ouvre l’album en déroulant sa venimeuse lenteur sur un tempo binaire que même Saint Vitus ne tiendrait pas, qui va me faire mentir. Si les riffs sont bien référencés « Tomy Iomi » comme on peu l’entendre sur « Necromania », il n’en reste pas moins que Jus Osborn, bien qu’étant un quasi homonyme du Mad Man bouffeur de chauve souris, diffère complètement vocalement, son timbre de voix étant nettement moins aigu que celui de son illustre ainé. « Hear the Sirens scream », monolithique, ravira les fumeurs de produits illicites, résumant bien ce qu’est le Doom, masse sonore monocorde frappant sans discontinuer le sommet du crâne pour headbanguer langoureusement. Si Black Sabbath avait son « Supertzar », sorte d’instrumental déjanté et décalé présent sur Sabotage ; Electric Wizard propose un titre du même acabit, « The Reaper », assez déconcertant. Toujours plus grave, « Wicked Caresses » avec la basse de Burgess semblant trempée dans du plomb, les deux guitares sous-accordées à l’extrême, la batterie de Simon Poole imprimant un tempo si peu élevé que l’on en vient à se demander à chaque coup de baguettes s’il ne s’agit pas du dernier… Si vous doutiez encore de la catégorie dans laquelle Electric Wizard tirait, vous avez votre réponse. Que penser enfin du très long « Mourning of the Magicians » ? Bien que ce soit malheureusement un titre assez ennuyeux, sa taille ne plaidant pas en sa faveur, on en sort assez rapidement en attendant désespérément pendant plus de onze minutes un break qui n’arrivera jamais. Même la belle performance soliste sur la fin de Liz Buckingham ne parvient pas à le sauver de la débâcle. Le Doom, c’est bien, mais sur des chansons aussi longues, il faut savoir varier les plaisirs.

Ce Wizard bloody Wizard ne restera pas franchement dans les annales des anglais, et c’est fort dommage car après le semi plantage de « Time to die », on était en droit d’attendre qu’Electric Wizard corrige les erreurs du passé. Il n’en est rien, et j’espère simplement qu’au moins sur scène les britanniques continueront d’aligner les prestations de qualité qui ont fait leur réputation.

Tracklist :

1. See you in Hell
2. Necromania
3. Hear the Sirens scream
4. The Reaper
5. Wicked Caresses
6. Mourning of the Magicians

Site officiel : http://www.electricfuckinwizard.com/
Myspace : https://myspace.com/electricwizarddorsetdoom
Facebook : https://www.facebook.com/electricwizarddorsetdoom/
Youtube : https://www.youtube.com/channel/UCoSGom … vPx5fGiVmA

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green