Communication de nos partenaires

Dying Out Flame – Shiva Rudrastakam

Le 30 septembre 2014 posté par Metalfreak

Line-up sur cet Album


Aabeg Guatam - Chant, Basse / Prachanda Amatya - Batterie / Saujanya Pahadi - Guitares / Bikalpa - Guitares. Guest : Nakchu Gurung - Chant (féminin).

Style:

Hindu / Vedic Death Metal

Date de sortie:

15 août 2014

Label:

Xtreem Music

Note du SoilChroniqueur (Metalfreak) : 7/10


Alors eux, d’où ils viennent, on est aux antipodes de s’imaginer qu’un groupe de metal, à fortiori extrême, puisse y exister.
Le Népal, franchement, on y imagine une culture musicale autre que celles des guitares saturées.
Et pourtant…
Bon ok, un petit tour sur un site aux allures d’encyclopédie métallique permet de voir que sont référencés quand même 17 groupes, dont Dying Out Flame, groupe formé en 2011 à Katmandou et qui a sorti son premier album chez Xtreem Music le 15 août dernier.

Et franchement ! On peut dire que ça désosse !
Officiant dans une branche du death metal très technique à la Krisiun, Nile ou autre Hate Eternal voire Behemoth, Dying Out Flame nous balance cinq titres (plus une intro) aux rythmiques à vous retourner l’Everest !
Enfin bon, je ne sais pas ce qu’ils mettent dans le Rakshi ou dans le Chaanng là-bas, mais toujours est-il que DOF sont franchement énervés : la batterie est absolument destructrice et renforce l’agressivité des riffs principalement aiguisés comme des khukuris avec un chant outretombesque à souhait.

Et pourtant, à l’écoute de l’intro, on lève la tête d’un air interrogatif en se demandant « mais qu’est-ce que c’est que ce truc ? » : « Praise of the omnipresent one » est un instrumental aux sonorités traditionnelles avec des instruments et des chants traditionnels népalais, pour le moins entraînants et nous invitant au voyage.
Pour un peu, en fermant les yeux, on se croirait en plein milieu de l’Himalaya…
Puis vient « Shiva rudrastakam » : une courte intro non moins traditionnelle et les guitares envoient du bois. Le chant rugueux et extrêmement rauque d’Aabeg Guatam, fondateur du groupe avec le batteur Prachanda Amatya, est au service d’un death metal très rapide, précis et d’une technique sans faille.


Énormes rythmiques ultra rapides, alternées avec des breaks plus lents et étouffants sur fond de sitar, avec un sens réel de la mélodie, l’ensemble est très cohérent dans son approche et fait de ce premier morceau une baffe monumentale aussi surprenante que brutale.
« Eternal mother of great time » commence de façon très posée avec une intro aux riffs heavy avec une batterie qui taquine de la double pédale avec une réelle facilité. Le morceau n’est pas exempt d’une brutalité sous-jacente : on sent que le groupe en a sous la semelle et laisse augurer une relatif calme avant la tempête. Puis vient ce break à base de sitar et de chant féminin du plus bel effet, rendant un côté oriental pas désagréable, à l’instar d’un Nile, avant une accélération à coller au siège.
Les sept minutes de « Vayuputra » sont une démonstration de brutalité que ne renierait pas Cannibal Corpse, en plus technique et varié, mais avec un petit break atmosphérique sur fond de chant féminin avant une accélération ultra brutale sur laquelle le batteur s’en donne à cœur joie.
La première minute de « Maisasura maridini » replonge l’auditeur dans l’intro de l’album avant que le morceau décolle brutalement dans une speederie intense : à la manière d’un Nightfall époque « Athenian echoes », Dying Out Flame nous assène un contraste pour le moins saisissant entre musique traditionnel et death metal brutal : du grand art. Les deux dernières minutes du morceau reviennent à quelque chose de beaucoup plus planant à nouveau sur fond de sitar sur laquelle le chanteur éructe ses growls haineux.

Énorme !
« Trinera Dhari (three eyed one) » clôt l’album de magnifique façon : intro et outro sous forme de musique traditionnelle une fois de plus. Entre les deux, gros death metal ultra bourrin mais suffisamment intense pour tenir en haleine tout le long.
Un grand moment.

Dying Out Flame joue sur les contrastes et exporte son death metal mâtiné de world music d’une bien belle façon. Xtreem Music nous gratifie d’une superbe trouvaille et ce groupe Népalais est plus que méritant.
Vraiment à découvrir !

 

Tracklist :

1. Praise of the Omnipresent One (3:14)
2. Shiva Rudrastakam (5:49)
3. Eternal Mother of Great Time (6:10)
4. Vayuputra (7:35)
5. Maisasura Maridini (6:30)
6. Trinetra Dhari (Three Eyed One) (6:09)

 

Youtube : http://www.youtube.com/channel/UCmDsHDkEFNc1J94qPXKznuA
Facebook : https://www.facebook.com/dof.vedic

Retour en début de page

Laissez un commentaire

M'informer des réponses et commentaires sur cet article.

Markup Controls
Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green